Fil info
23:39Creuse : FNE 23 : nouvelle association qui préserve la nature creusoise, y compris des éoliennes | L'Echo… https://t.co/Qa3j5YQ9rF

L’intersyndicale de la Région boycotte le Comité technique

Nouvelle-aquitaine

L'intersyndicale  CFDT- CGT-FAFPT-FO-FSU-UNSA des agents de la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé hier, à l’unanimité, de boycotter le comité technique qui avait lieu à Bordeaux.
Principale instance de dialogue social au sein de la collectivité, le Comité technique devait examiner les propositions d’harmonisation validées par l’exécutif régional, avant leur présentation aux élus à la séance plénière du Conseil régional du 18 décembre. Or  l’intersyndicale estime que l’employeur, en l’occurrence Alain Rousset, président du conseil régional, s’est renié. «Nous avons décidé de boycotter ce Comité technique parce que nous considérons que notre employeur n’est pas fiable et qu’il remet en cause les engagements qu’il avait pris», explique, pour l’intersyndicale, le Haut-Viennois Christophe  Nouhaud (FSU).
Depuis la création de la Région Nouvelle-Aquitaine il y a bientôt deux ans, trois systèmes disparates, issus des anciennes régions, coexistent en matière de régime indemnitaire, de temps de travail et d’action sociale, rappelle l’intersyndicale et estime que l’organisation des services après la fusion est très chaotique. Christophe Nouhaud précise à titre d’exemple et pour éclairer sur les reniements d’Alain Rousset,  que «l’alignement par le haut des régimes indemnitaires devait se faire dans les trois ans, mais nous avons appris la semaine dernière que finalement ce serait dans les quatre ans.» Il cite aussi la modification des conditions du temps de travail supplémentaires, «les agents de la Région effectuent un travail supplémentaire de l’ordre de 150000 à 200 000, soit 80 heures supplémentaires par agent et 10 jours de travail gratuits, car ces heures ne sont ni rémunérées ni récupérées. Et le président propose de supprimer 5 jours de congés supplémentaires.  Alors que si les agents s’en tenaient à leurs obligations horaires, la Région devrait créer 120 postes. Les agents de Limoges perdent des jours de congés, de RTT et la possibilité de récupérer leurs heures écrêtées. L’employeur nous annonce en plus qu’un départ à la retraite sur deux ne sera pas remplacé. Ce qui équivaut pour nous à un plan social».
Dernier point d’achoppement  en-tre les agents et leur employeur, «le maintien des inégalités. Actuellement, à fonction égale, un cuisinier de lycée, si son site se trouve en Limousin ou en Poitou-Charentes, perçoit par mois 70 euros brut de moins qu’un cuisinier d’Aquitaine».
Les agents des différents sites de la Région ont déjà fait part  à plusieurs reprises de leurs revendications, lors de débrayages ou de grèves. C’est pourquoi, «après plus d’un an de discussions avec notre employeur et de revirement de sa part, nous arrivons à un constat de désaccord profond sur des points essentiels de l’harmonisation des droits sociaux», souligne l’intersyndicale. Elle appelle d’ailleurs à une grève et une mobilisation le 18 décembre prochain, jour de la séance plénière du Conseil régional. En attendant elle organise des assemblées générales du personnel sur les différents sites de la région pour en discuter avec les agents.  
Fatima Azzoug

jordans for sale pink