Fil info
20:43Corrèze : Le Melting Potes : Elles hissent haut le pavillon ! -> https://t.co/LcTIFci7J8
19:44Indre : Amapola en résidence à la maisonnette de la Culture -> https://t.co/jPZlJWnpo6
19:30Indre : La municipalité ouvre ses données au public -> https://t.co/aJvUnTijxp
18:06Daniel Taboury, auteur creusois, dédicacera son nouveau roman "De retour" à la librairie "Les belles images" samedi… https://t.co/f3wld9d9Dl
17:51Dordogne : LA Coordination rurale part à la défense des éleveurs -> https://t.co/h2EkFENUbR
17:50Bergerac : Plan de redressement financier pour l’hôpital de Bergerac -> https://t.co/mGMEJxMsvC
17:47Bergerac : L’hôpital ne soigne pas la précarité de ses agents, bien au contraire -> https://t.co/5N3Xmk7Dgk
17:04RT : Anthony Boursaud chute sur le Dakar, blessé au poignet, le jeune motard de Boussac est contraint à l'abandon après… https://t.co/3fFcFiIIAf
16:57Carsac-Aillac : Du grain à moudre pour l’APAM -> https://t.co/OE8a51K3C8
16:54Sarlat-la-Canéda : Une activité très soutenue -> https://t.co/x8ElNQYecH
16:44RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:42RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:24France : Grand débat, les maires ne lâchent rien -> https://t.co/CsjYxze9uk
16:11RT : En tous cas il y en a certains qui ont sacrément bien réussi leur , surtout depuis que Macron leur… https://t.co/KoqH6OhKNX
16:09Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:09Valençay : Les vœux et les espoirs du directeur du centre hospitalier -> https://t.co/QlWIg7NCEP
16:08RT : Primes en liquide : Claude Guéant définitivement condamné à un an ferme https://t.co/JXVuXuhV92 https://t.co/yFsTtmoorz
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y

A la croisée des chemins et de l’occitan

Balade

Courbefy, Les loges, Chastaing... ce sont autant de lieux-dits haut-viennois qui doivent leur nom à la langue occitane.
Et n’allez pas croire que ces appelations sont le fruit du hasard : elles sont très souvent liées aux reliefs ou aux arbres en présence sur les terres.
En partant de cet acquis, on com-prend mieux l’intérêt de la balade que nous effectuons avec l’office de tourisme de Limoges et Jean-François Vignaud, conteur et occitaniste : «nous allons faire une approche de la toponymie» confie-t-il, après avoir souligné que «même si les marques de l’urbanisme se font largement sentir au-delà du centre-ville de Limoges, il n’en reste pas moins un paysage rural, dont les nombreux noms de lieux-dits ont une explication rationnelle».
Nous nous en rendons compte rapidement : le top départ de cette balade contée est donné à l’église Saint-Christophe de Beaune-les-Mines, soit aux portes de Limoges, pour ensuite aller vers le village du Goupilloux, situé à environ trois kilomètres. Et si la présence non loin des lieux d’un cen-tre de recyclage atteste inéluctablement de l’urbanisation, les marqueurs de la ruralité prennent progressivement le dessus.

L’empreinte des végétaux

Jean-François Vignaud commence par s’attarder sur les arbres, sur le côté : ce sont des hêtres, «représentatifs du paysage des monts d’Ambazac» affirme-t-il. Et en occitan, hêtre se dit «fau» : cela a ainsi donné des noms de lieux-dits tel La Fayol, ou La Faye.
Il en va de même un peu plus loin lorsque nous voyons des fougères, «très présentes sur nos terres acides» comme le rappelle le conteur.   Nombreux sont les lieux-dits qui se nomment «Faugeras» notamment, et cela désigne des terres colonisées par les fougères.
Il est donc intéressant de constater que les noms de lieux-dits s’inspirent généralement des végétaux. Mais il n’empêche que certaines espèces ont moins bonne réputation que d’autres : «Prenez le saule par exemple : il était généralement synonyme de bas-fonds, et était donc mal vu, ce qui fait que peu de noms de lieux-dits dérivent de cet arbre» explique Jean-François Vignaud.

Toponymie et datation

Il va de soi que ces noms s’installent sur des milliers d’années. Par exemple, si les sapins ont largement pris leurs quartiers sur les monts d’Ambazac, ils n’ont été plantés en masse que depuis le 20e siècle environ, ce qui fait qu’ils n’ont pas marqué la nomenclature des lieux-dits.
Dernière «info» de Jean-François Vignaud : il faut savoir que les noms de lieux-dits ayant un article (le/la) sont postérieurs à l’an 1000.
Grâce à ces éléments, vous pourrez dorénavant vous interroger sur l’origine des noms de lieux-dits, ou même de bourgs ou de hameaux que vous croiserez sur votre route !