Fil info
23:24 Tellement vrai ! Et triste...
22:42A lire et à méditer: Que vaut une association de bénévoles dans une société qui promeut l’individualisme, le «je pa… https://t.co/ZUpeipEpgl
20:28notre communiqué sur l' et le dans l ' aujourd'hui https://t.co/6ChbCQK4k5
19:58Périgueux : Grosse mobilisation contre la haine et les racismes -> https://t.co/U2RwAQ8i6J
19:14Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/BzKlvfJ5fM via
18:19Le Blanc : Un chèque pour le Secours populaire -> https://t.co/F7fTiGPw9h
18:18Bélâbre : La Comédie bélâbraise rigole en famille -> https://t.co/zx8EuH26Ts
18:17La Châtre : Chantal Goya a enchanté petits et grands -> https://t.co/fTxaqCSl3C
18:15Indre : Appel à témoin -> https://t.co/QhzYi1g2dU
18:15Indre : La région sera bien représentée au salon de l’agriculture -> https://t.co/lLuf3D2Ly1
17:49Face au mécontentement social grandissant, la CGT met en place les mardis de l'urgence sociale. Premier rassembleme… https://t.co/tm7c2QaZsX
17:17RT : L’appel du Barreau pour les rassemblements républicains du 19 février. https://t.co/ZMpHg1kAPw
17:11# # - -Vienne : Une centaine de harpistes du monde entier attendus à Limoges -> https://t.co/yQqMoCOxbi
17:08# # - -Vienne : «En Israël, nous allons droit dans le mur» -> https://t.co/Zs5YCA1on4
17:06# # - -Vienne : Toujours plus de droits humains à défendre -> https://t.co/ep5v1Yd9XO
15:57Région : Plus de trente ans de prestige -> https://t.co/WFDMdoJxZ2
15:45Périgueux : Le vivre ensemble passe par le respect -> https://t.co/g5aoBcWOgl
15:16 Avec L'Echo, j'espère aussi !!!
15:02Disparition de Joseph Akouissonne - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/NnFyGaLQ4C
14:47RT : Fier de mon journal préféré. https://t.co/kQN5TphI73
14:21RT : 🚨⚠️ [FLASH-INFO] Intervention en cours à , rue des Dahlais ⏩ EVITEZ CE SECTEUR et FACILITEZ LE PASSAGE DE… https://t.co/e8a5tv1876
13:35 Votre pizzeria-épicerie fine italienne ouverte à l'année au coeur de Belvès en Périgord Noir https://t.co/dnKTGWPRDC
10:05Périgueux : la FSU appelle les adhérents et plus largement l’ensemble des citoyens à rejoindre le rassemblement pré… https://t.co/6QZtf0teAW
07:57# # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O

Une usine de pois chiches pour garantir la rémunération des paysans

Ce vendredi, le préfet était en visite chez Mathieu Naudet, le président des Jeunes Agriculteurs, pour découvrir son projet : le développement d’un réseau de producteurs affiliés, pour alimenter une usine de conditionnement, en construction à Saint-Genou.

Installée à Palluau-sur-Indre depuis 1889, la famille Naudet cultive 500 hectares de terre à la sortie du village. Quatrième génération, Mathieu et Alexandre ont repris l’exploitation à leur père. Aujourd’hui, ils tentent un pari pour sauver la ferme : redynamiser la filière des légumes secs alimentaires (haricots, pois chiches, lentilles, soja…) et celle des semences fourragères (trèfle, luzerne, fétuque, ray grass, dactyle, lotier, chicorée) en s’appuyant sur un réseau de producteurs partenaires. La production est ensuite traitée et conditionnée à Saint-Genou, dans une usine que les deux frères sont en train de faire construire. Le marché est à proximité : 80 % de la consommation de légumes secs en France est importée.
« Auparavant, on cultivait les semences habituelles : colza, blé et orge, explique Mathieu Naudet. Malheureusement, ces dernières années, on doit faire face à des problèmes agronomiques et économiques. La rémunération est en baisse. On a donc dû trouver d’autres cultures qui cassent les cycles en permettant la rotation avec des cultures de printemps. »
Pour le volet économique, les deux frères misent sur les circuits courts et la supression des intermédiaires. « Le but est de relancer la filière en redonnant de la valeur ajoutée aux productions des agriculteurs. Notre schéma est de mettre en place la production chez eux. Ce qui leur manque aujourd’hui, c’est de connaître leur prix de vente. On fournit donc les semences et on rachète la collecte pour la vendre aux industriels de l’agro-alimentaire. Pour les semences fourragères, le but est de mieux rémunérer les agriculteurs en supprimant les intermédiaires et en raccourcissant le circuit. »
200 producteurs pour 2 500 hectares cultivés
Actuellement, le projet est encore en phase de lancement. La structure commerciale a été créée en mai 2017. Le réseau compte pour l’instant 200 producteurs affiliés et 2 500 hectares cultivés. Cette année fut la première année de récolte de semence fourragère et la seconde de légumes secs. Sur le site de l’usine, le terrassement est terminé. Mathieu et son frère cherchent maintenant les machines et équipements pour valoriser la production, la trier et la conditionner.
L’usine de Saint-Genou se situe sur la zone industrielle du rocher. L’ouverture est prévue fin 2019. Six à sept salariés sont attendus dans un premier temps. L’investissement se chiffre à 10 millions d’euros pour un bâtiment de 6 000 mètres carrés. La certification européenne de l’usine permettra d’ouvrir les marchés d’exportation. « L’agriculture française bénéficie d’une bonne image à l’étranger qu’on essaie d’utiliser. »
FR