Mon proche est atteint d’un cancer. Que dois-je faire ?

0
144

Lorsqu’on est confronté à une maladie grave, la première réaction est la confusion : il est difficile de savoir ce qu’il faut faire ensuite, comment aider la personne atteinte, ce dont il faut parler et les conseils à ignorer. Ces conseils, élaborés en collaboration avec une psychologue, peuvent vous aider à rassembler vos idées et à éviter la panique lorsqu’un proche est atteint d’un cancer.

cancer maladie

On a diagnostiqué un cancer chez un proche. Que dois-je faire ?

Soyez prudent dans vos conseils.

Lorsqu’une personne évoque son diagnostic, une avalanche de conseils non désirés se déverse. Les personnes de l’entourage proposent diverses thérapies, se souviennent des expériences d’amis qui ont combattu la maladie et proposent des établissements où ils peuvent trouver de l’aide. Ce comportement est raisonnable ; les gens veulent aider, mais il n’est pas toujours acceptable. Il est difficile pour une personne de s’orienter au début, et les conseils de toutes parts sont tout simplement distrayants et ennuyeux. Par conséquent, ne faites des suggestions ou n’aidez à trouver des experts appropriés que si on vous a demandé de le faire.

En outre, il n’est pas indispensable d’affirmer que certains actes ou comportements ont contribué à la maladie de la personne. Elle est probablement déjà perplexe quant à la raison pour laquelle cela lui est arrivé, alors au lieu de vous battre à ce sujet, contentez-vous de la soutenir. Écoutez s’il a besoin de parler, et ne soyez pas contrarié s’il se retire et refuse de discuter de son problème de santé. Faites-lui sentir que vous êtes là pour lui et que vous l’aiderez s’il le demande.

À la maison, le soutien

Offrez votre aide – vous pouvez en avoir besoin, mais la personne peut ne pas en vouloir parce qu’elle est timide ou a peur d’être un fardeau. Pendant la thérapie, les patients subissent divers effets indésirables. Le temps de récupération après une opération peut prendre des semaines ou des mois, et les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie comprennent la léthargie, la fatigue, la nausée et des changements dans l’état de la peau.

L’appétit est diminué et des aphtes peuvent se former, rendant la mastication difficile et la déglutition désagréable. La maladie peut rendre difficile pour la personne de prendre soin d’elle-même, y compris de manger, et aller au magasin peut être une véritable lutte.

Reconnaissez le désir d’indépendance de votre proche. Par exemple, s’il insiste pour faire le ménage tout seul, ne forcez pas votre aide et laissez-lui le choix – si c’est trop dur, il se tournera peut-être vers vous. Et n’acceptez pas d’en faire plus que ce que vous pouvez gérer. Dans ce scénario, la prestation de soins se transformera d’un effort volontaire pour simplifier la vie de votre proche en un devoir pour vous et votre proche. Mieux encore, parlez des tâches qu’il serait prêt à vous déléguer, comme promener le chien ou faire la cuisine.

Essayez de prendre le contrôle de l’organisation.

Votre proche et vous devez accomplir de nombreuses tâches, allant du choix d’un établissement adapté à la collecte de fonds pour les soins médicaux. Cela peut être difficile pour la personne concernée de s’en occuper seule, vous devez donc l’aider autant que possible.

Vous pouvez accompagner votre proche chez l’expert, par exemple, pour noter ses suggestions et améliorer le plan de traitement. Il est difficile de se souvenir de tout ce qu’il dit, il peut donc être bénéfique d’avoir quelqu’un pour vous aider à noter les aspects importants. N’hésitez pas à poser des questions si vous ne comprenez pas certaines des explications du spécialiste.

Préparez une liste de questions à poser pendant la visite, par exemple : quelles sont les thérapies disponibles, quels sont leurs avantages, leurs dangers et leurs effets secondaires, où trouver des informations fiables sur le cancer de la personne, quels experts participeront à la thérapie et comment obtenir un deuxième avis. N’oubliez pas que vous pouvez bénéficier d’une aide gratuite via votre couverture d’assurance maladie obligatoire.

Soyez ouvert et honnête avec votre proche, et ne lui cachez pas les conseils des experts. La personne malade sait qu’une thérapie longue et ardue l’attend ; elle a peur, elle est réticente et veut exprimer ses émotions. Il n’en a tout simplement pas la possibilité si son entourage fait semblant que tout va bien et rejette les questions qui le mettent mal à l’aise.

Soyez patient si l’un de vos proches est atteint d’un cancer

Lorsque votre proche apprend le diagnostic d’un cancer, son comportement peut changer radicalement. Une fois le choc passé, la panique s’installe, la personne refuse d’accepter qu’elle est malade et devient furieuse – tant contre elle-même que contre son entourage qui va bien. Tout cela est naturel ; chacun gère ses émotions à sa manière. Ne prenez pas les commentaires de votre proche personnellement s’il est furieux ou malheureux. Vous n’y êtes pour rien ; il faut simplement du temps pour qu’il accepte sa maladie et la thérapie qui l’attend.

Respectez les émotions du patient et permettez-lui de s’exprimer ou d’être seul si c’est ce qu’il souhaite. Il n’est pas toujours nécessaire de le rassurer ou de dire quoi que ce soit, il suffit d’être là et d’écouter. Que vous souhaitiez poser une question concernant les chances de traitement ou le bien-être, voyez d’abord si la personne est prête à aborder le sujet. Elle a le droit de refuser, puis de proposer de revenir sur la discussion si elle le souhaite.

Ne vous laissez pas trop entraîner par la maladie.

Un diagnostic équivaut à retirer une personne de son environnement normal. Tout le monde poursuit sa vie, va au travail, s’amuse – mais la personne n’a rien de tout cela, seulement la maladie et un traitement rigoureux. Il arrive également que des liens sociaux importants soient rompus. Par exemple, si les amis ne savent pas vraiment comment aider ou ne trouvent pas les mots pour exprimer leur soutien, la personne peut se sentir abandonnée par ses difficultés.

Permettez à l’être cher de ne plus penser sans cesse à la maladie et de réaliser qu’il est encore capable de profiter pleinement de la vie, même si la majorité de ses projets et de ses préoccupations sont désormais centrés sur le traitement. Lorsqu’ils se sentent bien, ils peuvent être impatients de sortir ou d’inviter des gens. Aidez-les à organiser une fête lorsqu’ils se sentent bien.

N’ayez pas peur de demander de l’aide quand un de vos proches est touché par un cancer

Essayer de tout faire en même temps, des soins aux tâches ménagères, est une formule d’épuisement. Il est difficile de trouver des ressources pour s’aider soi-même, et encore plus pour aider l’autre personne. Le stress constant peut provoquer de l’irritation ainsi que des problèmes de santé tels qu’un risque accru de maladies cardiovasculaires, de diabète et de dépression.

Permettez-vous d’expirer et de reprendre des forces si vous vous sentez tendu. Bien sûr, cela semble être une tâche facile, mais n’ayez pas peur de demander de l’aide. Dressez une liste des tâches que vous effectuez régulièrement et invitez vos amis et votre famille à vous aider pour l’une d’entre elles. Ils peuvent, par exemple, faire les courses à votre place ou s’occuper d’une personne malade pendant votre absence.

Prenez soin de votre santé en dormant suffisamment, en mangeant correctement et en faisant régulièrement de l’exercice. Le soutien psychologique est également important : ne vous isolez pas, discutez de vos préoccupations avec les membres de votre famille et, si nécessaire, demandez l’aide d’un psychologue.

Veillez à ce que le patient se nourrisse bien

Les patients atteints de cancer courent un plus grand risque de souffrir de malnutrition ou de sous-alimentation. Les carences nutritionnelles peuvent avoir un impact sur le résultat du traitement anticancéreux, augmenter l’incidence des effets indésirables et prolonger l’hospitalisation. Une alimentation saine et équilibrée peut vous aider à mieux tolérer le traitement, parlez donc à votre médecin de votre plan alimentaire. Des modifications de votre régime alimentaire habituel peuvent être nécessaires, en fonction du type de cancer, de l’approche thérapeutique et des effets secondaires.

Il est essentiel de surveiller votre consommation de calories et de protéines. Les protéines, par exemple, doivent être consommées à un taux quotidien de 1 à 1,5 gramme par kilogramme de poids corporel, la limite maximale étant recherchée si possible. L’apport calorique quotidien doit être maintenu entre 20 et 30 kcal par kilogramme de poids corporel. Ainsi, un patient de 70 kilogrammes a besoin de 70 grammes de protéines minimum par jour, et la teneur calorique globale de tous les repas de la journée doit être satisfaisante.

N’oubliez pas de garder un œil sur les habitudes de consommation du patient. Cela peut aider à prévenir la déshydratation et à évacuer les sous-produits de la chimiothérapie. La consommation de liquide d’un adulte est de 2 à 4 % de son poids corporel. Par exemple, si une personne pèse 70 kilos, elle doit boire 1,4 à 2,8 litres d’eau par jour. En réalité, boire de l’eau ne suffit pas : des jus (de pomme ou de raisin), une soupe peu salée et des tisanes, comme le thé au gingembre et à la menthe, suffisent.

Pendant la thérapie, le sens du goût et de l’odorat du patient peut changer : les aliments familiers peuvent sembler excessivement salés ou sucrés, et un goût métallique peut apparaître sur la langue. Tout cela se traduit par un manque d’appétit et une perte de poids. Si un régime à domicile ne suffit pas à répondre à vos besoins nutritionnels, vous aurez peut-être besoin d’un régime spécialisé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here