Qu’est-ce que le mouvement des Gilets Jaunes en France ?

Qu’est-ce que le mouvement des Gilets jaunes en France ? Les protestations ont commencé lorsque les citoyens français ont remarqué que leurs taxes sur l’essence étaient plus élevées que dans le reste du monde. Ils se sont rapidement rassemblés autour des gilets jaunes, un symbole visible contre l’augmentation du coût de l’essence. Ces protestations sont devenues violentes, et le gouvernement français a réagi en conséquence. Pourquoi ? Voici un aperçu des causes de cette révolte et de la façon dont le gouvernement français réagit.

gilet jaune

Sociologie

Le mouvement des Gilets jaunes en France a pris d’assaut la sphère publique le 17 novembre 2018, et deux semaines plus tard, il était devenu l’une des plus grandes histoires du monde. Ce qui a commencé comme une protestation contre une taxe sur le carburant, s’est rapidement transformé en un mouvement plus large qui a remis en question toute l’architecture politique des sociétés contemporaines. Les Gilets jaunes ont exigé un référendum « à l’initiative du peuple », mettant le contrôle total entre les mains du « peuple ». Alors qu’ils prétendaient représenter « le peuple », ils ont été raillés, vilipendés et même ridiculisés. Leurs actions et leurs revendications reflétaient le cœur de la société française.

Si le mouvement des Gilets jaunes est clairement l’expression d’un mécontentement à l’égard du statu quo en France, il a également été étudié d’un point de vue sociologique. On a fait valoir que la fracture française est plus sociale que spatiale, et que le mouvement ne fait pas partie d’une région périphérique. Il représente plutôt un segment de la population qui a soudainement réalisé que son style de vie était devenu peu cool et indésirable. Malgré l’absence de politiques publiques en place, ce segment de la population pourrait ne pas survivre longtemps.

La sociologie du mouvement des Gilets jaunes en France est un sujet d’actualité qui mérite une enquête plus approfondie. La rage et la colère des gens contre le président Macron ont été canalisées dans un symbole du néolibéralisme arrogant. De plus, les luttes passées du pays concernant l’État social sont encore fermement ancrées dans l’imaginaire collectif. Il est donc crucial de comprendre la motivation derrière le mouvement des Gilets jaunes en France.

Les participants au mouvement viennent des zones urbaines d’Ile-de-France et du Grand Paris, qui sont les parties les plus urbanisées de la région-capitale. Ils s’inquiètent de l’augmentation des coûts liés à la voiture, mais leur utilisation de la voiture est bien moindre que celle des habitants des zones rurales. En moyenne, ils passent environ 75 minutes par jour dans leur voiture, contre 45 minutes par jour dans les zones rurales.

À la mi-décembre 2018, le mouvement atteint son apogée et le président Macron revient sur la hausse de la taxe sur les carburants et augmente le salaire minimum. Au printemps 2019, les blocages de routes et les manifestations hebdomadaires se sont poursuivis, et au printemps 2020, des mesures d’enfermement ont été imposées. Le mouvement a depuis donné naissance à un environnement politique tumultueux. Il n’y a pas de réponse claire aux causes du mouvement des Gilets jaunes, mais ces revendications ont été le moteur de la réaction du gouvernement français à la protestation.

  Tout savoir Sur Les Punks

gilet jaune

Préoccupations liées au changement climatique

Bien que les préoccupations liées au changement climatique du mouvement des Gilets jaunes en France ne soient pas directement liées à l’augmentation de la taxe sur le carburant, elles illustrent bien les enjeux. Premièrement, la proposition d’augmentation des taxes vise à augmenter le prix du carburant, une mesure qui sera très impopulaire parmi les classes inférieures et moyennes de France. Deuxièmement, elle est destinée à cibler les citoyens des classes basses et moyennes, qui dépendent souvent fortement des combustibles fossiles. Troisièmement, la hausse des taxes serait particulièrement douloureuse pour la classe ouvrière française.

Alors que les manifestations des Gilets jaunes en France se poursuivent, la politique climatique devrait être plus équitable. Alors que les manifestations en France se sont concentrées sur la hausse des taxes sur les carburants, les revendications des Gilets jaunes sont également un signal d’alarme pour que les gouvernements fassent plus. Ils rappellent également aux gouvernements les fractures sociales dans le pays et soulignent que l’action climatique ne peut être réalisée que si tout le monde en bénéficie. Par conséquent, le mouvement des Gilets jaunes est un développement bienvenu.

En outre, les revendications des Gilets jaunes liées au climat reflètent la méfiance sous-jacente à l’égard des grands gouvernements, qui se traduit par la haine généralisée de l’UE et d’autres institutions internationales. Cela reflète le mécontentement à l’égard des politiques de Macron et de leur mépris de l’environnement. En outre, le mouvement est devenu une force avec laquelle il faut compter – et il a déclenché une réaction politique semblable à celle de la Révolution française.

L’intensité des protestations a forcé le gouvernement français à faire volte-face et à suspendre l’augmentation des taxes sur le carburant. Pourtant, cette mesure n’a pas réussi à apaiser les tensions. Les « gilets jaunes » veulent toujours plus de concessions de la part du gouvernement. Ils exigent que le gouvernement leur donne plus d’argent pour leur détresse. Ils exigent la redistribution des richesses et une augmentation du salaire minimum et des paiements de sécurité sociale.

Un nombre croissant de Français comprend le problème du prix élevé de l’essence et souhaite un système plus équitable qui protège l’environnement. Pourtant, l’erreur du gouvernement, sous la pression des lobbies commerciaux, a été de répercuter la majeure partie des coûts sur le consommateur. Macron affirme que la classe ouvrière doit se sacrifier pour l’avenir de la planète. En outre, il veut dégrader les services publics et investir dans les technologies vertes, ce qui profitera finalement à l’économie.

  Pourquoi les projets de mosquées sont-ils difficiles à réaliser en France ?

Manifestations violentes

Le mouvement des Gilets jaunes en France est devenu notoire pour ses manifestations violentes. Alors que la plupart des protestations en France suivent un parcours déterminé, celle-ci s’est caractérisée par une atmosphère chaotique et imprévisible. Le 1er novembre, le chef de la Gendarmerie nationale, Richard Lizurey, a démissionné, et le mouvement des Gilets jaunes est descendu dans la rue. Cependant, les protestations ont diminué ces derniers mois, avec moins de 100 personnes se présentant chaque samedi sur les Champs-Elysées.

La police a condamné à plusieurs reprises les manifestants, affirmant qu’ils ont causé des dégâts matériels, tout en évitant de rendre des comptes sur leur propre comportement. Le président Emmanuel Macron a déclaré en mars que la répression était inacceptable mais qu' »aucun acte de violence n’était irréparable » en août. Le Premier ministre Edouard Philippe a qualifié les manifestants de « voyous », et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a nié à plusieurs reprises que la police ait fait un usage excessif de la force lors des manifestations des Gilets jaunes.

Le mouvement des gilets jaunes a également suscité la controverse sur l’idée qu’il ne représente qu’un petit segment de la société française. Alors que la plupart des manifestants Gilets jaunes sont des Blancs de la classe moyenne inférieure, le mouvement a connu des difficultés dans les banlieues fortement immigrées, qui restent les plus pauvres de France. Le mouvement des Gilets jaunes en France a même provoqué des insultes antisémites contre l’intellectuel conservateur Alain Finkielkraut.

Le mouvement a suscité l’indignation en France, et il s’est étendu à d’autres pays, notamment en Europe. Le mouvement des Gilets jaunes en France est un mouvement politique, et beaucoup le soutiennent. Cependant, le mouvement est devenu un mouvement populaire non officiel, sans direction officielle. Les gens ont organisé le mouvement par le biais de groupes de médias sociaux. Il n’a pas de direction claire, mais il a le potentiel de provoquer un bouleversement politique en France.

Bien que Macron ait mis fin à l’augmentation des taxes le 4 décembre, on ne sait toujours pas s’il acceptera les nouvelles demandes du mouvement des gilets jaunes. Le 10 décembre, le président Macron s’est adressé à la nation et a annoncé de nouvelles mesures économiques qui aideraient les citoyens les plus pauvres du pays. Cependant, il n’y a aucun signe clair que ces mesures résoudront les protestations. Si ce n’est pas le cas, l’élection de Macron est en danger. C’est pourquoi il tente de trouver une solution qui satisfasse à la fois le mouvement des Gilets jaunes et l’économie française.

  Les faits les plus étonnants de la biographie de Tupac Shakur

La réponse du gouvernement français

Le mouvement des Gilets jaunes a été déclenché pour la première fois par la hausse des taxes sur le carburant en octobre 2018. Ses protestations ont été les plus actives dans les zones rurales et périurbaines, notamment sur les ronds-points. Les protestations ont été accompagnées de violences et d’interventions policières dans certains cas, ce qui n’a fait qu’accroître la sympathie pour les manifestants. La réponse du gouvernement français au mouvement des Gilets jaunes a été complexe. Sa réponse a varié d’un ton prudent, qui a été critiqué par certains, à des mesures extrêmes impliquant la mort, les arrestations et la destruction.

Si Macron a reconnu sa responsabilité dans les manifestations, son ton était moins que chaleureux et était sarcastique. S’il a reconnu que certaines réformes étaient nécessaires, il n’a pas dit ce qui devait changer. Au lieu de cela, Macron a déclaré que le pays doit maintenir le statu quo et que ses réformes ont fonctionné. En fin de compte, l’approche de Macron ne fonctionne pas et risque de faire enrager encore plus le mouvement des gilets jaunes.

Malgré les tentatives du gouvernement français de contrôler les manifestations, de nombreuses personnes en France restent mécontentes. Par conséquent, les manifestants se sont concentrés sur Macron, comme étant la source de leurs problèmes. Macron a déjà réduit le fameux impôt sur la fortune et assoupli le droit du travail. La taxe sur le carburant renforce encore l’image que les manifestants se font de Macron comme le président des riches. Mais est-ce la bonne approche pour le mouvement des Gilets jaunes ?

La réponse du gouvernement de Macron au mouvement des Gilets jaunes a modifié le paysage politique en France. Les gilets jaunes ne sont pas représentatifs des divisions traditionnelles gauche-droite. Et ils n’ont pas été unis sur une solution gouvernementale. Cela signifie que le gouvernement français est non seulement incapable de mettre fin aux protestations, mais aussi de régler rapidement les problèmes structurels qui alimentent le mouvement des gilets jaunes. Il a toutefois réussi à faire une tentative pour régler ce problème.

La taxe sur les carburants qui a déclenché le soulèvement était le résultat de la politique environnementale du gouvernement français, qui visait à réduire l’empreinte carbone du pays. Cependant, il s’agissait également d’une stratégie politique visant à combler le déficit budgétaire du gouvernement. La taxe sur les carburants a rendu furieux les secteurs ruraux et suburbains, car les transports publics du pays font défaut et les ménages dépendants de la voiture comptent fortement sur leur véhicule. De plus, les gilets de haute visibilité des manifestants les faisaient ressembler davantage à des conducteurs de voitures qu’à un mouvement de protestataires.

Laissez un commentaire