La 5G est-elle une technologie à haut risque ? Pourquoi en ai-je besoin ?

0
157

La 5G est-elle une technologie à haut risque ? Pourquoi en ai-je besoin ? Voici notre dossier pour tout comprendre sur la technologie 5G !

5G

Qu’est-ce qui distingue la 5G de la 4G ? Est-elle simplement plus rapide ?

Du point de vue d’un simple consommateur, la vitesse de connexion est la caractéristique la plus claire et la plus apparente qui distingue la 5G de la 4G. Oui, dans certains cas, la vitesse de connexion à la 5G sera des dizaines de fois plus rapide que dans une situation 4G normale : on peut parler en toute confiance de centaines de mégabits et même de gigabits par seconde (et en théorie même de 10 à 20 gigabits).

D’autres caractéristiques de la 5G sont moins visibles, mais non moins importantes : les réseaux doivent gérer jusqu’à un million d’appareils par kilomètre carré (4G – jusqu’à 100 000 appareils) et, en principe, offrir une latence du signal extrêmement faible, seulement une milliseconde contre des dizaines de millisecondes sur les réseaux de la génération actuelle. À moins que vous ne soyez dans un stade avec des dizaines de milliers de personnes, il est peu probable que vous vous inquiétiez de cela en utilisant simplement votre téléphone, mais la 5G devrait être largement utilisée pour l’Internet des objets également.

C’est là que les caractéristiques de la nouvelle norme entrent en jeu : une petite région peut contenir un grand nombre de capteurs envoyant des données sur l’état des infrastructures. Et les véhicules sans conducteur, que nous souhaitons voir sur les routes dans un avenir proche, pourront recevoir et réagir aux informations concernant les incidents de circulation de manière extrêmement rapide.

Pourquoi aurais-je besoin de la 5G et d’une vitesse aussi élevée sur mon téléphone ?

Le wifi domestique est souvent considérablement plus lent que ce que la 5G peut fournir : en 2020, la vitesse moyenne de l’internet domestique en France était de 132,60 Mbps, selon un célèbre site de test de débit, ce qui reste largement inférieur à ce que la 5G peut accomplir.

Mais la question n’est pas de savoir si vous avez besoin d’un internet aussi rapide sur votre téléphone (vous n’en avez probablement pas besoin). Auriez-vous besoin de l' »internet à domicile » à un prix élevé si vous pouviez connecter des ordinateurs portables, des PC et des téléviseurs directement au réseau 5G et bénéficier d’une connexion aussi bonne que le filaire ou le wi-fi ? C’est particulièrement vrai si vous résidez dans une maison où un seul fournisseur est accessible – et que ce fournisseur offre des conditions moins bonnes que la concurrence.

La vie est-elle sensiblement améliorée dans les endroits où la 5G existe déjà ?

Il est probablement trop tôt pour dire quel effet la 5G a eu sur la vie des gens. En Corée du Sud, qui est devenue une pionnière dans le déploiement des réseaux de nouvelle génération, la seule différence apparente (et claire) est une augmentation de la consommation de trafic : Les clients 5G ont téléchargé en moyenne 33,7 gigaoctets par mois, soit 65 % de plus que les abonnés 4G.

Sinon, les médias font simplement référence à certaines applications qui bénéficient de la bande passante plus élevée. Par exemple, nous pourrions diffuser des matchs de baseball avec la possibilité de passer d’une caméra à l’autre, ou nous pourrions utiliser la 5G dans les usines, où la nouvelle norme permet de télécharger rapidement des photos de marchandises sur le cloud et de les analyser pour détecter les défauts.

Les fréquences de la 5G

Commençons par examiner pourquoi le terme « fréquences » est si essentiel dans le contexte de la 5G. Les communications mobiles, comme toute autre radio (y compris le même Wi-Fi), envoient un signal en utilisant un rayonnement électromagnétique. Ce faisant, la 5G peut utiliser trois bandes de fréquences, dont le choix affecte deux caractéristiques essentielles : la vitesse de transmission des données et la capacité du signal à éviter diverses barrières.

Lorsqu’il s’agit de vitesses 5G de plusieurs gigabits par seconde, la bande la plus élevée – 24 gigahertz et plus – est souvent retenue. Le principal inconvénient de cette bande est que, lorsqu’il pleut, ces ondes ne traversent pas les murs, les fenêtres, les arbres ou même l’air. Par conséquent, les stations de base doivent être placées de manière extrêmement dense, à plusieurs centaines de mètres les unes des autres, voire plus près. C’est très coûteux pour les opérateurs, mais cela se traduit par un signal instable en déplacement pour les utilisateurs.

Toutefois, le réseau 5G pourrait également fonctionner dans deux autres bandes : la plus basse, inférieure à 1 gigahertz, offre des vitesses allant de quelques dizaines à 200-250 mégabits par seconde mais est fiable sur de vastes régions. Enfin, la bande de fréquence moyenne, de 1 à 6 gigahertz, offre des vitesses et une pénétration moyennes.

S’appuyer exclusivement sur la bande la plus basse n’a guère de sens : elle offre une connexion équivalente, voire légèrement supérieure, à l’excellente 4G. Pour trouver un équilibre entre disponibilité terrestre et vitesse 5G, les opérateurs emploient généralement un mélange de deux ou trois bandes.

Les émissions de la 5G sont-elles vraiment puissantes ?

« Le rayonnement 5G est si puissant que les individus présentent des symptômes comme un coronavirus ; les autorités l’exploitent pour pousser les vaccins et donc pucer les gens. » Il s’agit là d’une théorie du complot bien connue. Allons au cœur de son message principal : le rayonnement 5G est-il vraiment assez puissant pour provoquer des maladies ou nuire à la santé ? (Nous reviendrons sur la puçage de la population dans la question suivante).

Il existe deux solutions correctes à cette question : simple et complexe. L’explication de base est que tous les rayonnements électromagnétiques, des ondes radio aux rayons X, sont classés en deux types en fonction de leur énergie (et non de leur puissance, qui est une chose distincte) : les rayonnements ionisants, qui sont capables de détruire les molécules et de les convertir en ions, et les rayonnements non ionisants, qui ne le sont pas. Toutes les bandes 5G émettent des rayonnements non ionisants, qui ne peuvent que chauffer les tissus vivants qu’ils traversent mais n’endommagent pas leurs molécules et n’ont donc aucun impact sur les processus chimiques des êtres vivants.

Des études sur les impacts concevables, hypothétiques, prospectifs et fictifs des rayonnements non ionisants sur les cellules vivantes sont en cours, mais elles doivent encore démontrer un effet répétable sans équivoque ou fournir un mécanisme expliquant cet effet. En résumé, il n’y a aucune raison de penser que la 5G ou tout autre rayonnement radioélectrique puisse causer des dommages substantiels à la santé humaine à l’heure actuelle.

En bref, pourquoi les théoriciens du complot ont-ils peur de la 5G en particulier ?

Certains individus ont également été humiliés par les réseaux de la génération précédente : par exemple, au début des années 2000, une recherche menée en Hollande a révélé que les antennes relais 3G provoquaient des migraines et des nausées. Par ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé a publié en 2014 une explication sur les conséquences sanitaires des téléphones portables, démontrant que les rayonnements ne chauffent que légèrement la peau mais n’ont pas d’effets nocifs à court ou long terme.

Un autre facteur est que le début du déploiement actif de la 5G a approximativement coïncidé avec la propagation mondiale de l’épidémie de coronavirus. Dans ce contexte, les théoriciens du complot ont rétrospectivement étendu leur hypothèse aux réseaux des générations précédentes également : les précédentes épidémies de maladies virales se seraient produites à cause des réseaux 3G et 4G.

FAQ sur la technologie 5G

Qu’est-ce que « 5 » et le « G » de la 5G ?

Le chiffre 5 représente la génération du téléphone mobile. G est l’abréviation du terme « génération ». Il y a eu (vous n’allez pas le croire) la 4G, la 3G, la 2G et la 1G avant la 5G. La 5G est une norme cellulaire, comme toutes les générations précédentes. Cela implique que la région est divisée en cellules, dans lesquelles sont installées des tours de base : les téléphones se connectent à ces tours et commencent à transmettre le signal.

Quand pouvons-nous prévoir la 6G ?

La création de réseaux de sixième génération (qui seront, bien sûr, plus rapides que la 5G) vient de commencer. La 6G ne sera très probablement pas disponible avant une dizaine d’années.

Mon iPhone sera-t-il compatible avec la 5G ?

La réponse est oui en fonction des modèles. Apple a désormais produit des iPhone 5G. Les premiers téléphones compatibles avec la 5G ont été lancés ces dernières années.

Comme la capacité 5G ne peut pas être introduite par une mise à jour du système d’exploitation, vous devrez choisir, lors de l’achat d’un nouveau téléphone, si vous voulez vous connecter aux nouveaux réseaux ou rester sur la 4G.

La 5G sera-t-elle à des prix élevé à l’avenir ?

Cela dépend des stratégies tarifaires des opérateurs, mais la 5G ne sera pas moins chère que la 4G au début. Dans des pays, notamment au Royaume-Uni et aux États-Unis, certains fournisseurs offrent gratuitement la connectivité 5G.

Toutefois, l’élément le plus coûteux du passage à la 5G est un nouveau téléphone. Les smartphones et routeurs 4G existants sont incapables de se connecter aux réseaux de nouvelle génération, ce qui nécessite l’achat d’un nouvel équipement adapté. Si vous préférez Samsung ou d’autres smartphones Android, le choix d’un nouveau téléphone 5G sera simple ; les options sont nombreuses.

Une cage de Faraday vous protégera-t-elle contre la 5G ?

Elle est déterminée par la conception de la cage de Faraday – ou, plus précisément, les fréquences dont elle bloque le rayonnement – ainsi que par le pas de la grille. D’après sa description, la première « cage de Faraday » que j’ai découverte sur Amazon empêche (ou réduit considérablement) les rayonnements de la gamme des mégahertz à 5 gigahertz. Cela implique que, bien qu’un boîtier comme celui-ci doive couvrir les fréquences basses et moyennes de la 5G, il ne garantit pas une « protection » contre la bande haute. Par conséquent, il est peu probable que ce soit la meilleure méthode pour se défendre contre la 5G.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here