Fil info
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

Saint-Léonard à l’heure médiévale... et limousine

Ce week-end à Saint-Léonard-de-Noblat, les rues du centre historique de la ville ont accueilli une grande fête médiévale, tandis que la place de la Libération était le théâtre de la fête de la viande. En effet depuis 5 ans maintenant ces deux événements ont lieu sur le même week-end.

Le centre historique de la ville a replongé tout le week-end dans sa période médiévale. Pour l’occasion une quarantaine d’artisans médiévistes proposaient divers objets de cuir ou en bois, des bijoux, etc. La forge était elle aussi bien en place, comme les artistes chargés des animations : danses, échassiers, spectacles, dont celui de l’ours Valentin qui a, dès l’annonce de sa présence, mis en ébullition les réseaux sociaux. Ce d’autant qu’une pétition des associations AVES France et Paris Animaux Zoopolis demande son interdiction, considérant que ces spectacles sont incompatibles avec les «besoins fondamentaux de ces animaux». La pétition a recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures. Ce qui n’a pas empêché la foule de s’amasser devant le spectacle. Et les tracts distribués pendant les Médiévales par les défenseurs des animaux n’y ont rien changé. Par contre Frédéric Chesneau, le montreur d’ours, a pris soin d’expliquer aux nombreux spectateurs que s’il se réjouissait que la population se soucie du bien-être animal, il déplorait que des associations animalistes colportent des accusations diffamatoires. Il a ainsi expliqué les conditions de vie et de représentations de son ours, insistant sur l’amour et le respect qu’il avait pour son animal. Et d’ajouter que lorsque l’ours était au repos, il fait 50 représentations par an, il vivait dans un parc de 9 hectares, près d’Orléans, qui est un refuge pour animaux maltraités, errants, ou saisis par la justice. Les spectacles servent à les nourrir. Le spectacle à Saint-Léonard-de-Noblat s’est déroulé sans anicroche sous l’œil vigilant de la gendarmerie et sous les applaudissements du public.

Outre ce spectacle, le cercle d’escrime de Limoges, fil rouge de ces Médiévales, s’est chargé d’insuffler tout au long de ce week-end, une atmosphère médiévale, avec son campement, sa cuisine évidemment médiévale, ses combats chorégraphiés sans oublier les animations destinées aux enfants. Enfants qui pouvaient aussi s’exercer au lancé de hache ou au tir à l’arbalète, admirer les échassiers de la troupe Tan Elleil, bref se plonger au temps des chevaliers. Les adultes ont également eu l’occasion de se divertir, notamment avec le spectacle d’Arthus Spectacles «Le tinel du surgien», autour de la chirurgie du Moyen âge. Installé à Brive, Jean-Yves Dottin a choisi de mettre en scène ce sujet par réaction. «J’avais un spectacle sur les plantes médicinales et à chaque fois les spectateurs venaient me dire combien c’était mieux avant ! J’ai donc voulu montrer ce qu’était la chirurgie au Moyen âge, j’ai un doctorat en pharmacie, ce qui me permet de cerner ce que c’était avant, d’autant que je me suis documenté, bien qu’il faille tout de même reconnaître que cette période fait partie du savoir cumulatif de la médecine».

Les Médiévales ont réussi cette année encore à attirer un public familial nombreux. La fête de la viande n’a pas non plus été en reste (voir ci-dessous).

Fatima Azzoug

 

Photo : Malgré la polémique l’ours Valentin a bel et bien assuré son spectacle.