Fil info
21:54 L’ dans tous ses états: https://t.co/npjyHB909b
21:37 Merci. Le Pont Saint Chrétien Chabenet dans l’Indre, département où j’ai eu la chance de travailler pend… https://t.co/oXJrlcTpXJ
18:10 Rire
18:06 Merci bien, hein ! Tout le monde en nervous breakdown.
17:59 Bonjour huber
15:46 Ca risque pas de s'arranger avec une uberisation du travail.

La mémoire de Jean Viacroze souillée par le site fasciste "Démocratie Participative"

Société

Dans un article en ligne, le site haineux «Démocratie Participative» souille la mémoire de Jean Viacroze, ancien déporté, disparu le 27 février dernier, ainsi que celle des 99 Pendus de Tulle.

Tel l’Hydre, ses têtes se régénèrent sans cesse. Malgré la décision du Tribunal de Grande Instance de Paris, rendue le mardi 27 novembre dernier, de le bloquer en France «sans limites de temps dans un délai de quinze jours sous peine d’une amende de 10.000 euros par jour de retard»*, «Démocratie Participative» sévit toujours. Pourtant, la procédure judiciaire était exceptionnelle et appuyée par de grandes associations. Elle concernait «tout site comportant le nom démocratie participative.biz».   

Impunité

Le blog xénophobe hébergé aux Etats-Unis et donc placé sous la protection du Premier Amendement de la Constitution (comme il l’indique sur sa page d’accueil), a refait surface très rapidement en multipliant impunément les noms de domaine. La fachosphère s’y exprime librement.
Ainsi, dans un article datant du 28 février, un certain «Libre Panzer», se réjouit du décès de Jean Viacroze survenu la veille. L’auteur insulte la mémoire de cet ancien résistant, dernier survivant du Drame de Tulle, disparu à l’âge de 104 ans. Il déverse sa haine sur les 99 hommes pendus le 9 juin 1944 et les déportés, les traitant de «chiens d’égorgeurs rouges à la solde de Staline et du paradis judéo-bolchevique qu’était l’URSS». Il glorifie les membres de la division Das Reich les qualifiant de «héros». Les mots sont infâmes et le texte insoutenable. Quant aux commentaires de l’article, ils laissent libre court au négationnisme.

«Agir et vite !»

Michel Trésallet, Tulliste, fils de déporté et représentant des déportés rescapés, a découvert l’article avec horreur le week-end dernier. Il y a un an, dans le cadre de la lutte contre l’installation du groupuscule nazi DNR dans un local à Tulle, il avait demandé l’interdiction de ce site internet fasciste avec Bernard Delaunay de l’ANACR Corrèze. «Les propos sont odieux, bas, bêtes et dénués de sens», réagit-il à propos de la teneur de l’article. «Le fait que ce site ait refait surface impunément et qu’il soit lu par des millions de personnes pose problème. Il faut exiger des instances dirigeantes que ce genre de chose ne puisse plus se reproduire quitte à faire pression sur les Etats-Unis», commente-t-il. «J’en veux aux pouvoirs publics qui ne sont pas capables de faire respecter les lois. Il faut agir et vite !».

La justice saisie

«C’est gravissime», réagit Bernard Combes, le maire de Tulle, «à la fois surpris et dégoûté, par les propos proférés. Je suis sous le choc de ce que j’ai pu lire, à quelques jours du décés de M. Viacroze. Quand on connaît la cause qu’il a défendue et l’homme qu’il a été, c’est injurier les victimes».
«Si d’un côté des gens sont capables de dire les pires horreurs, de l’autre il faut s’armer juridiquement au minimum, politiquement et philosophiquement pour combattre tout cela», estime l’édile qui a donc saisi le Préfet en urgence ce mardi matin. «Et nous allons saisir à nouveau la justice sur la question de la disparition de ce site, sur sa fermeture car on ne peut avoir une autre répnse que celle-ci», ajoute-t-il. Dans la foulée le Préfet de la Corrèze a saisi le Procureur de la République en vertu de l'article 40 du code de procédure pénale.

Un délire anti-communiste

«Un des fléaux de la vie démocratique dans notre département et plus précisément de Tulle vient de se rappeler à nous», commente dans un communqiué Alain Guilbert, secrétaire départemental du PCF de la Corrèze. «A partir d’un site internet hébergé en dehors de notre pays, les « nazillons » s’en donnent à coeur joie pour salir la mémoire de Jean Viacroze, déporté, dernier survivant des « pendus de Tulle » le 9 juin 1944 décédé récemment. Ces nazillons heritiers d’Adolf Hitler se laissent aller à leur délire anti-communiste en proférant des propos haineux et insoutenables contre toutes celles et ceux qui par leur participation au combat dans la Résistance sont l’honneur de notre pays. Elles et ils ont été les libérateurs de notre pays aux côtés des forces alliées. Nous nous félicitons d’être les héritières et les héritiers de femmes et d’hommes qui se dressèrent face aux forces du mal pour que nous puissions vivre libres. Ce site qui héberge les héritiers de Goebbels, doit être fermé et interdit en France. Nous nous félicitons de la démarche de Monsieur le Préfet de la Corrèze et nous restons vigilants sur les suites qui seront données», ajoute le PCF.

Les communistes pour leur part participeront à la réunion prévue ce vendredi à 18h à l’appel du collectif qui s’était opposé avec succés à l’implantation de la « DNR » à Tulle.

La LDH "s'indigne et s'alarme"

La LDH Brive-Corrèze «s’indigne et s’alarme» des insultes mises en ligne par le site raciste et néonazi, «Démocratie participative» (hébergé aux Etats-Unis et théoriquement interdit de diffusion en France), lors du décès de Jean Viacroze, dernier survivant du massacre de Tulle, le 9 juin 1944. Jean Viacroze, raflé par la Das Reich, est témoin de la pendaison de 99 suppliciés, puis déporté avec 149 personnes à Dachau (101 n’en reviendront pas).
La LDH «s’inquiète de ces résurgences nauséabondes, de ces déferlements de haine, demande que ce site néonazi soit réellement interdit de diffusion en France, soutient les démarches judiciaires initiées pour le condamner et continuera le combat contre les idées fascistes et toutes les discriminations».

Un rassemblement au Haut Lieu de Cueille samedi

Le comité des Martyrs de Tulle et le Mémorial corrézien de la Résistance de la Déportation et des Martyrs organisent un rassemblement ce samedi 16 mars à 16 heures au Champ des Martyrs de Cueille, situé route de Brive. Ceci, «face aux insultes et horreurs prononcées sur internet par un groupuscule ultradroite à l’encontre de Jean Viacroze». Les participants se recueilleront devant la stèle et observeront une minute de silence», indiquent les deux associations qui invitent les autorités et la population à se joindre à elle. Elles espèrent que «les mesures prises par les autorités feront enfin cesser ces propos odieux et punir leurs auteurs».

Karène Bellina

(*) Source : journal Le Monde, article datant du 28 novembre 2018.

Photo : Jean Viacroze avec Robert Hébras lors de la commémoration du 9 Juin 44 en 2016

Sneaker Bar Detroit (SBD)