Revue d'effectifs...

Basket: Eurocup, 1/16e, 2e Journée: Limoges Csp 74 - Valencia Basket 79

 
Le Limoges CSP savait le résultat de la veille où les Serbes de Belgrade avaient battu les Espagnols de Malaga. Donc... presque tout le monde à « zéro».
Il ne faut jamais se cacher derrière son petit doigt. Quand le CSP a été champion d'Europe en 1993... il n'y avait pas de marché ouvert et de concurrence déloyale (bien que le CSP rémunère déjà de manière « bizarre » son effectif).
Hier soir, sur le parquet de Beaublanc, Valencia Basket présentait une équipe à même de jouer comme l'équipe nationale espagnole tant l'armada sur le terrain était impressionnante. Et comme nous l'avons écrit en présentation... nous allions assister à une revue d'effectifs du très haut niveau... hors NBA et Euroligue.
 
Rigueurs et pragmatismes
 
Ce titre «Revue d'effectifs» nous l'avons écrit avant la rencontre. Certes, les joueurs ont toujours évolué à 5 contre 5 avec les mêmes règles partagées avec discernement par un trio d'arbitre inernational.
A l'entame du jeu, Samuels était sur le terrain (30 ans ce même jour), Boutsiele s'étant plaint d'un dos torturé et si Diot était enfin présent (444 jours d'absence, il faut un gros budget pour supporter cela) et c'est le CSP par Bouteille à 2 et 3 points qui lançait Beaublanc... puis Samuels et 7/0 après 2 minutes et quelques secondes de jeu. Le CSP lancé... cétait mal connaître Diot (1/1 et 2, Abalde, Martinez et... 7/9 1 mn 30 après avoir été à 7/0).
En terme froids... on appelle cela la rigueur européenne... du moins côté basket.
Le CSP, incapable (on sait, le terme est fort) de juguler la diversité offensive espagnole tentait tout et parfois trop. 
La recherche de l'adresse absolue (Damien Inglis est depuis longtemps ce symptôme), la fluidité des passes, les balles perdues... tout était pour des visiteurs qui échangeaient les places sur le terrain sans que l'on ne s'en rende compte. La fiche technique ci-dessous dira la diversité de la phalange offensive espagnole.
Nous ne disons pas là que le CSP a abandonné a partie, loin de là, mais si les jeunes français Bouteille et Howard peuvent souvent se prétendre au-dessus du niveau il faut admettre par moment de mauvaises décisions ou «tri» de shoots. 
Les Américains, pour une fois, ont été constants, dynamiques même si l'adresse n'était pas au rendez-vous et si par deux, trois fois, Beaublanc a rugit parce que son équipe mordait les mollets de l'adversaire, rien n'y faisait... Le CSP, comme le basket français dans son ensemble doit avouer que tout est dur.
Du 18/28 à la fin du premier quart temps on était passés à un 37/46 qui pouvait ne pas être considéré comme catastrophique, mais lorsque l'on avait vu, dans les 20 minutes initiales que le moindre ballon perdu était... pour l'adversaire, on ne pouvait que se poser des questions.
Tout faire
On revenait donc sur l'aire de jeu rassurés du dos de Boutsiele (mâché dans l'après-midi) et surtout... en espérant de la densité, tant offensive qu'offensive. 
Il fallait être « renard dans le terrier » pour comprendre que Samuels (blessure, colère, incompréhension!) ne reviendrait pas en jeu et la recherche de fluidité du CSP face à l'omni-puissance de la phalange espagnole allait s'avérer décisive.
Le Limoges CSP n'était pas mauvais, les Valenciens n'étaient pas parfaits, mais les détails, les shoots à 3 points laissés pour compte, les rebonds offensifs et quelques manques (Inglis 1/11 aux shoots, on ne devient pas grand basketteur après avoir été... espoir lumineux). 
Le CSP se battait, rendait coup sur coup sauf que son meilleur élément stabilisateur, tant offensivement que défensivement était trop rapidement exclu pour quatre fautes puis pour définitivement cinq sanctions. Nous n'avons pas l'habitude dans nos colonnes de juger les arbitres, dépositaires du jeu... nommés par eux-mêmes...
Et c'est ainsi que Limoges compris que la place de son club avait encore des jours et des jours pour espérer retrouver, ce qui, selon les calicots, les étendards accrochés à Beaublanc, qu'il serait, dans une Europe taillée de toutes parts sauf dans les règlements économiques européens de retrouver une taille que même Monaco et son « argent » personnel et Strasbourg, capitale européenne, ne trouvent pas...
 
La marque
Quart-temps: 18-28, 19-18, 13-18, 24-15
Arbitrage de MM. Spirios Gkontas, Tomislav Hordov et Igor Dragovevic.
Limoges CSP: 74
Les stats: 17 shoots sur 31 à 3 pts (54,8%), 9/24 à 3 pts (37;5%), 13 LF sur 17 (76,5%), 4 rebonds offensifs, 23 rebonds défensifs, 
19 passes décisives (Taylor 7), 3 interceptions, 10 balles perdues, 19 fautes (Miles éliminé 38e mn), 17 fautes provoquées ;
La marque: Inglis 5, Hardy 12, Rousselle 3, Taylor 10, Miles 9, Boutsiele 6, Samuels 2, Howard 15, Bouteille 12.
Valencia Basket: 79
Les stats: 15/28 à 2 pts (53,6%), 12/34 à 3 pts (35;3%, W. Thomas 3/5, Van Rossom 2/5, 13./16 LF (81,3%) ; 11 rebonds offensifs, 22 rebonds défensifs, 21 passes décisives (Vives 4, Abalde 3), 8 interceptions, 6 balles perdues, 17 fautes, 19 fautes provoquées.
La marque: Abalde 7, Labeyrie, Diot 9, Van Rossom 8, Thomas W. 15, Tobey 6, Dubljevic 12, Vives 2, Martinez 7, Thomas M. 9, Doornekamp 4.

 

Whoelsale The Newest UA Yeezy Boost 350 Pirate Black Online For High Quality At Martha Sneakers.