Fil info
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw
15:40Périgueux : FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt -> https://t.co/KZcQydTMex
10:52 si vs lisez l’histoire de Laurent, fauché par 1 chauffard à 12 ans... tjrs au à 39 an… https://t.co/mUr0Y0ztjS
10:41Périgueux : « Travailler dans une bibliothèque, ce serait le rêve » -> https://t.co/Om386ffkdU
08:48Marsac-sur-l'Isle : Dixième salon animalier du Périgord : coup d'envoi au parc des expo' ! -> https://t.co/p6CLIkLE08
07:47France : Nouvelle exposition au musée de la Résistance, regard sur les brigades internationales -> https://t.co/caNMHLqoaD
07:44# # - -Vienne : Les Petits Ventres, un succès sans cesse renouvelé! -> https://t.co/TTzFlA4Xuk
07:41Région : A la découverte de l’architecture contemporaine -> https://t.co/OSBGQvtF79
07:37Région : A Limoges, la voie du «faire pour apprendre» -> https://t.co/SqNTZduZAH
04:00La Douze : Un motard gravement blessé au sud de Périgueux -> https://t.co/MsiSO6cCfK

La vigilance ne doit pas baisser pendant les vacances

Sécurité

Ce lundi 12 août 2019, Marc Fesneau ministre des Relations avec le Parlement français était en visite sur l’aire d’autoroute de Saint-Laurent-sur-Manoire où plusieurs stands de sensibilisation à la sécurité routière étaient présents.
En vacances pendant quelques jours en Dordogne le ministre Marc Fesneau, comme son homologue de l'Education Jean-Michel Blanquer, il y a une dizaine de jours à Excideuil, a tenu à montrer que, même pendant les vacances, les membres du gouvernement étaient sur le terrain. Lors de cette visite, étaient présents les deux députés LREM Jacqueline Dubois et Michel Delpon et le député MoDem Jean-Pierre Cubertafon, ainsi que le préfet Frédéric Périssat et le président du Conseil départemental Germinal Peiro.

La déviation de Beynac en trouble-fête

Sans attendre, le sujet de la déviation de Beynac s’est invité dans les conversations et Jacqueline Dubois a jeté de l’huile sur le feu, en disant que le Département n’aurait pas dû débuter les travaux avant la fin de tous les recours. Germinal Peiro a dû la recadrer. « Il faut faire attention à ce que vous dites. Nous avions l’autorisation de la préfète et les travaux devaient être commencés dans les trois ans, sinon l’arrêté n’était plus valide. Il ne faut pas raconter n’importe quoi. Si l’on avait dû attendre la fin de tous les recours, le pont de l’Île de Ré et l’A89 n’auraient jamais été réalisés ». Puis le président du Conseil départemental a rappelé au ministre son inquiétude pour l’avenir des Papeteries de Condat alors qu’une aide de 35 millions d’euros a été sollicitée. « Ce sont plus de 700 emplois qui sont concernés et, avec les emplois induits, nous parlons de plusieurs milliers d’emplois. C’est donc une situation très grave pour notre département ». Une fois de plus les tensions sont apparues avec les députés LREM, Jean-Pierre Cubertafon et Michel Delpon reprochant à Germinal Peiro d’avoir écrit au président de la République Emmanuel Macron sur le sujet sans les inviter à se joindre à sa requête  et de manquer de solidarité. « Mais je ne demande que ça que nous soyons tous solidaires, car ça concerne toute la population et du département ».

Le ministre réagit dans les temps

Une fois les sujets chauds évacués, le ministre a fait le tour des différents stands. Tout d’abord ceux de la prévention routière où il a pu s’essayer à plusieurs simulateurs permettant de mesurer son temps de réaction ou de prendre conscience des dangers liés aux questions de visibilité. On y apprenait entre autres qu’à 130 km la voiture parcourait 40 mètres en une seconde, ce qui était le temps de réaction du ministre entre sa perception d’un danger et le moment où il a appuyé sur le frein. D’où le message important de respecter les distances de sécurité. Un second stand simulait à l’aide de lunettes spéciales, la vision que l’on avait lorsque l’on avait consommé de l’alcool, des stupéfiants ou des médicaments, ce qui permet de se rendre compte de la dangerosité de conduire sous l’effet de toxiques.
Un dernier stand de la sécurité routière avait pour but de sensibiliser le public sur la question des véhicules trop chargés, un classique sur les routes de vacances.
Le ministre a ensuite été très impressionné par le stand de la fondation Vinci dédié aux patrouilleurs des autoroutes. Un stand qui permettait de comprendre les risques que prennent ces hommes qui sécurisent des travaux, des véhicules en panne ou encore des lieux d’accident.

Le ministre salue le travail des patrouilleurs

Et Marc Fesneau a mesuré toute l’ampleur du danger en échangeant avec un de ces patrouilleurs qui, il y a quatre ans, a été percuté et projeté à plusieurs dizaines de mètres alors qu’il sécurisait les lieux d’un accident. Il a survécu miraculeusement après 15 jours de soins intensifs. Il a ensuite rencontré les motards du peloton autoroutier de la Gendarmerie qui a expliqué les actions qu’il mène en matière de prévention pour faire baisser le nombre de tués sur les routes, notamment en direction des seniors, compte tenu de la moyenne d’âge dans le département. Une visite qui s’est conclue avec les services des douanes qui se livraient à une opération de contrôle sur des poids lourds à l’aide d’un chien spécialisé dans la recherche de stupéfiants. Pas de grosse prise sous les yeux du ministre car les deux chauffeurs étaient en règle. En revanche, afin de montrer l’efficacité de son chien, un des douaniers avait dissimulé des stupéfiants dans un camion. Le labrador Elo n’a pas hésité une seconde sur l’endroit où la drogue était cachée, impressionnant Marc Fesneau.

Mais pourquoi le ministre Marc Fesneau s'occupe-t-il de... sécurité routière ?

On pourrait se demander le lien de cette visite avec le ministère qu’occupe Marc Fesneau, mais celui-ci s'est expliqué. « Je suis quelques jours dans le département et je voulais saluer ceux qui veillent sur nous tout au long de l’année et plus particulièrement pendant les vacances. J’ai été très impressionné par ce que fait Vinci pour la sécurité de ses personnels ainsi que par le travail des gendarmes en terme de répression et de prévention car il faut jouer sur les deux leviers. C’est un département très rural et c’est souvent sur le réseau secondaire que l’accidentologie est la plus importante. Les gens sont souvent distraits et inconscients, notamment avec les téléphones, donc il y a beaucoup de pédagogie à faire ». Et concernant le retour aux 90 km/h, le ministre estime que, « tous les départements ne s’en saisissent pas. Si abaisser à 80 km/h a permis de sauver quelques vies, c’est tant mieux. Les mesures de sécurité ne sont jamais très populaires. Regardez ce que les gens pensaient de la ceinture de sécurité il y a quarante ans. Mais tout le monde doit se sentir concerné par le fait qu’il y ait des morts sur les routes. Nous pouvons faire baisser ce chiffre, il faut faire évoluer les mentalités ».

Philippe Jolivet