Fil info
18:53Châteauroux : Beaux-Arts : demandez le programme ! -> https://t.co/iY76ytM6BT
18:52Indre : Contre « la rentrée des casses » -> https://t.co/Iu1foWLqg0
15:54Indre : La troupe des trois vallées jouera « Feu moi-même » samedi -> https://t.co/oK0uv5muhv
15:53Indre : Malgré une mauvaise météo, la 36ème foire primée a été une réussite -> https://t.co/rQbpLW08t3

Les élus interpellent Emmanuel Macron

porte océane du limousin

Réunis au siège de la communauté de communes, les élus de la Porte océane ont rendu public, hier après-midi, le courrier qu’ils ont adressé au président de la République, Emmanuel Macron. Leur objectif : l’inviter à les rencontrer et l’alerter sur la menace que font planer sur le territoire les baisses de dotation et la contribution au fonds de péréquation. «Vous allez mettre les territoires à contribution par une nouvelle baisse des dotations. Cela pèse fortement: pour notre seule intercommunalité, c’est une baisse de 526.000 euros en 5 ans, soit 24% de moins» écrivent les élus. «Mais notre inquiétude immédiate se focalise sur une autre contribution qui nous est demandée et qui dépasse largement la baisse des dotations de l’Etat.
Ainsi que nous vous le présentons, nous sommes un territoire qui veut maintenir et développer son tissu industriel, le 1/3 de nos 100.000 emplois est composé d’emplois industriels... seule manière selon nous d’offrir à nos territoires ruraux les moyens d’une croissance économique pérenne, équilibrée et dynamique.
Or, parce que nous avons sur notre territoire une commune qui compte un complexe industriel papetier important, qui apporte 800 emplois directement et plusieurs milliers induits, notre territoire se retrouve contributeur au FPIC. Ce fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales, pour la seule année 2017, représente près de 940.000 euros, soit plus de six fois ce que nous perdons avec la baisse de dotation. Depuis son instauration il y a 6 ans, ce sont en fait près de 3,270 millions d’euros qui ont été ponctionnés sur le territoire par le FPIC, soit une augmentation de plus de 1.000 % par rapport à 2012.
Qui pourrait supporter longtemps une telle situation ! Nous avons l’impression de vivre une double peine, non seulement il faut se battre pour maintenir un territoire productif en zone rurale, mais y réussir c’est se voir ponctionné lourdement», poursuivent-ils. Que l’on s’entende bien, les élus de la Porte océane ne contestent pas le principe de solidarité, qu’ils sont d’ailleurs les premiers à appliquer au sein de l’intercommunalité... Ce qu’ils contestent en revanche, c’est un monde de calcul ubuesque qui voit des communes comme Royan ou La Baule bénéficier de ce fonds qui étrangle un territoire rural. C’est tout cela qu’ils souhaitent exprimer directement au président de la République et c’est pour cette raison qu’ils souhaitent le rencontrer au plus vite.
Bertrand Catus

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.