Fil info
07:57# # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O
19:45Indre : Les Gilets jaunes ont convergé vers Le Blanc, samedi -> https://t.co/bfiI9kPhuJ
19:42Indre : Le Racc a tenu une mi-temps -> https://t.co/e0v3QT3nb0
19:38Indre : Déols élimine Le Poinçonnet -> https://t.co/7tbb3lRMVx
19:18Sarlat-la-Canéda : Sarlat « Jaune » de monde -> https://t.co/COjSLlHXwY
19:14Dordogne : Démonstration de force pour Beynac -> https://t.co/eTd39JRnkf
18:53 Qui c'est qui a dit déjà sur une radio : "ferme ta gueule... Ferme ta gueule". On dédie ces mots à Valls
18:52RT : Ça vient donner des leçons sur l’antisémitisme mais ça manifeste avec l’extrême droite en Espagne. Honte à vous… https://t.co/7IfSLQYbA5
18:52RT : Je souhaite que la colère sociale s'exprime dans les urnes à l'occasion des élections européennes. sur… https://t.co/gbJfKNMXjg
18:51RT : Corrèze : Le syndicat CGT en progression dans la Fonction Publique -> https://t.co/00ty93koSo
18:38Périgueux : Les jeunes sapeurs-pompiers récompensés de leur engagement -> https://t.co/zYXMJsV5Tl
18:28Sarlat-la-Canéda : Les travaux du futur pôle culturel reprennent -> https://t.co/wyRlS6efVQ
17:54Corrèze : Le syndicat CGT en progression dans la Fonction Publique -> https://t.co/00ty93koSo
17:49Chameyrat : L’Agglo touchez pas à notre eau ! -> https://t.co/z0VQpuql6b
13:35Egletons : Un forum détecteur de profils | L'Echo https://t.co/RBvrrgS8xu via
13:31Corrèze : Surendettement : la précarité au cœur des dossiers | L'Echo https://t.co/ZZ7h4gSQOl via
13:29Tulle : Le téléfilm « Meurtre en Corrèze » recherche des figurants | L'Echo https://t.co/88Vf1RrDTa via
09:51À méditer par tous ceux prompts à dénigrer, critiquer voir insulter et grands adeptes de surtout ne pas s’engager d… https://t.co/Nze61oo9zW

Menaces sur l’hôpital de Saint-Aulaye

Social

Hier une centaine de manifestants étaient présents sur le rond-point de l’hôpital de Saint-Aulaye afin de protester contre la fermeture temporaire du service de soins, de suite et de réadaptation du site et surtout pour mettre la pression à la direction et à l’ARS afin que cette fermeture ne soit pas définitive.

Le service soins de  suite et de réadaptation de l’hôpital de Saint-Aulaye fermera ses portes du 21 décembre au 7 janvier. Ainsi en a décidé la direction du centre hospitalier intercommunal Ribérac Dronne Double qui regroupe les établissements de Saint-Aulaye, Ribérac et La Meynardie. Une fermeture qui a été entraînée par un manque d’infirmières, « il y a eu des appels à de l’intérim, mais c’est très compliqué sur ces périodes de fêtes et comme il y a des services de soins sur les trois sites, la direction a décidé de fermer celui de Saint-Aulaye pour redéployer les patients et le personnel sur les autres sites », explique Pascal Dubranle, secrétaire FO du centre hospitalier intercommunal Ribérac Dronne Double qui précise que s’il y a quelques arrêts maladie chez les infirmières, « c’est surtout le départ d’infirmières de l’hôpital qui crée cette problématique. Car vu les conditions difficiles pour exercer, les infirmières préfèrent se mettre en disponibilité pour exercer en faisant de l’intérim ou du libéral. Mais ce n’est pas spécifique à notre établissement, c’est le cas dans tous. Les conditions de travail sont de plus en plus difficiles pour les infirmières d’où cette fuite des hôpitaux. Lorsque vous avez un planning et que quelqu’un est malade, on vous demande de revenir sur des jours de repos ou de RTT. Les cycles de repos sont perturbés, la fatigue s’accumule et les filles se retrouvent en  burn out ».
A l’annonce de cette fermeture, FO a déclenché un préavis de grève « afin que le personnel puisse manifester son mécontentement et surtout pour mettre la pression sur la direction et l’ARS pour défendre nos services de soins et nous assurer que le service va réouvrir à l’issue de cette période. La direction s’est engagée à réouvrir mais on ne voudrait pas qu’à terme on nous dise « on a fermé quinze jours, ça a très bien fonctionné on ne va pas rouvrir ». Nous restons donc vigilants, bien que nous comprenions qu’il ne faille pas mettre le personnel et les patients en danger ».
Conséquences de cette fermeture, les personnels vont être redéployés sur les autres sites et les patients aussi. Ils sont environ 24 patients aujourd’hui. « Il y en a qui vont sortir avant cette fermeture mais il devrait encore rester 15 à 17 patients à ce moment là. C’est un service orthopédique on ne déplace pas les gens comme des colis. Il va falloir les transporter en ambulance et certains ne veulent pas s’éloigner sur d’autres sites où il sera pour eux plus difficile de recevoir des visites de proches. Si d’autres patients devaient se présenter ils devront rester sur le centre hospitalier de Libourne ». Une situation qui est l’aboutissement de la politique menée depuis des années dans le domaine de la santé. « Il y a 25 ans de ça lorsqu’un établissement avait un dépassement de budget ou un besoin de recruter, on allait à la DDASS et il y avait les moyens de le faire. Aujourd’hui le Ministère attribue à l’ARS ce que l’on appelle des « enveloppes fermées ». C’est à dire que le budget est fixe. S’il y a besoin de davantage de moyens pour un établissement ils lui seront attribués en baissant le budget d’un autre. Depuis dix à quinze ans les budgets des hôpitaux baissent. La priorité politique n’est pas d’investir de l’argent sur l’hôpital. Au fur et à mesure les déficits se creusent et il y a de moins en moins de marges de manœuvres, plus de recrutements, on ne remplace pas les arrêts maladies donc ce sont ceux qui sont présents qui pallient ce manque et on arrive à des situations de fatigues et d’absentéisme. Ce que nous réclamons outre la réouverture de ce service ce sont donc plus de moyens et que les infirmières puissent exercer leur métier dans de bonnes conditions. Le but c’est de stopper cette hémorragie d’infirmières. Il va donc falloir se mettre tous autour de la table avec la direction, les cadres, le personnel et les organisations syndicales pour améliorer de façon réelle les conditions de travail des infirmières ».  FO renouvelle aujourd’hui cette action.

Philippe Jolivet