Fil info
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV
07:17Région : Fruits et légumes: pourquoi les prix flambent -> https://t.co/N8Bl5r7dB6
07:14# # - -Vienne : Donner ou vendre plutôt que jeter -> https://t.co/VEigJi41bE
07:14# # - -Vienne : Donner ou vendre plutôt que jeter -> https://t.co/OizjBr2SD4
07:10Région : Comborn, un patrimoine millénaire -> https://t.co/EywYvuMWtL
07:03Région : Les élevages régionaux marqués par des productions en baisse -> https://t.co/SRlXUx9oF7
06:44Bergerac : La démonstration de force vaut pour Périgueux -> https://t.co/aR0EIEhCxJ
06:11Rampieux : 3 bus détruits dans un incendie entraînent du chômage technique -> https://t.co/cTRfaQmFhK
05:50Calviac-en-Périgord : Accident : un motard de 20 ans gravement blessé -> https://t.co/glOSDiWCRo
19:21Gargilesse-Dampierre : Les Jamet, une famille d’artistes -> https://t.co/dGuoTP8X9h
19:18Châteauroux : Destination Cuba avec Aniurka -> https://t.co/EBzVQMXlVP

Education: des ajustements beaucoup trop justes en Limousin

Le nouvel appel à la mobilisation du SNES-FSU contre la loi Blanquer et l’amputation des moyens dans les collèges et lycées, a permis hier de faire un point sur l’ampleur des dégâts qui se dessinent pour la rentrée prochaine.

En effet, après les annonces de l’hiver, les ajustements de l’été, c’est-à-dire les corrections opérées par l’administration, ont été arrêtés dernièrement. Mais la saison reste toujours à l’heure de l’austérité. Constatons par exemple l’exemple du collège Raymond-Loewy à La Souterraine. «En début d’année, l’administration annonce que l’on va perdre une classe, contredisant au passage les prévisions d’effectifs de l’établissement. Donc, on perd 36 heures hebdomadaires. Finalement, nos effectifs font que nous allons gagner deux classes. Donc, au titre des ajustements, on nous rétablit les heures supprimées, mais pas toutes puisqu’au final il nous manque encore 10 heures, souligne Marlène Cheramy, professeur de mathématiques dans l’établissement. En tout cas, cela montre que la mobilisation des élus ou des parents d’élèves FCPE a payé.» Au lycée Favard à Guéret, la dotation globale de fonctionnement est quant à elle amputée de 110 heures par semaine «soit une suppression de 11% de volume total. Là encore, ce n’est pas parce qu’il y a moins d’élèves, les effectifs sont stables. C’est juste l’effet de la réforme à venir du lycée ou de regroupements de filières.»

Conséquence : avec moins de moyens, les classes voient mécaniquement leurs effectifs monter. C’est le cas en Corrèze, du côté d’Uzerche. «Ici au collège Gaucelm-Faidit, il y a 20 ans, nous avions seize classes pour 330 élèves, décompte Marc Parverie, un professeur. Aujourd’hui, nous avons toujours autant d’élèves mais seulement douze classes. ça veut dire quatre classes à 30 élèves et deux à 31. On avait demandé une classe de plus l’an passé et on a fait la même demande cette année. ça nous a été refusé. On n’a même pas pu avoir quelques heures en plus pour permettre des dédoublements de classe.»

Pour Didier Barros «il existait auparavant un volant d’heures utilisées pour faire du soutien ou diminuer les effectifs pour l’apprentissage des langues. ça n’existe plus. Et après on déplore que nos élèves ne parlent pas bien anglais.» Ce conseiller principal d’éducation à Brive souligne également l’immense déficit de CPE. «Alors qu’il y a cinq postes vacants en Corrèze, l’administration en supprime encore. On fait de plus en plus appel aux contractuels, taillables et corvéables à merci. Alors avec la réforme du statut des fonctionnaires... Les AED, c’est-à-dire les surveillants, il en manque aussi. Dans les établissements, on est à flux tendus. Jamais on a eu autant de collègues en burn-out. Moins de personnel, ça signifie plus de tensions. Mais le ministère ne nous entend pas. C’est une bombe sur le point d’exploser.»

A l’heure où les vacances scolaires d’été pointent leur nez, les enseignants et personnels mobilisés par le SNES-FSU n’ont pas hésité à faire des kilomètres pour dire leur mécontentement. «Si on est là c’est que justement on aime notre travail. C’est pour les enfants qu’on se bat. Parce que si l'ascenseur social est en panne c’est aussi parce que l’école manque de moyens.» Marianne Corrèze, co-secrétaire académique du SNES-FSU en Haute-Vienne confirme : «Face au discours lénifiant du ministre sans cesse contredit par la réalité, la réforme du lycée comme celle du collège ne sont que des réformes comptables visant à économiser des moyens.»

Jérôme Davoine

 

Légende photo : Contre la réforme Blanquer et plus de moyens dans les établissements, le SNES-FSU ne prend pas de vacances.

 

sneakers