Fil info
01:30Région : Fête de la forge de Palisse, une passion à partager | L'Echo https://t.co/9dyMJ8LwRn via
20:15Périgueux : Terminus Périgueux pour Julien -> https://t.co/UpphNbAls3
20:11Dordogne : Les vacances, un droit pour tous -> https://t.co/R4vko1MZyr
18:46Châteauroux : La Banque de France pour une bouchée de pain -> https://t.co/dXJTOwS5SN
18:41RT : Notre maison brûle regarde l' et tente de faire oublier qu'il a validé l'accord UE-Merco… https://t.co/VbZVVraRbs
18:30Montgivray : Deux jours auprès des agriculteurs -> https://t.co/f1hifxaiSV
16:51 C'est triste......très triste
16:48Le jeune Tristan a été retrouvé mort en fin de matinée par les gendarmes. D'importants moyens avaient été engagés p… https://t.co/4oB5Qe6mER
15:59Sarlat-la-Canéda : Les Musicales : splendide partition à deux -> https://t.co/uGRZcLuSUS
13:26Le Lardin-Saint-Lazare : Dans le Sarladais, il percute un piéton... et poursuit sa route -> https://t.co/PbPfiKGMAT
12:04RT : | A partir du 26/08, circulation interdite sur la RD 54 en raison de travaux de réhabilitation du barr… https://t.co/f9BPI4XDKC
12:03RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Le sens de la fête" demain soir quartier du Sablard 👉… https://t.co/XK3HYLVfMb
11:57# # - -Vienne : Appel à témoin après la dispartition d'un mineur -> https://t.co/ypw55Tmk1l
08:02Bergerac : Mais ce qu’il va faire chaud, et jusqu’à Périgueux -> https://t.co/KhBlaoNhCR
07:36# # - : L’été une période propice aux chantiers -> https://t.co/pi2HoJbemY
07:33# # - -Vienne : L’opérette fait son festival -> https://t.co/VvELKj8ODX
07:31Région : La bataille de Fatima et son bébé pour obtenir un endroit où dormir -> https://t.co/bcVaVd1HCv
07:28Région : Le futur version arts du cirque -> https://t.co/zW3WQxMwtO
06:41La Bachellerie : Dans l'accident, la voiture se retrouve sur le toit -> https://t.co/MgcYpQDRZl

Les migrants délogés du CRDP

A la suite d’une plainte déposée par le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, pour dénoncer la réquisition de l’ancien Centre régional de documentation pédagogique (CRDP) par le collectif Chabatz d’Entrar pour y mettre des migrants à l’abri, la préfecture de la Haute-Vienne a fait évacuer les lieux hier matin par les policiers de Limoges. Elle a proposé une solution d'hébergement provisoire, à Saint-Junien.

 

L’opération d’évacuation des migrants de l’ex-CRDP a eu lieu hier matin entre 7h et 7h30 à Limoges. Ce local inoccupé depuis 8 ans avait été réquisitionné par le collectif Chabatz d’Entrar, afin de pallier ce qu’il estimait être un manquement de

l’Etat en matière d'hébergement d’urgence. En effet, ce collectif dont l’objet est d’aider et d’accueillir les migrants, avait à plusieurs reprises sollicité les différents services de l’Etat pour les alerter sur le nombre de migrants (dont des enfants), sans-abri à Limoges, soit près de 200 personnes. Face à l’inaction de l’Etat, le collectif avait décidé de réquisitionner, en mai 2018, les anciens locaux du CRDP pour y mettre les familles à l’abri. Depuis, 90 personnes, dont 30 enfants, y avaient trouvé refuge. L’ex-CRDP étant la propriété de la Région, cette dernière avait saisi le tribunal administratif à l’été 2018 en vue d’expulser les locataires. Le tribunal l’avait dans un premier temps déboutée. En avril dernier, la Région avait déposé un nouveau recours, cette fois le tribunal administratif était allé dans son sens. Le tribunal avait laissé 15 jours aux migrants pour évacuer les lieux. Du coup depuis une dizaine de jours, les militants de Chabatz d’Entrar organisaient une veille au CRDP, ainsi qu’une chaîne téléphonique, dormant sur place pour rassurer les personnes hébergées. «Il y avait beaucoup d’incertitude et d’inquiétude, ils avaient très peur de se retrouver à la rue, un grand nombre de familles ayant également des enfants scolarisés sur Limoges» souligne Anne-Marie, du collectif.

La préfecture a proposé une solution et a fait savoir que «l’opération s’est déroulée dans le calme en présence des services de police et de la direction départementale de la cohésion sociale. Les occupants ont été invités à sortir des locaux en prenant leurs effets personnels, leurs affaires restent à leur disposition». Elle a voulu fournir à ces personnes une situation de logement décent, ce qui n’était pas le cas, selon elle, au CRDP qu’ils occupaient jusque là, à Limoges. Un hébergement temporaire dans un bâtiment appartenant au centre hospitalier, un ancien EHPAD situé à Saint-Junien, a été réquisitionné par le préfet à cet effet. Près d’une cinquantaine de personnes ont donc été acheminées à Saint-Junien en car. Elles ont été prises en charge sur place par la Croix-Rouge, pour une durée de 48 h. La préfecture a également indiqué qu’au regard du nombre d’enfants hébergés et scolarisés, le conseil régional proposera des bons de transport pour permettre aux enfants et leur accompagnateur d’emprunter le TER de Saint-Junien à Limoges jusqu’à la fin de l’année scolaire. «Les lieux libérés de toute occupation illicite ont été rendus au conseil régional qui se charge de mettre en place une surveillance» ajoute la préfecture.

Stéphane Lajaumont, pour le collectif, précise que la situation des migrants sera examinée au cas par cas, «nous les aidions déjà à régulariser leur situation, des demandes ont d’ailleurs été rejetées, donc on ne sait pas encore ce qu’il va se passer pour eux, certains risquent d’être expulsés. Nous continuerons à suivre cela de près». Hier lors de cette évacuation, un profond sentiment d’injustice se faisait sentir, car si une solution très provisoire vient

d’être trouvée pour ces migrants par la préfecture, la question centrale du manque d'hébergements disponibles en Haute-Vienne reste prégnante. «Les associations savent très bien qu’il faudrait créer 200 places d'hébergements d’urgence, or l’Etat n’a aucune intention d’y remédier. Nous, nous continuerons à marteler cette nécessité», ajoute Stéphane Lajaumont. Il estime que tant qu’on n’aura pas le courage politique d’un véritable accueil des migrants, ce type de situation se reproduira : «On pourra mettre en place toute l’armada législative répressive qu’on veut, rien n’y fera, alors soit on se donne les moyens d’une véritable politique d’accueil, soit on continue à laisser les migrants se noyer dans la Méditerranée, car lorsqu’on est dé-sespéré, rien ne pourra empêcher de chercher des meilleures conditions de vie. Il faut aussi arrêter de parler «d’invasion», car c’est totalement faux. Pour éviter de laisser les personnes à la rue, la solution est d’avoir une gestion cohérente de l’accueil en y mettant les moyens. Ensuite les collectivités pourront s'investir en fonction de leurs compétences».

La ville de Saint-Junien a appris très récemment l’arrivée des migrants, le directeur de cabinet de la mairie, Frédéric Sénamaud, rappelle qu’il s’agit là d’une décision de l’Etat, mais que la ville a une tradition d’hospitalité, «on fera en sorte que tout se passe pour le mieux en évitant toutes les polémiques possibles et les excès verbaux. Les migrants accueillis ici sont en situation régularisable, donc ils ne devraient rester que pour une durée limitée».

Légende photo: L’évacuation s’est faite hier matin dans le calme et sous la vigilance des policiers. 

Latest adidas NMD Trainer Releases