Fil info
20:29Dordogne : Chasse au syndicaliste à la Sobéval -> https://t.co/9IBNUkTIvO
18:41Indre : Un nouveau jumelage sur fond de projet économique -> https://t.co/jOjQQAwo70
18:40Indre : 200 lycéens pour le climat -> https://t.co/ghQqNEAhih
18:39Indre : [intégral] Entre traditions et innovations -> https://t.co/7OJxmkL5je
18:07RT : Ce qui se passe ici avec la liaison Perpignan-Rungis c’est aussi la conséquence de la libéralisation du fret ferrov… https://t.co/Ubew1U4Aei
17:55RT : Tête de liste pour les européennes, a fait face sur à la vulgarité absolue d'un improbable… https://t.co/tDujckou22
17:24RT : Pour l'humain et la planète d'abord ! était à la marche à Paris. https://t.co/7KKSQc6Mfg
17:24RT : Le glyphosate pollue, le glyphosate est un poison. C'est la raison pour laquelle nos députés européens se battront… https://t.co/qlP87HuAuO
16:47Saint-Gaultier : Gérard Laude expose ses œuvres pour la première fois -> https://t.co/kasdDr0c7A
16:44La Châtre : Une résidence pour seniors dans le quartier Saint-Lazare -> https://t.co/fnvOlrcuSH
15:41Périgueux : Apprentissages et travaux -> https://t.co/RklGmcjxRW
14:22Boulazac : Mobilité danoise et gourmandises à Métro -> https://t.co/1zzKln03hk
11:34RT : La déontologie et la liberté d'expression convoquées à leur tour par la DGSI https://t.co/LJGceBICkS
11:22RT : ⚠️ [] ⚠️ La est placée en ⛈️ par . Des averses à caractèr… https://t.co/G3WCoSiLEe
09:46RT : La est en alerte jaune aux 🌩️. Soyez prudents dans vos déplacements et si vous pratiquez u… https://t.co/paTzzgZeGb
07:59France : Brossat : « Les 5% sont à portée de main » -> https://t.co/72MgMbyeNJ
07:51# # - : Hervé Labetoulle ancien résistant, partage son histoire -> https://t.co/ZWbLrKNqam
07:49# # - : A hurler de silences... -> https://t.co/zobI35vBDL
07:47# # - -Yrieix-la-Perche : Contes en musique pour Coquelicontes -> https://t.co/a2L8gOLnu1
07:46# # - : Le club de foot prépare ses 70 ans -> https://t.co/AxopmlqSew
07:44# # - -Yrieix-la-Perche : Rester actif et bien se nourrir pour être en forme -> https://t.co/rqEZf8Evjh
07:39# # - : Aurora, sur la route de la créativité et des festivals -> https://t.co/FDhPQDMGlr
07:38# # - : 3 jours de fête et des nouveautés -> https://t.co/6ErmOQw6me
07:35# # - -sur-Vienne : Les composteurs partagés -> https://t.co/QgLTGM6cmq
07:34# # - -Junien : Un Rabelais toujours jeune à La Mégisserie -> https://t.co/lKxTzzJeNt
07:32# # - -Junien : De la danse poignante sur la scène de La Mégisserie -> https://t.co/rBbaf2waIK
07:29# # - : Retrouver sa part d’enfance avec la nouvelle saison de l'Opéra de Limoges -> https://t.co/AxX86V6MPC
07:27# # - : Le jeu fait sa fête demain à la ludothèque -> https://t.co/mFm0lcQVtl
07:24# # - -Vienne : Une programmation culturelle riche pour le vaste territoire d'ELAN -> https://t.co/F0MJRWER7s
07:22# # - -Germain-les-Belles : Le circuit du Martoulet inauguré -> https://t.co/zQuhQW6D3t
07:20Région : « Le contournement Est (de Limoges) n’est pas enterré » -> https://t.co/Zg61eSc3xo
07:16France : Les bébés entassés comme la volaille en batterie? -> https://t.co/XmsVUyIRng
07:13Région : Vins Noirs offre le premier prix du roman policier Francophone -> https://t.co/wwgCLJwSEp

En SEGPA, les coupes sombres ne passent pas

Une délégation a bien été reçue, hier, au Rectorat de Limoges par le secrétaire général de l’institution. Mais au sortir de cette audience, les représentants des SEGPA ne cachaient pas leur mécontentement.

«En résumé, nous devrons faire plus avec moins de moyens», résume Julien Tindilière, enseignant spécialisé à Châtelus-Malvaleix en Creuse et représentant du SNUIPP. Tout au plus nous a-t-on dit qu’on allait travailler sur le projet, que concernant les demi-postes de directeur de SEGPA (Section d'enseignement général et professionnel adapté) en Creuse, on allait regarder et que, à moyen terme, on ne nous supprimerait pas d’autres heures.»

Des réponses floues face à des revendications pourtant bien précises. «Nous demandons le retour de l’intégralité des 8 heures de dotation horaire supprimées, des directions complètes et un état des lieux partagé, détaille Fabrice Couegnas (Snuipp 23). Et en retour, on nous parle de choix budgétaires enveloppés dans un soi-disant projet pédagogique, justifiés par un état des lieux arithmétique.»

«Au Rectorat, ils nous disent qu’ils vont travailler sauf que les décisions sont déjà prises», résume Julien Tindilière. Cela fait en effet plusieurs mois que dans l’Académie de Limoges («la seule à faire ça en France», relève une enseignante), l’ensemble des classes de SEGPA auront des dotations horaires amputées à la rentrée prochaine. Une décision largement dénoncée au sein des équipes enseignantes pour qui ce sont justement ces heures-là qui permettent de travailler en petits groupes, donc d’être efficaces. Grâce aux précédentes mobilisations, deux heures hebdomadaires ont été rétablies assorties de deux heures supplémentaires. «Non seulement ça ne suffit pas mais en plus on sait très bien que les heures supplémentaires pourront être supprimées à la rentrée suivante», souligne un enseignant de Bellac.

L’incompréhension est d’autant plus grande que les SEGPA ont prouvé leur raison d’être. «Grâce au travail en atelier, on fait découvrir des métiers à des jeunes qui ont des difficultés avec l’abstraction. Là, ils peuvent manipuler. Ce n’est pas la même chose que découvrir un métier sur un écran.»

Bien décidés à ne pas laisser ces «gamins déjà fragilisés, être fragilisés encore plus», les enseignants de SEGPA de tout le Limousin se sont retrouvés hier devant les grilles du Rectorat. «Ici, il y a des gens de Bellac, Guéret, Brive, Tulle, Bourganeuf, La Souterraine, Châtelus-Malvaleix, Limoges, Saint-Junien. Mais en tout, nous ne sommes pas 80 enseignants dans l’Académie de Limoges : ça ne pèse peut-être pas lourd et c’est plus facile de s’en prendre à nous, de faire des économies sur notre dos et celui de ces enfants dont on sait que ce ne sont pas les parents qui vont se mobiliser», constate amèrement un manifestant.

Outre les restrictions horaires, les équipes de SEGPA remarquent qu’aux enfants «en difficulté grave et durable» qu’ils accueillent s’ajoutent maintenant de plus en plus d’élèves relevant du handicap et donc de structures spécialisées. «C’est le paradoxe. Non seulement on nous prive de moyens mais en plus on nous affecte des enfants inadaptés à nos structures», lâche un enseignant.

Jérôme Davoine