Fil info
20:29Dordogne : Chasse au syndicaliste à la Sobéval -> https://t.co/9IBNUkTIvO
18:41Indre : Un nouveau jumelage sur fond de projet économique -> https://t.co/jOjQQAwo70
18:40Indre : 200 lycéens pour le climat -> https://t.co/ghQqNEAhih
18:39Indre : [intégral] Entre traditions et innovations -> https://t.co/7OJxmkL5je
18:07RT : Ce qui se passe ici avec la liaison Perpignan-Rungis c’est aussi la conséquence de la libéralisation du fret ferrov… https://t.co/Ubew1U4Aei
17:55RT : Tête de liste pour les européennes, a fait face sur à la vulgarité absolue d'un improbable… https://t.co/tDujckou22
17:24RT : Pour l'humain et la planète d'abord ! était à la marche à Paris. https://t.co/7KKSQc6Mfg
17:24RT : Le glyphosate pollue, le glyphosate est un poison. C'est la raison pour laquelle nos députés européens se battront… https://t.co/qlP87HuAuO
16:47Saint-Gaultier : Gérard Laude expose ses œuvres pour la première fois -> https://t.co/kasdDr0c7A
16:44La Châtre : Une résidence pour seniors dans le quartier Saint-Lazare -> https://t.co/fnvOlrcuSH
15:41Périgueux : Apprentissages et travaux -> https://t.co/RklGmcjxRW
14:22Boulazac : Mobilité danoise et gourmandises à Métro -> https://t.co/1zzKln03hk
11:34RT : La déontologie et la liberté d'expression convoquées à leur tour par la DGSI https://t.co/LJGceBICkS
11:22RT : ⚠️ [] ⚠️ La est placée en ⛈️ par . Des averses à caractèr… https://t.co/G3WCoSiLEe
09:46RT : La est en alerte jaune aux 🌩️. Soyez prudents dans vos déplacements et si vous pratiquez u… https://t.co/paTzzgZeGb
07:59France : Brossat : « Les 5% sont à portée de main » -> https://t.co/72MgMbyeNJ
07:51# # - : Hervé Labetoulle ancien résistant, partage son histoire -> https://t.co/ZWbLrKNqam
07:49# # - : A hurler de silences... -> https://t.co/zobI35vBDL
07:47# # - -Yrieix-la-Perche : Contes en musique pour Coquelicontes -> https://t.co/a2L8gOLnu1
07:46# # - : Le club de foot prépare ses 70 ans -> https://t.co/AxopmlqSew
07:44# # - -Yrieix-la-Perche : Rester actif et bien se nourrir pour être en forme -> https://t.co/rqEZf8Evjh
07:39# # - : Aurora, sur la route de la créativité et des festivals -> https://t.co/FDhPQDMGlr
07:38# # - : 3 jours de fête et des nouveautés -> https://t.co/6ErmOQw6me
07:35# # - -sur-Vienne : Les composteurs partagés -> https://t.co/QgLTGM6cmq
07:34# # - -Junien : Un Rabelais toujours jeune à La Mégisserie -> https://t.co/lKxTzzJeNt
07:32# # - -Junien : De la danse poignante sur la scène de La Mégisserie -> https://t.co/rBbaf2waIK
07:29# # - : Retrouver sa part d’enfance avec la nouvelle saison de l'Opéra de Limoges -> https://t.co/AxX86V6MPC
07:27# # - : Le jeu fait sa fête demain à la ludothèque -> https://t.co/mFm0lcQVtl
07:24# # - -Vienne : Une programmation culturelle riche pour le vaste territoire d'ELAN -> https://t.co/F0MJRWER7s
07:22# # - -Germain-les-Belles : Le circuit du Martoulet inauguré -> https://t.co/zQuhQW6D3t
07:20Région : « Le contournement Est (de Limoges) n’est pas enterré » -> https://t.co/Zg61eSc3xo
07:16France : Les bébés entassés comme la volaille en batterie? -> https://t.co/XmsVUyIRng
07:13Région : Vins Noirs offre le premier prix du roman policier Francophone -> https://t.co/wwgCLJwSEp

"La Libération n’a pas eu lieu" pour les herboristes

Président de la Fédération française des paysans-herboristes et porte-parole du Syndicat des Simples, le Creusois Thierry Thévenin analyse les principaux axes du projet de proposition de loi du sénateur Joël Labbé, articulé autour du développement de la filière, la réglementation et les plantes médicinales dans le système de santé.

«Pas de statut véritable tant pour le métier d’herboriste que pour la plante médicinale, et une réglementation très complexe souvent plutôt adaptée à l’industrie. Notre difficulté est principalement d’ordre juridique. Parmi les 39 propositions publiées le 25 septembre dernier, il est notamment question de redonner une place à l’enseignement des plantes médicinales à travers la création de jardins botaniques dans les écoles, mais aussi de réinjecter ce savoir dans les facultés de médecine et de pharmacie.

Les cinq principales écoles privées d’herboristerie se sont déjà réunies en fédération en vue d’un tronc commun et d’une harmonisation des enseignements, certaines facultés de pharmacie sont en train de se structurer, quand notre fédération travaille déjà pour sa part avec notamment l’université Paris Descartes, qui souhaite développer une formation pour les conseillers en herboristerie en pharmacie. Nous attendons aussi beaucoup de la formation continue (que le Syndicat des Simples propose déjà aux producteurs). Les ponts existent entre tous ces gens là, et sur le terrain ça ne se passe pas mal. Aujourd’hui 100% des candidats à l’installation s’intéressent aux propriétés médicinales des plantes, qu’ils souhaitent vendre en direct.

Sortir de l’hypocrisie

Ce que nous attendons, c’est bien de sortir de l’hypocrisie car il ne s’agit pas de créer quelque chose mais de relégitimer une situation de fait -un patrimoine, le bon sens, une tradition, qui existent depuis toujours- après la suppression du statut d’herboriste par Pétain sous Vichy le 11 septembre 1941.

Le monopole de la vente des remèdes a été confié aux pharmaciens en 1777... Ce qui bloque aujourd’hui, ce sont les institutions : ministère de la Santé, conseils de l’Ordre des médecins et des pharmaciens, qui ne veulent pas enten-dre parler des herboristes alors que sur le terrain, praticiens et herboristes veulent travailler ensemble. Serait-il intolérable que des agriculteurs ou non titulaires d’un diplôme universitaire puissent gérer cet espace ? Les freins sont d’ordre idéologique, autour de «risques énormes que feraient peser les plantes sur les Français», ce qui montre l’ampleur de la méconnaissance du sujet de la part des autorités.

Une tisane peut se révéler efficace dans de nombreuses pathologies ce qui représente une économie pour le champ pharmaceutique et la sécurité sociale. Rappelons que le rejet des médicaments est une catastrophe pour l’environnement.

Souvent, une plante dans son entier est mieux tolérée par l’organisme qu’une molécule isolée tirée d’une plante. La copie par l’industrie pharmaceutique d’une molécule en synthèse permet un retour sur investissement conséquent, avec un brevet et des royalties. La pharmacie la privilégie donc dès que possible. En pharmacie, la vente de phytothérapie ou de plantes dont elle a le monopole comme le bleuet ou le plantain, est minime, avec une plus-value peu importante. On y privilégie donc davantage des formes pharmaceutiques plus élaborées présentant une meilleure rentabilité. En définitive, ce monopole qu’elle détient, la pharmacie ne l’exerce pas vraiment...».