Fil info
19:17Indre : La MSA Berry-Touraine à un an des élections internes -> https://t.co/EmRZJxR7Rd
19:02Région : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver -> https://t.co/XVqh7Gf2m7
18:55Châteauroux : Chœur et chants venus de Russie dimanche à Saint-André -> https://t.co/wPaBfPeVWw
18:45Indre : Le PCF veut convaincre les abstentionnistes -> https://t.co/QOI3EvQ73Z
18:27# # - -Vienne : Le développement de la fibre optique se poursuit sur le territoire de Limoges Métropole -> https://t.co/DdBYH6yIf5
18:26RT : devrait annoncer, dans ses conclusions du « grand débat », son intention de faire « travailler davantage »… https://t.co/NJS30ctbyU
18:24# # - -Vienne : Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui pour ne pas oublier hier -> https://t.co/DDQeqqZvu3
18:20RT : « Est-ce que depuis deux ans on a fait fausse route ? » s’interroge . Et là on a envie de dire : « b… https://t.co/EuBnR6N1z8
18:20RT : Pour le moment, il enfile tellement bien les perles qu'il y a de quoi remplir toutes les vitrines de la Place Vendôme...
18:20Samedi, c'est l'ouverture de la pêche du brochet. Hauts-viennois, voisins proches et même touristes en quête de sec… https://t.co/rZuogHCjcs
18:18France : Opéra de Limoges: on revisite la musique de Bach -> https://t.co/3ljG8uALHk
18:07Région : Encourager le tourisme vert -> https://t.co/JUcJWfN6kJ
17:00Le plan d’action, check ! La partenaire, check ! Ne reste que la préparation physique, en bonne voie, et qu’un peu… https://t.co/eMlRQgAwHJ
16:57RT : Le 26 mai, mettons un carton rouge à Macron. Mettons un bulletin rouge, celui de . https://t.co/zwKiMRzyOt
16:55Périgueux : La SNC au service de l’emploi -> https://t.co/7hMcQav05C
16:50Boulazac : Un nouveau timbre célébrant la grotte de Lascaux -> https://t.co/T0YRnEOFVF
16:45Pour ceux qui aiment, Chimène Badi sera à l'espace culturel E. Lelcerc, demain dès 16h. Le public est invité.
15:57Châtillon-sur-Indre : Une semaine magique à Poudlard avec l’accueil de loisirs -> https://t.co/lXc93O8AR3
15:56Argenton-sur-Creuse : Un auteur « préhistorique » à la Maison de la Presse -> https://t.co/f8PoYa5mVT
15:55La Châtre : Soixante exposants et Anaïs Delva attendus à la foire-exposition -> https://t.co/yNDpSn0VIJ
15:44Montignac : Le 8e art à l’honneur à Montignac -> https://t.co/309rQBfHRy
15:42Trélissac : L’engagement d’un homme de bien -> https://t.co/pN2XV7nlpj
12:33RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : Près de 1000 personnes, Bravo ! C'est tout simplement le plus grand meeting du à depuis 1… https://t.co/w9FZVYnR4u
12:29RT : Salut l’artiste ! Passe le bonjour à NOIRET et ROCHEFORT... Ils sont désormais ensemble nos Grands Ducs et on les p… https://t.co/yaKY3NndGV
12:26RT : “J’ai la patate” entame avec bonne humeur ce dernier mois de campagne. Via . https://t.co/MFR1ucQRKl
12:26RT : . avait crevé l'écran lors du débat de France 2, il veut aujourd'hui redonner de l'oxygène au PCF. ⬇️ B… https://t.co/UCmakxP009
12:26RT : Européennes. Ian Brossat est politiquement bon, il est jeune et il est unitaire. Pourquoi s’étonner que sa campagne… https://t.co/8JJLwvadoE
12:25RT : ❤❤❤ https://t.co/pPgsCX7fz5
07:51France : Décès de Jean-Pierre Marielle, dernier grand duc du cinéma français -> https://t.co/KkfccixTnN
07:47Région : Rendez-vous avec la lune -> https://t.co/rrGo9RGIYc
07:45Région : La transhumance des moutons sur les pâturages du plateau -> https://t.co/kSXzNNa6UH

Problèmes du futur, solutions du présent

Journée eau et agriculture

La Chambre d’agriculture de la Dordogne et les structures hydrauliques du département organisaient hier une journée autour de l’eau et de l’agriculture, sujet complexe et primordial dans les zones agricoles que sont nos départements. Un éclairage particulier a été apporté sur les Asa, leurs rôles et l’intérêt de leurs actions.

La gestion de l’eau est une problématique de plus en plus prégnante en ces époques de réchauffement climatique, et si l’état surveille le débit des cours d’eau pour prendre des arrêtés de restriction de prélèvement dans les périodes d’étiage, c’est à chacun de se débrouiller pour son utilisation.
Les agriculteurs, souvent montrés du doigt dès qu’une sécheresse survient, sont depuis longtemps organisés en réseau. Suivant les départements, la façon d'aborder la problématique diffère, mais la finalité reste la même, ne pas épuiser les ressources naturelles, et ne pas se ruiner pour payer cet élément indispensable aux animaux et aux plantes.
Actuellement, les eaux de surface (cours d’eau et leurs nappes) représentent 70 % des prélèvements effectués, les eaux souterraines 15 %, et les eaux stockées autant. Mais les besoins en irrigation vont augmenter pour répondre aux conséquences du réchauffement climatique, à la demande supplémentaire pour l’agriculture et à l’adaptation au contexte économique. Les études menées par Adaptaclima démontrent que le changement climatique représente 30 mm d’eau de pluie en moins l’été, soit une perte de 7,5 millions de m3 pour les surfaces irriguées, et 50 millions pour les cultures pluviales, pour conserver le potentiel agronomique actuel. « Même des départements naturellement irrigués ont aujourd’hui besoin de supplément » note Jean-Claude Blanc, président de l’Asa de France, qui révèle que le Royaume-Uni, pourtant connu pour disposer d’une pluviométrie importante, se penche sur le sujet, après deux épisodes de sécheresse. « L’enjeu est de faire face à ce changement, qui a un impact clair, par le biais d’une gestion toujours plus fine, en cherchant le bon équilibre entre tous ». L’animateur de ce réseau, Marc Polge, insiste pour qu’on n’oppose pas « les agriculteurs aux rivières. Nous devons réfléchir à sécuriser les agriculteurs avec l’irrigation, en préservant aussi les rivières. Ce n’est pas incompatible, mais c’est à travailler ensemble ».D’autant que pour eux, « l’irrigation participe à l’aménagement du territoire ». Une gestion intelligente de l’eau passe par son captage en hiver, quand les cours d’eau sont au plus haut, pour la stocker en prévision du printemps, pas toujours pluvieux, et de l’été, période de moins en moins arrosée. En Dordogne, 80 Asa sont regroupées au sein de l’association départementale d'hydraulique agricole (Adha 24), et cette dernière a anticipé sur des problèmes d’usage à venir en faisant appel à un notaire lors de la création des Asa. En effet, certains systèmes d’irrigation sont en place depuis des décennies, et les tuyaux passent dans des terres qui peuvent parfois entre temps, avoir été vendues pour être construites, créant un conflit d’usage. Adha 24 a donc fait appel à un notaire pour qu’il relève les servitudes d’usage sur les terrains privés, et les dépose aux Hypothèques.

Les ASA
Une Asa est une Association syndicale autorisée regroupant des propriétaires fonciers de terres desservies par un réseau d’irrigation. Elle permet de financer, collectivement, un aménagement public lié au foncier, et de garantir sa pérennité. Considérée comme une administration, c’est une structure de droit public, sectorisée. Suivant les régions, l’irrigation est dite sous pression (c’est le cas en Nouvelle Aquitaine), ou irrigation gravitaire. Les Asa interviennent aussi dans l’entretien des rivières, les Dfci, et la voirie et les réseaux en lotissement.

Le point dans nos cinq départements
Chaque département, et chaque cham-bre d’agriculture, a sa façon d’aborder le problème.
En Corrèze, rares sont les exploitations agricoles à disposer de système d’irrigation individuel (seulement 180) ou collectif (700). Le développement de l’irrigation à partir de retenue collinaire est une priorité pour l’agriculture corrézienne.
En Creuse, c’est le Contrat territorial, outil financier proposé par l’Agence de l’eau Loire Bretagne qui a été retenu, et on en compte actuellement six signés sur le département (Martinats, Source en action, Creuse aval, Petite Creuse et Sédelle), deux sont en cours d’élaboration (Gartempe et Creuse amont), et un en réflexion (Cher amont).
Dans l’Indre, la chambre d’agriculture réalise des messages gratuits de conseils irrigation à destination des agriculteurs du département, pour les aider dans leurs pratiques d’irrigation (analyses climatiques, bilans hydriques, consommation en eau des cultures...), dans un but d’optimisation des ressources. Il permet également de faire un point plus global sur
l’état des ressources en eau de ce département.
En Dordogne, l’Adha 24 regroupe environ 80 Asa, et l’irrigation y concerne près de 2 000 agriculteurs, prélevant 30 millions de m3 par an, soit 0,4 % de la pluviométrie annuelle, et s’appuie sur la présence de 120 réseaux collectifs. La Haute-Vienne compte 5 843 exploitations agricoles, et la gestion de l’eau s’appuie sur la chambre d’agriculture qui a mis en place la certification Area (Agriculture respectueuse de l’environnement en Aquitaine) et apporte des informations sur les différentes techniques, et la façon de développer sa propre méthode d’auto-diagnostic.

1 087
C’est le nombre d’Asa recensées en Nouvelle Aquitaine, sur les 4 000 environ existant en France. Elles interviennent dans des domaines qu’elles ont sélectionnés, qui sont principalement, dans nos cinq départements, la gestion de l’eau.