Fil info
23:24 Tellement vrai ! Et triste...
22:42A lire et à méditer: Que vaut une association de bénévoles dans une société qui promeut l’individualisme, le «je pa… https://t.co/ZUpeipEpgl
20:28notre communiqué sur l' et le dans l ' aujourd'hui https://t.co/6ChbCQK4k5
19:58Périgueux : Grosse mobilisation contre la haine et les racismes -> https://t.co/U2RwAQ8i6J
19:14Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/BzKlvfJ5fM via
18:19Le Blanc : Un chèque pour le Secours populaire -> https://t.co/F7fTiGPw9h
18:18Bélâbre : La Comédie bélâbraise rigole en famille -> https://t.co/zx8EuH26Ts
18:17La Châtre : Chantal Goya a enchanté petits et grands -> https://t.co/fTxaqCSl3C
18:15Indre : Appel à témoin -> https://t.co/QhzYi1g2dU
18:15Indre : La région sera bien représentée au salon de l’agriculture -> https://t.co/lLuf3D2Ly1
17:49Face au mécontentement social grandissant, la CGT met en place les mardis de l'urgence sociale. Premier rassembleme… https://t.co/tm7c2QaZsX
17:17RT : L’appel du Barreau pour les rassemblements républicains du 19 février. https://t.co/ZMpHg1kAPw
17:11# # - -Vienne : Une centaine de harpistes du monde entier attendus à Limoges -> https://t.co/yQqMoCOxbi
17:08# # - -Vienne : «En Israël, nous allons droit dans le mur» -> https://t.co/Zs5YCA1on4
17:06# # - -Vienne : Toujours plus de droits humains à défendre -> https://t.co/ep5v1Yd9XO
15:57Région : Plus de trente ans de prestige -> https://t.co/WFDMdoJxZ2
15:45Périgueux : Le vivre ensemble passe par le respect -> https://t.co/g5aoBcWOgl
15:16 Avec L'Echo, j'espère aussi !!!
15:02Disparition de Joseph Akouissonne - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/NnFyGaLQ4C
14:47RT : Fier de mon journal préféré. https://t.co/kQN5TphI73
14:21RT : 🚨⚠️ [FLASH-INFO] Intervention en cours à , rue des Dahlais ⏩ EVITEZ CE SECTEUR et FACILITEZ LE PASSAGE DE… https://t.co/e8a5tv1876
13:35 Votre pizzeria-épicerie fine italienne ouverte à l'année au coeur de Belvès en Périgord Noir https://t.co/dnKTGWPRDC
10:05Périgueux : la FSU appelle les adhérents et plus largement l’ensemble des citoyens à rejoindre le rassemblement pré… https://t.co/6QZtf0teAW
07:57# # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O

157 licenciements en vue aux Menuiseries Grégoire

Le tribunal de commerce de Paris a choisi hier le fonds d’investissement Prudentia pour reprendre les Menuiseries Grégoire basées à Saint-Martial-d’Artenset (24) et qui étaient en redressement judiciaire. Une reprise qui va s’accompagner de 157 licenciements.
Le couperet est tombé hier après-midi. L’offre du fonds d’investissement Prudentia a été préférée par le tribunal de commerce de Paris à celle du groupe de menuiserie industrielle Lorillard de Chartres dans l’Eure-et-Loire, pour la reprise du groupe Grégoire, basé à Saint-Martial-d’Artenset, à côté de Montpon-Ménestérol. Groupe qui avait été placé en redressement judiciaire le 2 juillet dernier et qui emploie 417 salariés.
Cette annonce a été accueillie par  les salariés avec un soulagement teinté d’amertume, car cette reprise va s’accompagner de 157 licenciements. L’offre de Prudentia ne prévoyait en effet la reprise que de 260 salariés, tandis que celle de Lorillard ne tablait que 210. En outre, Prudentia s’est engagée à abonder au plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) à hauteur de 100 000 euros, et de 20 000 euros pour financer des formations de poseurs de menuiseries.
Cette offre avait la préférence des salariés de cette entreprise fondée en 1907 et spécialisée dans les portes et fenêtres pour les particuliers et les logements collectifs, un secteur particulièrement concurrentiel qui avait fortement souffert de la crise dans le bâtiment.
Longtemps détenue par la famille Grégoire, l’entreprise avait été reprise en partie en 2007 par le fonds d’investissements Parquest capital, filiale de la banque hollandaise ING. En janvier 2017, la famille Grégoire s’en était totalement désengagée et sa gestion avait été reprise par le cabinet Prosphères, réputé comme étant un chasseur de coût. A l’époque, déjà, la menace de licenciements planait. Ce cabinet n’a visiblement pas réussi à redresser la barre d’un navire qui partait en perdition, puisque malgré des commandes, le groupe Grégoire perdait de l’argent. Son chiffre d’affaires, annoncé à 63 millions d’euros, était en recul et son excédent brut d’exploitation était négatif.
Reste que pour les salariés du groupe Grégoire, en vacances annuelles pour trois semaines, la pilule est amère à avaler. Ils dénoncent de mauvais choix stratégiques de la part de la direction, choix qui ont conduit aux difficultés financières dont les conséquences humaines se payent aujourd’hui cash. La colère et l’amertume est d’autant plus forte que ni ING, ni la famille Grégoire n’ont souhaité abonder dans le PSE. De fait, les salariés qui se retrouveront sur le carreau devront se contenter uniquement du minimum légal. A cela s’ajoute le refus par l’Etat de participer à une cellule de reclassement.
« Grâce à la loi Macron, un groupe peut se séparer d’une filiale qui perd de l’argent sans verser un centime au PSE », peste Yves Dangeleau, délégué CFDT du groupe Grégoire. « Ils ont pu pomper de l’argent pendant des années et quand ça a commencé à aller mal, ils ont pu faire leurs valises et partir sans rien dire », renchérit Paolo Triglia, délégué Unsa. Les premières lettres de licenciements devraient partir d’ici la fin du mois d’août. Un nouveau coup dur pour l’emploi industriel en Vallée de l’Isle, déjà fortement sinistré ces dernières années, en particulier dans le secteur de la chaussure.
Ewen Cousin