Fil info
23:29France : Qui pour croire que Macron tend la main aux syndicats? -> https://t.co/juET9tiYe7
23:27International : 2030 : l’objectif d’un monde sans sida -> https://t.co/HhLatbmpjO
20:37Cyclisme : Alaphilippe ouvre les Alpes par la 1re victoire française -> https://t.co/yAYR6SB214
18:56Villars : Nouvelle vie pour le hangar de Boschaud -> https://t.co/uUUU6t4YtK
18:53Boulazac : Des conditions de vie inhumaines -> https://t.co/E3vzIw5XzR
18:40Châteauroux : A l’atelier de l’éventail, tout l’art de s’éventer avec classe et volupté -> https://t.co/TbbKS8UAxh
18:28Tulle : Tagada... tsoin-tsoin les papilles ! -> https://t.co/D5H8R4vqhv
18:22La Châtre : Trois familles syriennes reçues à l'hôtel de ville -> https://t.co/8vlh0khPht
18:19Guéret a une nouvelle fois vibré au rythme des concerts en tous genres pour les Nuits d’été qui se sont terminées s… https://t.co/jL9Q3VFNL7
18:18RT : Devant le avec les handicapés pour le droit au logement pour tous , contre la loi https://t.co/Iufl1p9Vxs
18:13C’est l’une des fiertés de la commune, un petit pont roman classé au patrimoine national, qui surplombe la Creuse e… https://t.co/YDgXqJDXWl
16:16Dordogne : Enquêtes dans le passé -> https://t.co/CAqIDvr7mt
14:42Seilhac : Un réseau de Voisineurs en projet -> https://t.co/2U3Ql5pM1y
13:48Faux-la-Montagne : Fichés F comme Fraternité https://t.co/NlxpLr9W7O via
12:49RT : Plus que 3 et on a bioman https://t.co/LJi54gAME6
12:48RT : Retour à « l’ancien monde » : en visite à pour évoquer le désenclavement de la région la ministre des tran… https://t.co/r4wWEiCMP5
12:46RT : Hier, nous avons appris la démission du doyen de la fac de droit https://t.co/7Vb1p3lHKi

Ces 642 victimes, qui étaient-elles ?

La semaine dernière, le Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane a inauguré officiellement sa galerie «Oradour, visages» où les 642 victimes du massacre s’incarnent désormais.

Le massacre d’Oradour-sur-Glane ne peut être réduit à un chiffre. Car derrière ce 642, le nombre de personnes qui furent tuées ce jour de juin 1944, se trouvent de vrais hommes, femmes et enfants. On connaissait déjà leur nom et leur âge, les visiteurs découvrent désormais leur visage. Leurs portraits, transposés sur des carreaux de porcelaine, recouvrent les murs de la galerie qui conduit les visiteurs du Centre de la mémoire aux ruines du village martyr.
«Oradour, visages» est le fruit d’un long travail de photographies lancé en 2013 en partenariat avec l’Association nationale des familles des martyrs. En 2014, 470 avaient été collectées et exposées à l’occasion des 70es commémorations du massacre du 10 juin 1944. Ces photographies devaient faire l’objet d’une exposition temporaire mais il a été décidé de pérenniser cet hommage. Aujourd’hui, 530 portraits sont exposés et le président de l’Association nationale des familles des martyrs, Claude Milord, espère en collecter encore davantage.
Dans la galerie, l’émotion est intense. Des gens montrent du doigt les membres de leur famille, partagent leur histoire avec des inconnus. «Ce sont des photos de mon enfance, que j’ai toujours vues dans mon salon. Mais les voir ici, c’est très émouvant», confie un homme la gorge serrée. Pour Robert Hébras, qui a reconnu des visages oubliés avec le temps «c’est merveilleux». Le dernier survivant du massacre et inestimable passeur de mémoire se réjouit que les visages de ses sœurs et de sa mère soient à côté, contrairement à la première exposition de 2014. Cette fois-ci, les clichés ont été installés par ordre alphabétique.  
Les nazis ont rendu l’identification des corps impossible. Ces photographies permettent de ren-dre leur humanité aux victimes. «La démocratie, le vivre ensemble, la paix ne sont pas des acquis. Devant ces  visages, il  nous  faut  promettre  de  défendre  ces  principes et de lutter contre l’inacceptable. Il nous faut être intran-
sigeants. Ce lieu nous rappelle en permanence ce dont l’homme est capable si nous n’y prenons pas garde, a déclaré Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental lors de l’inauguration à laquelle ont assisté de nombreux élus locaux ainsi que des familles de victimes. La mémoire est précieuse mais elle est fragile. Pour vivre, elle se doit d’être utile».
C’est pourquoi le Département va lancer un travail d’actualisation et de scénographie du Centre de la mémoire, comme l’a annoncé Fabrice Escure. Un projet indispensable alors que cet espace n’a pas connu de modification du contenu, sur la forme ou sur le fond, depuis son inauguration en 1999. Benoît Sadri, habitant d’Oradour-sur-Glane qui a largement contribué à la collecte de photographies, s’en réjouit : «C’est important d’actualiser le message et de faire des parallèles avec les évènements d’aujourd’hui».
Par Mégane Lépine

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.