Fil info
19:06Indre : Rentrée littéraire : c’est parti ! -> https://t.co/VNBhCnj3hY
19:04Châteauroux : Deux semaines dans un monde merveilleux -> https://t.co/88ddYugPid
16:53Gargilesse-Dampierre : Séjour studieux pour les élèves harpistes -> https://t.co/Z3HKnP1Wsz
16:52Saint-Marcel : De la moto au graphisme, une même passion pour Sofiane Benhalima -> https://t.co/GqmzIFAsue
16:50Eguzon-Chantôme : TSB : une deuxième victoire de main de maître pour C. Voisin -> https://t.co/5lOet7DV98

Réseau de proxénétisme : les premières inculpations

Haute-Vienne

Le procureur de la Répu-blique de la Haute-Vienne, Gilbert Emery, est hier revenu sur l’affaire du réseau de proxénétisme à Limoges et Aixe-sur-Vienne, pour an-noncer les premières mises en examen.
En début de semaine (L’Echo de mercredi), nous vous révélions le démantèlement d’un réseau de proxénétisme sévissant sur Limoges et Aixe-sur-Vienne et l’arrestation de huit personnes, dont celle à la tête du réseau, un Equatorien de 48 ans. Lors d’une opération menée conjointement par les services de police et de gendarmerie, huit personnes en lien avec ce trafic avaient été arrêtées. Hier, le procureur a précisé les circonstances de ce démantèlement. En juillet 2016, les services de police, alertés par un voisinage inquiet d’allées et venues incessantes dans le secteur Aristide-Briand à Limoges, ont remonté la piste de ce réseau alors que de leur côté les gendarmes de la compagnie de Saint-Junien travaillaient sur ce même réseau depuis septembre 2016, sur un cas similaire, détecté de la même manière. Les deux enquêtes ont amené policiers et gendarmes au même constat, celui d’un réseau de prostitution sur les deux villes. En moins d’un an, la brigade de recherche de Saint-Junien et l’unité de prévention et de protection sociale du commissariat, unissant leurs forces, ont démantelé ce réseau. L’enquête conjointe a permis d’établir que ce réseau de proxénétisme et de pros-titution était tenu par des Equatoriens. Ils faisaient venir des prostituées, originaires d’Amérique du Sud, installées en Espagne et en Italie. A chaque fois, elles travaillaient par brigades d’une dizaine à Limoges et de huit à Aixe-sur-Vienne pendant trois semaines.
«Le réseau était organisé comme une petite entreprise. Les annonces étaient postées sur internet, les clients choisissaient. Il y avait un turn over de prostituées, afin de renouveler l’offre. Une standardiste traductrice prenait les rendez-vous et dirigeait le client sur l’un des appartements», expliquent les enquêteurs. Le réseau s’est installé après une étude de marché, la demande était plutôt orientée vers les prostituées sud-américaine. A Limoges, l’enquête a permis de recenser au moins quatre appartements dédiés dans les secteurs Aristide-Briand, Carnot et Général-Leclerc, et un à Aixe-sur-Vienne. Les passes étaient rémunérées entre 70 à 150 euros en fonction des prestations, le proxénète gardait 50% de chacune des passes. Lors des perquisitions les policiers ont saisi 3.500 euros, les gendarmes 3.200 euros. Il est difficile d’évaluer le budget total de ce trafic, mais il promet d’être très conséquent. Hier, les huit prévenus ont été présentés devant le juge, quatre ont été placés sous contrôle judiciaire (trois en zone gendarmerie, un en zone police) et quatre en détention provisoire (un en zone police et trois en zone gendarmerie), tous pour des faits de proxénétisme en bande organisée. Un neuvième qui avait été remis en liberté en amont, sera convoqué ultérieurement pour une mise en examen. Tous n’ont pas encore été interpellés, mais l’enquête se poursuit. Les propriétaires des appartements pourraient eux aussi avoir à s’expliquer devant la justice, les appartements étaient loués sans contrats et payés en liquide, ce qui laisserait supposer qu’ils avaient connaissance de ce trafic. Pour information, si les faits sont avérés, ils risquent eux aussi jusqu’à 20 ans de prison.
Fatima Azzoug

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.