Fil info
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV

La victoire d’Emmanuel Macron en mode «non-choix»

Elections présidentielles

Emmanuel Macron a été élu, au soir de ce dimanche, président de la République française avec plus de 65% des voix contre plus de 34% face à son adversaire Marine Le Pen.

Ce qui marquera ce deuxième tour de l’élection présidentielle, c’est une très forte abstention, représentant plus de 24% des inscrits. Entre l’abstention et les votes blancs, plus d’un Français sur trois a refusé de choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, un niveau record depuis 1969.
Le motif de satisfaction de cette soirée, c’est bien sûr la défaite de Marine Le Pen qui trébuche sur la dernière marche. Mais, si elle n’accède pas à la présidence de la République, elle gagne toutefois plus d’un million de voix entre le premier et le deuxième tours réalisant ainsi un record historique de suffrages jamais enregistré par le parti d’extrême droite pour un scrutin. «C’est le résultat de la banalisation des idées d’extrême droite que nous sommes plus que jamais décidés à combattre. C’est aussi le résultat de décennies d’alternances politiques défavorables aux intérêts populaires, de trahisons et de renoncements des gouvernements successifs. Nous partageons ce soir la profonde colère des millions de personnes qui se sont senties piégées par ce second tour. Piège orchestré par les mécanismes de la Ve République usée et perverse» a déclaré dimanche soir Pierre Laurent, secrétaire national du PCF.
«Notre pays a massivement rejeté l’extrême droite car elle est étrangère à l’identité républicaine de la France. Mme le Pen arrive troisième après Monsieur Macron, les abstentions, les bulletins blancs et nuls» a pour sa part commenté Jean-Luc Mélenchon pour la France insoumise avant de se faire plus incisif : «Le programme du nouveau monarque présidentiel est connu : la guerre contre les acquis sociaux et l’irresponsabilité écologique. Nous n’y sommes pas condamnés.» Emmanuel Macron avait en effet annoncé lors de la campagne qu’il allait réformer le code du travail dans l’été par ordonnances. «Il veut tout marchandiser dans la société. Son élection est fragile. Les millions d’électeurs qui ont voté Macron ont d’abord voulu barrer la route de l’Elysée à Marine Le Pen. Déjà au premier tour, ils et elles étaient nombreux à voter pour lui par défaut pour éviter un duel entre Fillon et Le Pen. Son projet, très néo-libéral et porteur de graves régressions sociales et démocratiques, est minoritaire dans le pays» a abondé Pierre Laurent.
A 39 ans, Emmanuel Macron est donc le huitième président de la Ve République. Le mandat de François Hollande prendra fin officiellement dimanche prochain et la passation du pouvoir aura lieu dans le week-end. François Hollande qui s’est «chaleureusement félicité» dimanche de la «large victoire» de son ex-conseiller et lui a exprimé tous ses vœux de réussite au téléphone. Réuni presque au grand complet dans le jardin d’hiver de l’Elysée autour du président, le gouvernement a applaudi la victoire d’Emmanuel Macron. On s’est aussi beaucoup félicité de ce résultat du côté de l’Europe, notamment Jean-Claude Juncker, président de la commission européenne et la chancelière allemande Angela Merkel.

Les législatives l’enjeu majeur

Une autre grand moment politique s’ouvre désormais avec les élections législatives de juin. En Marche! a annoncé dès dimanche soir que le mouvement aurait 577 candidats sous le label «La République en marche». La Droite LR et du centre, sous la houlette de François Baroin, mise déjà sur une victoire et une cohabitation.
Pierre Laurent qui estime qu’«aucune majorité n’est acquise pour personne, a lancé un appel pour un accord national large, équitable et représentatif, sous une bannière commune qui nous rassemble tous, France insoumise, Parti communiste, Ensemble !, citoyens du Front de gauche» alors que Jean-Luc Mélenchon a réaffirmé : «les législatives doivent montrer, après un vote de refus et de peur, que le moment est venu d’un choix positif autour de l’Avenir en commun. J’appelle les 7 millions de personnes qui se sont regroupées autour du programme dont j’ai été le candidat, à rester unis qu’elles aient ou non voté pour Monsieur Macron. Fédérez-vous les gens, sans vous éparpiller...»
Un libéral va s’installer à l’Elysée, prenant la place d’un autre. Il y a effectivement du grain à moudre.

Christine Audebert

 


En Haute-Vienne

 

Les résultats
Votants : 209 017
Exprimés : 178 181
Abstentions : 21,50%
Blancs : 19 787
Nuls : 11 049
- Emmanuel Macron : 126 418 : 70,95%
- Marine Le Pen : 51 763 ; 29,05%.

Parce que le match face à la candidate du Front National était joué d’avance, Emmanuel Macron l’emporte sans surprise en Haute-Vienne.
Toutefois le candidat «néo social libéral» ne fait pas le grand chelem. Dans deux communes rurales, à Cromac et Verneuil-moutiers, il finit derrière la candidate frontiste. Globalement, il rassemble 70,95% des votes exprimés contre 29,05%. mais abstention et votes blancs et nuls obligent, il ne fédère que 47,48% des inscrits. En voix, il cumule 126 418 votes et la candidate d’extrême droite 51 763 sur 266 280 inscrits. Ses scores les plus importants sont réalisés à Augne, où l’ex ministre de l’Economie dépasse 85% des votes exprimés et à Isle avec un peu plus de 80%.
A Limoges et dans les communes qui composent l’agglomération de Limoges-métropole, il dépasse les 70% en terme de vote exprimés. Dans la capitale de feu le Limousin, c’est 76,89% des voix, soit, en voix, plus de trois fois plus que Le Pen là où, au 1er tour, il n’en comptait  que le double.
A Saint-Junien, deuxième ville du département et où Jean-Luc Mélenchon, le candidat d’En Marche! rassemble également plus de 7 votes exprimés sur 10 (70,65%). Mais l’abstention dépasse les 20% (21,82%) et les blancs et nuls font près de 15%.
Dans les communes qui s’étaient mobilisées pour Mélenchon il y a 15 jours, Le FN est largement défait mais les votes non exprimés y sont nombreux. Preuve que la consigne de la France Insoumise y a été entendue. Notamment à Nedde. Sur 445 inscrits, les blancs et nuls passent de 12 à 63 voix. L’abstention bondit également. de 17,98% au 1er tour à 23,37% au 2e tour. Enfin, notons qu’à Bellac, où l’équilibre des forces étaient au 1er tour très proche de la répartition nationale, le 2e n’a pas dérogé. Macron 65,14%, Le Pen 34,86%.

Jérôme Davoine


En Corrèze

 

Résultats :
Votants : 147 080
Exprimés : 123 984
Abstention : 20,60%
Blancs : 15 120
Nuls : 7 976
- Emmanuel Macron : 88 029 ; 71%
- Marine Le Pen : 35 955 ;  29,00%

Dans le département de l’ex-président Hollande, le candidat du mouvement En marche! Emmanuel Macron a atteint la barre des 71% de voix contre 29% pour le Front National. Un FN qui gagne 10.700 voix entre les deux tours. Emmanuel Macron lui engrange 48 811 voix de plus par rapport au premier tour. Quelque 147 080 Corréziens se seront déplacés aux urnes ce dimanche de deuxième tour inédit :  88 029 Corréziens ont voté pour Emmanuel Macron et 35 955 pour Marine Le Pen.
Rosier-de-Juillac (47,71%), Lamazière Haute (46,15%) et Saint-Victour (45,45%) à égalité avec Courteix sont les communes rurales qui ont le plus voté Le Pen. Du côté des marcheurs, Grandsaigne (95,12%), Brivezac (91,43%) et Saillac (87,05%) sont les communes qui ont accordé le plus de voix à Macron. Des villes de droite comme Ussel, Brive et de gauche telle Tulle ont voté respectivement à 70,44%, 74,44% et 77,93% pour le nouveau président. Ils sont aussi 15 120 Corréziens à avoir voté blanc (10%) et 7 976 nuls (5%) alors que 38 165 Corréziens (20%) se sont abstenus au second tour. Restent les législatives où la bataille va faire rage. Les candidats d’En marche! ne sont pas encore connus mais la pression va être grande sur leurs épaules face à une droite et une gauche qui ne voudront pas être exclues de ce dernier round avant KO !


En Dordogne

 

Résultats
Votants : 248 144
Exprimés : 210 868
Abstentions : 20,95%
Blancs : 23 988
Nuls : 13 288
- Emmanuel Macron : 135 563 ; 64,29%
- Marine Le Pen : 75 305 ; 35,71%.

Sans surprise, le Périgord a placé Emmanuel Macron en tête dimanche soir. Mais, les Périgordins ont été moins civiques qu’au plan national et une fois encore, le vote d’extrême droite progresse.
Les Périgordins se sont un peu moins déplacés aux urnes au second tour (20,95 % d’abstention) qu’au premier (18,32 % d’abstention) et le vote blanc a fortement progressé, passant de 1,97 % à près de 10 % (9,67 %), signe que les les électeurs n’ont pas souhaité choisir entre les deux finalistes. Les autres ont quant à eux fait le choix d’Emmanuel Macron (64,29 %) plutôt que Marine Le Pen (35,71 %). Une fois encore, dans cette terre de résistance qu’est la Dordogne et qui avait pourtant placé Jean-Luc Mélenchon en tête du premier tour, le vote d’extrême droite progresse, très fortement et atteint son plus haut niveau depuis sa création. Seules Périgueux et quelques communes aux alentours semblent résister en cantonnant le vote FN en dessous des 25 %. Le vote extrême est plus marqué sur une large bande ouest du département, du Ribéracois au sud Bergeracois, en passant par le Montponnais. Marine Le Pen arrive en tête dans 35 des 520 communes du département. Elle obtient son meilleur score (64,10 %) à Bouillac. De son côté, le candidat d’En marche, qui compte relativement peu de soutien en Dordogne, obtient son meilleur score à Montaut (96,15 %).


En Creuse

 

Résultats
Votants : 71 383
Exprimés : 59 667
Absentions : 23,35%
Blancs : 7 667
Nuls : 4 049
- Emmanuel Macron : 39 239 ; 65,76%
- Marine Le Pen : 20 428 ;  34,24%

«La République a gagné», voilà la réaction de la plupart des responsables politiques locaux au soir du second tour des élections présidentielles. En Creuse, comme au niveau national, Emmanuel Macron est arrivé largement en tête  (65,76 %) devant la candidate du Front National, Marine Le Pen (34,24 %). Si le résultat global était prévisible notamment en raison des villes d’importance comme Guéret, La Souterraine où le front républicain  fonctionne, plusieurs questions restaient sans réponse  : la participation, les votes blanc et nul  mais aussi le vote des petites communes. Alors qu’au 1er tour, 60 communes avaient placé le FN en tête, finalement, le vote Macron l’a emporté dans la majorité des communes, il reste quelques noyaux comme au Nord-Est du département, Linard, Chambon-Sainte-Croix... Ailleurs, le front républicain a fonctionné. Le report de voix des socialistes et des fillonnistes a bien fonctionné. Certains qui ont voté Jean-Luc Mélenchon au premier tour ont aussi fait ce choix. D’autres ont voté blanc. Le nombre de bulletins passe d’un peu moins de 2 000 au premier tour à 7 577 dimanche. Le nombre de nuls augmente également. Tout comme l’abstention. Elle est plus élevée de deux points par rapport au 1er tour (23,33 % contre 21,26 %) et est largement supérieure aux deux derniers scrutins présidentiels où plus de 80 % de participation était enregistrée.  Avec ce vote blanc et nul, cette abstention en forte hausse, un message a été envoyé : ce n’est pas vraiment ce qu’attendaient les Creusois. Reste le 3e tour, les élections législatives. Avec un paysage politique bouleversé un candidat ni gauche ni droite président de la République, les partis traditionnels à la traîne et une deuxième force, la France insoumise, celles-ci s’annoncent plus qu’indécises.


En Indre

 

Résultats
Votants : 130 482     
Exprimés : 112 436
Abstentions : 23,43%
Blancs : 12 489
Nuls : 5 557
- Emmanuel Macron : 68 482 ; 60,91%
- Marine Le Pen : 43 954 ; 39,09%

L’Indre a placé Emmanuel Macron en tête avec 60,91% (68 482 voix) devant Marine Le Pen 39,09% (43 954 voix).
Comme on pouvait s’y attendre, un certain nombre d’électeurs ne se sont pas rendus hier dans les bureaux de vote. L’abstention atteint 23,83% alors qu’en 2012 elle n’était que 17,88%. C’est néanmoins en-deçà de l’estimation nationale autour de 25,3%. Et parmi ceux qui se sont déplacés, certains n’ont souhaité voter ni pour l’un ni pour l’autre des deux candidats. Les votes blancs représentent près de 10% des inscrits (9,57%) et les votes nuls 4,26%. On n’en comptait que 2,01% en 2012 où les deux étaient confondus. Macron enregistre ses meilleurs scores à Châteauroux (71,05%), – où il était arrivé en tête avec 24,56% et Mélenchon deuxième au soir du 23 avril – à La Châtre (67,68%), Argenton (68,36%) et Issoudun (64,53%). Dans 37 des 243 communes, l’écart est très serré entre les deux candidats, compris entre 48 et 52%. Deux petites communes, Champillet et Lignerolles, placent les deux candidats à égalité. Dans le village de Bretagne (95 inscrits) où elle avait obtenu 51,95%, Marine Le Pen réalise son plus gros score dans l’Indre avec 70,42%. En nombre de voix, Marine Le Pen progresse de près de 12 000 voix entre les deux tours. Le second tour dans l’Indre s’inscrit dans la continuité du premier – où elle était arrivée en tête avec 24,43% – avec un écart bien moins important qu’au plan national.


 

air max 90 essential green