Fil info
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV

Artisan d’une fibre d’exception

Voici un an, Maxence Fleygnac a repris la ferme de ses parents, éleveurs de chèvres angora à Laguenne (19), dont la laine est transformée en France avant de revenir dans le giron de tricoteuses locales. Rencontre avec un jeune agriculteur passionné de na

Il fait partie des cinquante producteurs «conséquents» de laine mohair français : entre 300 et 350 kg par an. Maxence Fleygnac est agriculteur, et plus encore. Depuis un an, il prend le relais de ses parents, Martine et Dominique, toujours actifs à la ferme «Le mohair du coteau», qu’ils ont créée voici vingt-cinq ans, abandonnant la fonction publique après être tombés en amour avec une ferme à retaper et... un troupeau de chèvres angora !
Lui, a tâté du monde salarié, avant de passer trois ans en Nouvelle Calédonie puis de revenir au bercail, convaincu que sa vie était là : travailler en osmose avec la nature, sur un projet humain respectueux des clients, du produit et des savoir-faire. Aujourd’hui, la ferme s’active sur deux activités distinctes : la production de pigeons de chair, vendus aux bouchers, restaurateurs et particuliers, et l’élevage de chèvres angora, à la toison ultra prisée. La ferme a multiplié par 10 son cheptel de départ pour aujourd’hui, bichonner 140 biquettes  originaires des plateauxturcs d’Ankara, qui évoluent tranquillement sur cette structure de 15 hectares exploitée en agriculture biologique.
Chaque tonte, en août et février, représente une semaine de travail intensif : débarrassée de ses impuretés, la laine brute, triée par qualité, est expédiée à des façonniers «uniquement en France» qui la lavent, la teintent et la tissent, puis renvoient le produit fini  – pulls, écharpes, chaussettes, gants, plaids, etc.  ainsi que les pelotes, à la case départ. Ces dernières atterissent  directement dans les pa-niers des tricoteuses locales, «petites mamies» comme jeunes passionnées de mode. «C’est un gros avantage pour nous, qui permet de réaliser n’importe quel modèle, dans n’importe quelles couleur et taille, dans un délai d’un mois» précise Maxence Fleygnac. Un vrai luxe, qui a un prix : compter 25 euros pour une paire de mitaines, 130 pour un pull. «Un investissement corrige l’agriculteur, car le mohair est une fibre géniale, trois fois plus chaude que la laine, extrêmement résistante, légère et facile d’entretien. Un produit 100% français issu d’une petite ferme locale... de super qualité. Nos prix sont très compétitifs au regard de ceux des nombreuses marques qui font travailler des gamins en Inde ou ailleurs». Si les mohairs du commerce et de la grande distribution comportent une grande proportion de synthétique et de laine, au «Mohair du coteau», seule la soie a droit de cité, pour encore plus de finesse et de légèreté. Lichen, vert mousse, bleu atoll, orange sanguine, jaune safran... les coloris sont exceptionnels, obtenus à partir de teintures exemptes de métaux lourds appliquées selon le procédé «écotex», où toutes les eaux de teintures sont retraitées puis réintroduites dans le circuit d’eau potable.
Sollicité, notamment par des créateurs et boutiques éphémères, le jeune indépendant tient à le rester, à 100%. La production annuelle, de 300 à 350 kg de laine, «remplit de bonnes journées» et Maxence Fleygnac n’en envisage pas davantage.  «Avec seulement 350 kilos de laine... je préfère vendre en direct plutôt que de laisser 30% de marge, ce qui nous assure aussi une maîtrise totale et une traçabilité de notre production. Nous réfléchissons en permanence à nos investissements et notre façon de travailler». En proposant notamment régulièrement de nouveaux produits et coloris, en investisant de nouveaux marchés, au sens premier du terme, tout en veillant à améliorer le cheptel, pour une laine encore plus belle.
Fidèle des marchés de Pâques et de Noël à Limoges, du marché bio de Brive et régulièrement présent sur Paris, le «Mohair du coteau» propose également la vente en ligne sur son site
www.mohairducoteau.fr
Membre du réseau «Bienvenue à la Ferme», la petite entreprise y tient également boutique, où elle reçoit... à bras ouverts !

Contact : Mohair du coteau, Famille Fleygnac, Donnet, 19150 Laguenne. Tél : 05.55.20.07.77.
mohairducoteau@gmail.com

Air Jordan 3 Katrina White Cement Grey Black Fire Red 136064 116