Fil info
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV
07:17Région : Fruits et légumes: pourquoi les prix flambent -> https://t.co/N8Bl5r7dB6
07:14# # - -Vienne : Donner ou vendre plutôt que jeter -> https://t.co/VEigJi41bE
07:14# # - -Vienne : Donner ou vendre plutôt que jeter -> https://t.co/OizjBr2SD4
07:10Région : Comborn, un patrimoine millénaire -> https://t.co/EywYvuMWtL
07:03Région : Les élevages régionaux marqués par des productions en baisse -> https://t.co/SRlXUx9oF7
06:44Bergerac : La démonstration de force vaut pour Périgueux -> https://t.co/aR0EIEhCxJ
06:11Rampieux : 3 bus détruits dans un incendie entraînent du chômage technique -> https://t.co/cTRfaQmFhK
05:50Calviac-en-Périgord : Accident : un motard de 20 ans gravement blessé -> https://t.co/glOSDiWCRo
19:21Gargilesse-Dampierre : Les Jamet, une famille d’artistes -> https://t.co/dGuoTP8X9h
19:18Châteauroux : Destination Cuba avec Aniurka -> https://t.co/EBzVQMXlVP

Les communistes sur des projets plus que sur des alliances

Municipales

Si les candidatures se multiplient sur l’agglomération, les communistes ouverts à la discussion ne veulent pas précipiter les choses et veulent avant tout travailler sur des projets et débattre. Comme l’a expliqué le secrétaire de la section de Périgueux (qui regroupe aussi les communes de Coulounieix-Chamiers, Chancelade et Marsac) Olivier Riffet qui est aussi chef de file des communistes pour les Municipales à Périgueux, « c’est le branle-bas de combat et chacun y va de sa formule pour faire du nouveau avec pas moins de trois voire quatre liste à gauche. Comme aux Législatives et aux Européennes nous courons à la catastrophe ». Et pour Olivier Riffet, « nous avons besoin d’un projet portant les luttes écologiques, démocratiques et sociales, d’une gauche de rupture, diverse, de réponses anti-système urgentes élaborées ensemble et pour cela, nous sommes disponibles. Aujourd’hui la droite périgourdine rend la vie plus difficile aux habitants les plus en difficulté. Ce n’est pas acceptable. Le maire et les soutiens de Macron font de Périgueux une ville pour « premiers de cordée » ou la gentrification va chasser les habitants des quartiers populaires. Où toutes les activités publiques seront menacées de privatisation et à ce sujet le projet Montaigne est éclairant ». Olivier Riffet lance donc un appel à ceux qui veulent changer les choses, simples citoyens mais aussi forces de gauche, organisations syndicales et associatives. « Ensemble, il nous appartient de nous rassembler, sans exclusives ni volonté hégémonique de quiconque sur des contenus ». Et malgré l’éparpillement de la gauche qui semble se profiler il n’est pas défaitiste, « des milliers de citoyens sont engagés depuis des années contre les choix de la droite. Nous ne partons pas de rien. Il faut donc se rassembler avec toutes celles et tous ceux qui veulent un véritable changement sur Périgueux ». Pour autant le PCF n’est pas dans une optique de négociations de constitution de liste, « le choix d’une tête de liste pour représenter la gauche périgourdine peut tourner à la guerre des égos, ou simplement partisane. Et si le moment vient de choisir une personnalité pour représenter une gauche de rupture rassemblée, ce n’est pas un casus belli de ne pas avoir une tête de liste communiste ».
Déjà des propositions concrètes
Et pour les communistes c’est avec des projets concrets qu’il faut se mettre autour de la table pour discuter. Pour Vianney Le Vacon, « la question n’est pas de savoir si on va discuter avec untel ou untel. Les cartes ont été rebattues à gauche, c’est fini le temps où la question des alliances se discutait à quelques-uns sur un coin de table ». Et celui-ci d’étendre le débat à l’agglomération, « les prochaines Municipales ont une importance capitale, car on va voter aussi  pour l’agglomération et je n’ai pas envie de voir la droite qu’elle soit LR ou LREM faire le grand chelem sur l’agglomération ». Il propose, « un moratoire sur la fusion des communes et des interco. Il faut faire un bilan, ça a été beaucoup trop vite, les citoyens et certains élus sont paumés et certaines intercommunalités sont en difficulté. Et ce d’autant plus que nous savons qu’après les municipales d’autres projets de fusions vont arriver dont certains que nous avons mis en échec comme le paquet Chamiers, Périgueux, Champcevinel et Trélissac dont nous ne voulons pas ». Et les communistes attachés à l’échelon communal mettent en garde, « les communes sont un espace de service public et aujourd’hui, il est rogné par la privatisation. A Périgueux l’espace Montaigne est une privatisation éhontée de l’espace public. Il y a également un projet de Grand stade au Copo et là nous disons halte. Il y a déjà une piste d’athlétisme au CAP qui a
coûté 550 000 euros et qui n’a que quelques années et on voudrait la détruire pour aller en refaire une au COPO avec 1,2 million de fonds publics. Que je sache le CAP n’est pas encore dans le Top 14 ». Et Vianney le Vacon de rappeler les batailles menées au pour le logement social au Gour de l’Arche mais aussi celles sur Coulounieix-Chamiers qui ont permis de garder une maison de retraite municipale et le gymnase de l’ASPTT. « Nous avons de l’expérience et des propositions à faire. C’est pourquoi nous voulons la gratuité de Péribus avec le développement du rail et du transport en commun ». Mais comment développer le transport en commun alors que le BHNS est à l’arrêt ?, « l’arrêt des travaux du BHNS à Périgueux et les pressions qui sont faites sur Chamiers en ce moment c’est scandaleux, toutes les communes et l’agglomération ont voté pour et le premier acte politique de Thierry Cipierre en tant que candidat à Coulounieix-Chamiers a été de renier sa parole à ce sujet pour des raisons politiciennes. En attendant on joue avec l’emploi car les entreprises ont subi des arrêts massifs de chantiers », explique Vianney le Vacon qui poursuit, « nous proposons aussi la création d’un centre de santé public avec des médecins salariés pour soulager les urgences et le centre hospitalier. Quand on parle de déserts médical on pense à la campagne, mais c’est aussi une réalité en ville ».
Le PCF ouvert à la discussion
Le travail au rassemblement et à la concertation semble plus avancé à Coulounieix-Chamiers comme l’explique Patrick Capot, « la fragmentation de la gauche, on a vu ce que ça a donné aux Européennes. Ce sont moins d’élus pour représenter nos idées. Aucune force à elle seule ne peut prétendre à rassembler. Il faut donc se remettre autour de la table dans un cadre antilibéral ». Et celui-ci de revenir sur le BHNS, « si on a 20 % de logement social vacant à Chamiers c’est qu’il y a des questions à se poser, les populations ont besoins de services. Nous avons aujourd’hui un pôle d’échange multimodal mais rien en amont et rien en aval. Nous avons entamé à Coulounieix-Chamiers une réflexion avec Couleurs citoyennes qui donne la possibilité de travailler avec la population hors des partis autour d’un projet sur l’économie locale, les déplacements et l’habitat ». Et pour le secrétaire départemental Julien Chouet, « il ne s’agit pas de faire une liste citoyenne pour en faire une, mais de rencontrer ceux qui veulent discuter. Nous ne sommes pas en retard, tout le monde veut partir vite avec une tête de liste mais nous avons encore le temps ». De septembre à décembre les communistes répondront « à toutes les invitations mais nous en lancerons aussi ». Et pour Julien Chouet pour travailler avec la population il faudra revenir aux vieilles méthodes, « c’est par le porte-à-porte que l’on confronte les idées, les gens il faut aller les chercher. Les réunions ou les ateliers de travail où ne viennent que les plus convaincus ça ne suffit plus ».
Philippe Jolivet

Latest Nike React Presto Trainer Releases & Next Drops