Fil info
21:54 L’ dans tous ses états: https://t.co/npjyHB909b
21:37 Merci. Le Pont Saint Chrétien Chabenet dans l’Indre, département où j’ai eu la chance de travailler pend… https://t.co/oXJrlcTpXJ
18:10 Rire
18:06 Merci bien, hein ! Tout le monde en nervous breakdown.
17:59 Bonjour huber
15:46 Ca risque pas de s'arranger avec une uberisation du travail.

M, seul sur scène ou presque

Matthieu Chedid, aka M, était vendredi soir au Zénith de Limoges, devant quelque 5 000 personnes. 
Un show de deux heures, seul en scène, ou presque... à la guitare souvent, l’artiste de 47 ans enchaîne les tubes, changeant de tenues et d’instruments au gré des morceaux. Et si le guitariste semble d’abord assurer seul le spectale, le rideau tombe et le public découvre d’immenses machines futuristes qui vont accompagner l’artiste jusqu’à la fin. Mais ces dernières ont encore besoin de l’homme pour fonctionner ! En coulisses, une quinzaine de techniciens (qui viendra saluer le public à la fin du concert) se charge d’humaniser ces robots, qui portent même des petits noms. Et si les vrais musiciens manquent un peu, le public semble tout de même apprécier l’impressionnant show, autant visuel que sonore. Car pour ce voyage qui nous transporte dans la «chambre d’ado» de M, les spectateurs recevaient à l’entrée une paire de lunette 3D qu’il fallait enfiler pour mieux profiter de certains tableaux... Au-delà des classiques Superchérie, La Seine ou Qui de nous deux, plusieurs clins d’œil sont faits aux albums qui ont accompagné l’artiste durant sa carrière : des Daft Punk à Nirvana, en passant par The White Stripes et Dr. Dre, Matthieu Chedid partage ses influences pour le plus grand plaisir d’un public, qui en redemande. 

nike air max 1 zappos