Fil info
18:13Sarlat-la-Canéda : Un comité de pilotage pour le centre de santé -> https://t.co/fJvoWY1wxE
18:11Périgueux : « Quand on aime les animaux, il faut les respecter » -> https://t.co/24fuwDp2yv
16:47La fête de la citrouille bat son plein à Saint-Laurent. https://t.co/iv2XTiXvZq
16:21Lubersac : Rencontre émouvante des collégiens avec Robert Hébras -> https://t.co/N9Y5MvN4FI
16:04Le Lardin-Saint-Lazare : Lecta louche sur les fonds publics -> https://t.co/adGIjN6a26

Face à l’horreur, une nouvelle fois

Hier, le collectif pour une paix juste entre Palestiniens et Israéliens appelait à manifester pour fêter un triste anniversaire, celui des 70 ans de la «Naqba». Avant que l’actualité, avec ce nouveau bain de sang perpétré à Gaza à l’encontre de manifesta

Ce devait être l’occasion d’évoquer, 70 ans après, l’expulsion de ces 800.000 Palestiniens, chassés de leur terre à la suite de la proclamation de l’indépendance d’Israël, le 15 mai 1948.
Mais avant-hier, veille de l’anniversaire de la Naqba («catastro-phe» pour le peuple palestinien), un nouvel épisode tragique est venu ensanglanter le martyr gazaoui. De drames en tragédies, l’association Limousin-Palestine ne compte plus les fois où elle s’est mobilisée pour défendre les droits humains, dans une longue litanie de dates où les exactions succèdent aux confiscations des terres et au-tres colonisations. «Dans l’histoire d’Israël, on peine à voir un quelconque signe d’ouverture qui aurait pu laisser entrevoir la paix, observe sa présidente Isabelle Jauberteau. Même durant la période d’Yitzhak Rabin avec les accords d’Oslo qui prévoyaient un Etat palestinien indépendant avec pour capitale Jérusalem Est, on a rapidement constaté que cela se traduisait en réalité par la mise en bantoustan de la Palestine.» Et Isabelle Jauberteau d’égrener ensuite les récentes dérives israéliennes : «2009-2010 puis 2012, 2014..., la population de Gaza est complètement acculée et sa jeunesse privée du moindre horizon avec par exemple des coupures d’électricité et donc plus d’accès à l’eau potable. On vit à Gaza dans une situation misérable. C’est une véritable prise d’otage.» Pour la présidente de Limousin-Palestine, le jusqu’au-boutisme israélien  «et ses offensives tous azimuts apparaissent également comme une manière de masquer les affaires de corruption du gouvernement Netanyahou.»
«que des paroles»
Et puis, il y a ce terrible jeu d’alliances internationales, avec un axe Arabie Saoudite-Israël-Etats-Unis bien décidés à contrôler la région, quel qu’en soit le coût humain. Et comme au Yemen, en Palestine, il commence à être élevé. «Face à la situation actuelle, le parlement européen  doit prendre des décisions politiques majeures», invite Isabelle Jauberteau. Et la France ? «En France, il n’y a que des paroles. Pourtant, il s’agit bien là d’un crime de guerre. Reporters sans frontière a d’ailleurs saisi la cour pénale internationale après des tirs de l’armée israélienne à l’encontre de journalistes palestiniens...» Mais pour le reste «c’est une léthargie complète devant l’irresponsabilité du gouvernement américain qui ajoute de la guerre à la guerre.»

Commentaires

Bonjour,
Bravo belle initiative.

Bonjour,
Bravo belle initiative.