Fil info
19:59Tulle : Des fèves accordéonistiques pour les galettes des rois -> https://t.co/EQF9A62zha
19:40Brive-la-Gaillarde : Le Père Noël est un motard ! -> https://t.co/MYEevA9FYt
18:35Indre : Une centaine de manifestants à l’appel des syndicats -> https://t.co/qqJQzjVhFQ
18:35Indre : Pour les retraités, «le compte n’y est pas» -> https://t.co/27g7WGfqj4
17:15Bergerac : CAB : le temps de travail des agents éclaté façon puzzle -> https://t.co/gxd3F8QxD2
17:11France : Les retraités restent déterminés -> https://t.co/O8viflF0x6
17:09RT : Mobilisation sociale en : le préfet demande aux manifestants et habitants de participer à la future concer… https://t.co/887GzevzqC
16:49Marquay : Dossiers du conseil communautaire -> https://t.co/obcn1gJny1
15:49Périgueux : Macron met les agents de la Sécu à la rue -> https://t.co/d41enQ2RI2
15:45Coulounieix-Chamiers : Notre santé indissociablement liée à celle de la planète -> https://t.co/NJWxP6RNLY
15:40Saint-Gaultier : Retour en images sur le marché de Noël -> https://t.co/YY3KNhi2jr
15:32La Châtre : Comme au collège, valorisons notre jeunesse ! -> https://t.co/dW8Qs5kmON
15:20Région : L'ex-député Alain Marsaud condamné pour l'emploi fictif de sa fille -> https://t.co/EM2TwMICVX
10:44Dans l' de ce mardi 18 décembre, un article sur l'inauguration de la Salle Roland Pierrot au l… https://t.co/kllgoeoOfh
07:54Région : Ils défendaient seulement une petite ligne -> https://t.co/WBXAcRuG7n
07:53Région : Conseil régional: budget maîtrisé? -> https://t.co/P4ei2EH00Q
07:50 agriculteurs # - -Vienne : Les JA dénoncent le déficit d’image et de revenus -> https://t.co/5DAdEmXrVp

Dehors au froid et à la nuit... jusqu’à quand ?

D es situations édifiantes nées de politiques inhumaines... Voilà ce que sont venus dénoncer hier au grand jour les militants du collectif Chabatz d’Entrar, réunis au départ du  Centre d’hébergement et de réinsertion sociale de Limoges avant de rallier la préfecture pour une pause symbolique lourde de sens. «Nous nous sommes constitués en collectif en 2016 suite au démantèlement de la jungle de Calais pour poser clairement la question de la liberté de circulation des migrants et dénoncer l’Europe frontières explique Stéphane Lajaumont, l’un des animateurs (à l’origine) du collectif. Aujourd’hui à Limoges, de plus en plus de gens  exclus par des lois toutes situations confondues, se retrouvent à la rue. Ici, on fait une collecte, là des militants hébergent pour quelques nuits,  on trouve quelques matelas et couvertures, on amène un réchaud...  mais on ne règle pas une situation de fond. Quand une famille se retrouve avec un bébé de six mois dans un squat, sans chauffage, sans eau... c’est insupportable ! Nous interpellons aujourd’hui les pouvoirs publics afin de dénoncer la mise en danger -par les politiques d’exclusion qui sont menées- de la vie d’autrui, alors que même les services d’urgence ne peuvent plus répondre aux besoins. Jusqu’aux travailleurs sociaux qui, démunis, nous envoient des gens». Hier, un courrier réclamant l’urgence sociale signé du collectif est parvenu   simultanément en mairie de Limoges et en préfecture. «Après avoir été informés de quelques situations individuelles de personnes sans solution d’hébergement durable malgré l’obtention de documents leur permettant de séjourner en France, nous avons été amenés à rencontrer de plus en plus de personnes, en famille, avec ou sans papiers, d’origine étrangère ou non, qui survivent la nuit en s’abritant dans des voitures, des caves, sous des toiles de tente ou dans des squats. (...). Nous avons aussi eu la surprise d’être contactés par des services de l’Etat eux-mêmes dépourvus de solution. Comment ne pas être estomaqué lorsque le service téléphonique d’hébergement d’urgence (le «115») nous informe que deux cents demandes n’ont pas pu être satisfaites ? Nous dénonçons le traitement inhumain infligé à ces personnes mais aussi aux travailleurs sociaux. Quelle pression humaine doit peser sur ces professionnels lorsqu’ils savent qu’ils n’ont aucune aide à apporter ? Nous savons que des questions budgétaires peuvent parfois intervenir quand il s’agit de savoir «qui fait quoi et dans quelle mesure. Nous vous parlons, nous,
d’êtres humains. Nous vous demandons donc à vous, M. le Préfet, responsable pour l’Etat de la question du logement, et à vous, M. le Maire, en tant que responsable de la sécurité et du bien-être de l’ensemble des personnes vivant sur Limoges, de prendre des mesures rapides et à la hauteur des enjeux, pour toutes les personnes qui sont en danger faute d’hébergement. En espérant que ce courrier entraînera une action rapide de la part de vos services...».
I.H.