Fil info
20:52Tulle : Une pause poétique avec Fabienne Yvert -> https://t.co/QX6WUFCHiV
20:34Brive-la-Gaillarde : Esprit de solidarité pour la «Team Mazière» -> https://t.co/6KtWQHuCQS
19:09Périgueux : Des trophées pour récompenser les acteurs les plus innovants -> https://t.co/MQrhyF3Zz9
19:07Boulazac : Continuer à faire savoir -> https://t.co/OJf71p2oZ9
18:10Indre : Une après-midi pour plonger au profit de l’Unicef -> https://t.co/UuZBHYrjPi
18:00Châteauroux : ACGCS et Scalis dépassent les barrières générationnelles -> https://t.co/V68eYygNDQ
16:04Thiviers : La Ruche qui dit oui s’installe -> https://t.co/Vnyo1Q5SNg
16:03Coulounieix-Chamiers : Les interrogations du groupe communiste / Front de Gauche -> https://t.co/2ogP3g8RU3
12:56Corrèze : Gilets jaunes et syndicats même combat ! -> https://t.co/4MCES4f1yh
11:32RT : ça y est ! le programme complet des est sorti => https://t.co/6JADnTeZM6 On a hâte de vous… https://t.co/Af2y7rXAlD
11:29ça y est ! le programme complet des est sorti => https://t.co/6JADnTeZM6 On a hâte de vous… https://t.co/Af2y7rXAlD
10:44 sur le boulevard circulaire de Brive, au centre ville, distribution de tranches de sa… https://t.co/k1IxMadGPY
09:06# # - -Yrieix-la-Perche : Les 57 ans du cessez-le-feu -> https://t.co/WQwdvQNyz3
08:59# # - -Yrieix-la-Perche : Les « Enoncés » de Christian Lebrat -> https://t.co/6NbDofChyP
07:59Région : Pole de ressource de Limoges, des projets qui revendiquent l’économie sociale et solidaire -> https://t.co/wH57GAbjEr

La Salvanie se rénove et se projette

Patrimoine

La commune de Laguenne-sur-Avalouze restaure en ce moment le Manoir de La Salvanie dont elle est propriétaire, le sauvant d’un péril imminent. Elle souhaite le voir se transformer en un hôtel-restaurant haut de gamme. Par ailleurs, une partie du parc sera aménagée et ouverte au grand public.

C’eût été dommage qu’il devienne une ruine... Le Manoir de La Salvanie va retrouver son visage d’antan, défiguré par des années d’abandon. Inoccupé depuis les années quatre-vingts, envahi par la végétation, squatté, le bâtiment se dégradait à vue d’œil. Une partie était écroulée, les menuiseries avaient disparu. La commune du  mettre en œuvre en urgence une procédure de péril imminent à l’encontre de la propriétaire en 2009*. Celle-ci décida de céder son bien à la commune en 2011. L’acte de vente est signé un an plus tard pour un montant de 130.000 euros. Le château, situé à proximité de l’église date du XVe siècle et a été plusieurs fois remanié jusqu’au XIXe siècle. Il possède une dépendance et un grand parc. La propriété s’étend sur 78 hectares avec une partie boisée. Le ruisseau La Ganette la traverse.

Sauvetage du bâtiment

En juillet dernier, la commune guennoise a lancé une opération de sauvetage du bâtiment. Elle concerne le clôt, le couvert, le plancher..., une mise hors d’eau et hors d’air indispensable. «Dans dix ans le château aurait été irrécupérable», commente Roger Chassagnard, le maire de Laguenne-sur-Avalouze. Le chantier de restauration de la structure a débuté l’été dernier pour une durée d’un an environ. Il est estimé à 1,2 million d’euros. La toiture a été refaite, la partie éboulée a été reconstruite. La collectivité a lancé une étude pour imaginer un projet à l’intérieur de l’édifice et retenu celui d’un hôtel-restaurant haut de gamme. Les lieux sont en effet propices avec des atouts architecturaux indéniables : colombages, tourelles, fenêtres Renaissance, cheminées remarquables, bassière, plafonds à la française, escaliers à vis, porches. «Il y a des éléments de qualité, de la pierre de taille, des ardoises de Corrèze, des pans de bois», détaille Luc Joudinaud, architecte du patrimoine.

Du haut de gamme

Les plans ont déjà été établis. La grange pourrait être transformée en salle de séminaires et accueillir des mariages, par exemple, de manière indépendante grâce à une partie cuisine. Le restaurant est logé dans le château. «Plusieurs salles sont aménageables. Des petits salons peuvent s’imaginer avec un  espace cocktail et bar». Une terrasse orientée plein Sud est exploitable. «80 à 100 repas pourraient être servis». La partie hôtel compterait une quinzaine de chambres de 14 à 25 m² avec grandes salles de bain, dont les fenêtres donneraient sur la cour ou le parc. «Trois d’entre elles peuvent être sous les combles». Pour que ce rêve devienne réalité, la commune cherche un partenaire, «un chef étoilé qui mettrait de l’argent dans le projet», suggère Roger Chassagnard. L’Etat et le Département soutiennent le chantier.

Aménagement du parc

La mairie veut aussi aménager le parc. Une partie est dévolue à l’ensemble hôtelier sur la rive droite de la Ganette. Sur la rive gauche, longeant la RD1120 et remblayée en 2014, c’est un parc  public qui va voir le jour, reliant le bourg à l’espace de covoiturage et aux circuits de randonnées. Un espace ludique avec jeux, terrasses, jardin sonore, conçu par le cabinet A3 Paysage.

Karène Bellina

(*) Flash info, bulletin municipal, n°55, 2011.


Des arbres centenaires
Le parc du château possède quelques trésors naturels comme quatre ifs centenaires. Ces arbres qu’on pourrait qualifier de remarquables bien que non classés, sont évoqués par Marcelle Tinayre dans son livre «La Vie amoureuse de François Barbazange» (Ed. Calmann-Lévy, 1903). L’écrivain indique qu’ils sont «en forme de pions d’échecs, devenus énormes, depuis si longtemps qu’on ne les taille plus... Leurs boules supérieures se sont rejointes et cela fait un toit, quatre portes en arcades, un véritable cabinet de verdure. Le jour y pénètre , comme teinté d’émeraude et glissant à travers des épaisseurs d’eau, une lumière de grotte au fond d’un lac, qui baigne de verts reflets et d’éternelle fraîcheur une lourde table de pierre...» (page 162).


Un peu d’histoire
La Famille de La Salvanie est l’une des plus anciennes du Limousin. Elle est citée dès 1248 dans les chartes. C’est justement cette année-là que Pierre de la Salvanie originaire du Lot, est excommunié par l'évêque de Cahors avec Guillaume de Sudre. Tous deux se disaient consuls et disputaient le pouvoir à l’homme d’église. Ils durent se réfugier à Laguenne*. La lignée des La Salvanie fut prestigieuse avec des lieutenants généraux de sénéchaussée, des trésoriers, des Mousquetaires du Roi, et des prélats. Le Manoir resta en sa possession jusqu’à la moitié du XIXe siècle où fut vendu à la famille Farges. Au XXe siècle l’édifice abritait le cabinet du Dr Lombard. Il est inoccupé depuis les années 80. En 2009, la commune met en œuvre une procédure de péril imminent.
(*) «Généalogie de la famille de Bardoulat de Plazanet et de La Salvanie», T. Courtaux, Paris, 1899.