Fil info
19:17Indre : La MSA Berry-Touraine à un an des élections internes -> https://t.co/EmRZJxR7Rd
19:02Région : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver -> https://t.co/XVqh7Gf2m7
18:55Châteauroux : Chœur et chants venus de Russie dimanche à Saint-André -> https://t.co/wPaBfPeVWw
18:45Indre : Le PCF veut convaincre les abstentionnistes -> https://t.co/QOI3EvQ73Z
18:27# # - -Vienne : Le développement de la fibre optique se poursuit sur le territoire de Limoges Métropole -> https://t.co/DdBYH6yIf5
18:26RT : devrait annoncer, dans ses conclusions du « grand débat », son intention de faire « travailler davantage »… https://t.co/NJS30ctbyU
18:24# # - -Vienne : Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui pour ne pas oublier hier -> https://t.co/DDQeqqZvu3
18:20RT : « Est-ce que depuis deux ans on a fait fausse route ? » s’interroge . Et là on a envie de dire : « b… https://t.co/EuBnR6N1z8
18:20RT : Pour le moment, il enfile tellement bien les perles qu'il y a de quoi remplir toutes les vitrines de la Place Vendôme...
18:20Samedi, c'est l'ouverture de la pêche du brochet. Hauts-viennois, voisins proches et même touristes en quête de sec… https://t.co/rZuogHCjcs
18:18France : Opéra de Limoges: on revisite la musique de Bach -> https://t.co/3ljG8uALHk
18:07Région : Encourager le tourisme vert -> https://t.co/JUcJWfN6kJ
17:00Le plan d’action, check ! La partenaire, check ! Ne reste que la préparation physique, en bonne voie, et qu’un peu… https://t.co/eMlRQgAwHJ
16:57RT : Le 26 mai, mettons un carton rouge à Macron. Mettons un bulletin rouge, celui de . https://t.co/zwKiMRzyOt
16:55Périgueux : La SNC au service de l’emploi -> https://t.co/7hMcQav05C
16:50Boulazac : Un nouveau timbre célébrant la grotte de Lascaux -> https://t.co/T0YRnEOFVF
16:45Pour ceux qui aiment, Chimène Badi sera à l'espace culturel E. Lelcerc, demain dès 16h. Le public est invité.
15:57Châtillon-sur-Indre : Une semaine magique à Poudlard avec l’accueil de loisirs -> https://t.co/lXc93O8AR3
15:56Argenton-sur-Creuse : Un auteur « préhistorique » à la Maison de la Presse -> https://t.co/f8PoYa5mVT
15:55La Châtre : Soixante exposants et Anaïs Delva attendus à la foire-exposition -> https://t.co/yNDpSn0VIJ
15:44Montignac : Le 8e art à l’honneur à Montignac -> https://t.co/309rQBfHRy
15:42Trélissac : L’engagement d’un homme de bien -> https://t.co/pN2XV7nlpj
12:33RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : Près de 1000 personnes, Bravo ! C'est tout simplement le plus grand meeting du à depuis 1… https://t.co/w9FZVYnR4u
12:29RT : Salut l’artiste ! Passe le bonjour à NOIRET et ROCHEFORT... Ils sont désormais ensemble nos Grands Ducs et on les p… https://t.co/yaKY3NndGV
12:26RT : “J’ai la patate” entame avec bonne humeur ce dernier mois de campagne. Via . https://t.co/MFR1ucQRKl
12:26RT : . avait crevé l'écran lors du débat de France 2, il veut aujourd'hui redonner de l'oxygène au PCF. ⬇️ B… https://t.co/UCmakxP009
12:26RT : Européennes. Ian Brossat est politiquement bon, il est jeune et il est unitaire. Pourquoi s’étonner que sa campagne… https://t.co/8JJLwvadoE
12:25RT : ❤❤❤ https://t.co/pPgsCX7fz5
07:51France : Décès de Jean-Pierre Marielle, dernier grand duc du cinéma français -> https://t.co/KkfccixTnN
07:47Région : Rendez-vous avec la lune -> https://t.co/rrGo9RGIYc
07:45Région : La transhumance des moutons sur les pâturages du plateau -> https://t.co/kSXzNNa6UH

La face sombre du Brésil et la vitalité des luttes

Dans le cadre de sa résidence d'écriture à Eymoutiers (87), le philosophe Dénètem Touam-Bona a invité l’auteur brésilienne Oiara Bonilla et quelques ressortissants brésiliens pour évoquer la situation de ce grand pays d'Amérique.

 

Dénétem Touam-Bona est présent en résidence d’écriture dans la cité pelaude grâce à la DRAC, la municipalité, l’antenne locale de la CIMADE et le MAS – montagne accueil solidarité. L’écrivain a proposé, à travers des extraits de films, au public de découvrir les situations auxquelles sont confrontées les populations vivant au Brésil, dont une violence omniprésente. Les forces de police en sont elles-mêmes gangrenées tandis que les populations subissent également celle de la misère. L’auteur-chercheur Oiara Bonilla a éclairé ces films de témoignages qu'elle a recueillis lors des 20 ans de présence sur le terrain ; ils sont parmi les rares écrits qu'elle ait pu sauvegarder de l’incendie du Musée National de Rio-de-Janeiro où elle avait son bureau. Le musée a été dévasté par un incendie en septembre dernier, un incendie qu’elle considère comme un crime  d’Etat qu’elle attribue aux gouvernements successifs qui ont dû économiser drastiquement pour répondre aux exigences du Fonds Monétaire International. Dans un des films projetés, des chercheurs brésiliens dénoncent cette «police qui tue tous les jours», dans cet Etat latino, un noir ou afro-descendant meurt toutes les 23 minutes, soit un taux de mortalité bien supérieur à celui des USA. L’an dernier, par exemple, près de 600 morts ont été provoquées par la police ce qui relêverait d’une police militaire selon la chercheuse.

Elle l’explique par le fait qu’aucun travail de mémoire n’ait eu lieu au sein de la société brésilienne à la suite des années sombres comme cela l’a été dans d’autres pays également touchés par les dictatures. «Si les défenseurs du modèle dictatorial sont toujours en place, la situation restera la même et les policiers pourront tuer impunément plus de noirs que de blancs.» D’autres documentaires diffusés évoquent également d’autres formes de violence : celle des spoliations de terres à des peuples autochtones par des agro-industriels ou encore celle de l'implantation des églises évangélistess, églises issues du protestantisme mais plus conservatrices. Ce sont ces formes de violence ajoutées à celles, plus institutionalisées, explique la chercheuse, qui ont entraîné l'élection du président, Jair Bolsonaro, le premier dirigeant d’extrême droite depuis la dicdature militaire. Cet élu, à peine arrivé au pouvoir, a déjà supprimé le ministère de la Culture. Les différents documentaires présentés dressent un constat sombre de la société brésilienne où violence institutionnelle se mêle à celle provoquée dans la société civile. Dans les deux cas, les causes en sont que la misère entraîne la violence et la corruption, un de ses corollaires.  

Outre Oiara Bonilla, des Brésiliens résidant en France étaient présents pour continuer la réfexion autour de la situation actuelle. L’une d’elles, Raisa Innocencio, a expliqué que, déjà, des personnes sur le terrain s’organisent pour résister à l’extrémisme de la société, sujet qui a été plus longuement évoqué le lendemain. Pour le philosophe, cette fascisation de cette société-là, à l’instar d’autres qui flirt avec les mêmes penchants, révêle l’autoritarisme profondément autoritaire du néolibéralisme.