Fil info
20:09France : Dans Tulle à vélo on dépasse ses habitudes -> https://t.co/6pg1hWXttj
19:26Vendoeuvres : Une journée en hommage à Pascal Bilaine -> https://t.co/68RzeZHFM3
19:25Indre : Les pompiers à l'honneur pour leur bravoure et leur dévouement -> https://t.co/XjWRTgEJ0U
19:14Dordogne : Christophe Dabitch lauréat du 10e prix Augiéras -> https://t.co/qgZArhjWoA
19:12Marsac-sur-l'Isle : Le CDG élargit les locaux et les missions -> https://t.co/DFPf3oJUlZ
18:20Sarlat-la-Canéda : Une formation mobilité, déplacement et entretien -> https://t.co/EvAb69tAb2

SOS Méditerranée, privé de l’Aquarius, repartira en mer

SAUVETAGE

L’association humanitaire n’affrétera plus le symbolique « Aquarius ». Mais les sauveteurs annoncent qu’ils vont reprendre la mer au plus tôt avec un nouveau navire.
Douche froide, ce jeudi soir, à l’annonce de la décision prise par SOS Méditerranée et son partenaire Médecins sans Frontière, qui n’affrétera plus l’Aquarius. C’est la fin de l’odyssée de ce navire de sauvetage qui a sauvé 30 000 vies en 3 ans, en Méditerranée, notamment au large de la Libye, « dans un des endroits les plus mortifères du monde », stipule Frédéric Pénard, le chef des opérations de SOS Méditerranée, lors d’une conférence de presse tenue à Paris, ce vendredi matin.
« Depuis 18 mois, nous avons assisté à un renversement des priorités, des considérations politiques européennes ont pris le pas sur des principes fondamentaux, des valeurs, le droit maritime, le respect de la vie humaine, jusqu’à la criminalisation de l’action des sauveteurs (...) et nous nous sommes retrouvés seuls », poursuit-il. Et Sophie Beau, la confondatrice de SOS Méditerranée de rappeler : « l’assistance à personne
en danger n’est pas un débat politique ! » Pourtant, depuis plus d’un an, avec l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir en Italie, les difficultés se sont multipliées.
200 opérations de sauvetage et 30 000 vies sauvées « Un acharnement », jalonné par une campagne de diffamation et de dénigrement, des attaques violentes, « l’interdiction d’accès au port sur le proche », Gibraltar et le Panama qui ont retiré leur pavillon au navire, « suite aux pressions des autorités italiennes » rappelle la directrice.
Et ce jusqu’à la demande de saisie « préventive » du navire par la justice italienne en novembre, contre, cette fois-ci d’hypothétiques « déchets » déposés par l’Aquarius dans différents ports italiens... Le navire est quant à lui bloqué depuis 2 mois à Marseille, suite au retrait de son pavillon. Bref, une situation « insupportable ».
Désormais, « nous n’allons plus dépenser notre énergie à lutter contre cet acharnement qui touche l’Aquarius, mais nous allons mettre notre énergie à un retour en mer le plus tôt possible » reprend Frédéric Pénard. Une décision très pragmatique donc. Ce retour devrait s’effectuer
très tôt en 2019, sur un nouveau navire d’une capacité comparable à celui de l’Aquarius, « suffisamment grand et autonome pour supporter un même modèle opératoire et garantir la sécurité des équipes et des personnes à secourir » précise-t-il. L’Aquarius a été un « symbole de l’espoir de l’action citoyenne » conclut Sophie Beau, tout en étant celui « de la faillite des États Européens et d’un droit à la vie cyniquement remis en cause ».
Quant au « pavillon » , « des discussions sont en cours, ce sera celui d’un État qui soutient nos valeurs, elles ne sont pas négociables.
Il pourrait être celui d’un n’importe quel pays ayant ratifié les conventions maritimes internationales ». De nombreuses voix ont demandé, depuis des mois, à Emmanuel Macron d’accorder le pavillon français à l’Aquarius. Sans résultat…
« À très bientôt ! », lance Sophie Beau en conclusion de ce chapitre.
Premières réactions
Sophie Camard, députée suppléante de La France Insoumise a tenu remercier l’Aquarius « qui a sauvé des milliers de vie. Son héroisme, c’est aussi de résister aux vagues de bêtise et de haine et à la duplicité des États Européens ». L’élue municipale d’Antibes, Cécile Dumas, membre de la direction nationale du PCF en charge des questions migratoires, a pour sa part rappelé que « faute de pavillon, SOS Méditerranée et MSF sont obligés d’arrêter leur mission, alors que mardi dernier encore, 15 migrants ont été retrouvés morts de faim et de soif dans une embarcation
de fortune au large de la Libye dans un silence complice de tous les pays européens, cette même Europe a été incapable de proposer un pavillon à l’Aquarius ». Et de poursuivre : « Honte à Emmanuel Macron, à ces dirigeant-e-s européen-ne-s pour leur indifférence et leurs calculs mortifères. Il est du devoir de la France et de l’UE de rejeter la criminalisation des ONG (...), de garantir la liberté d’action de SOS Méditerranée et d’ouvrir les ports français de Méditerranée aux missions de sauvetage. Un devoir d’humanité! » conclut-elle.
Enfin, le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) a exprimé vendredi son « inquiétude après l’annonce de SOS Méditerranée » « Les capacités de secours doivent être renforcées et non pas diminuées » a déclaré le porte-parole du HCR.
S.F

nike air max 1 yeezy