Fil info
07:39# # - -Vienne : Isabelle Lescure élue à la tête de la fédération départementale du BTP -> https://t.co/Eqh1yQvCoh
07:37# # - -Vienne : Les agents de la CAF, CPAM et CARSAT dénoncent «la classification de la rigueur» -> https://t.co/R8HvsebLOh
07:35Région : Quatorze nouveaux contrats de territoire au conseil régional -> https://t.co/mQtMKNDCbN
07:32Région : Les CFA seront-ils sacrifiés ? -> https://t.co/U5CNiCD5ul
19:06Tulle : La suppression de huit tournées ne passe pas comme une lettre à La Poste ! -> https://t.co/9mnBLUUSwj
18:57Brive-la-Gaillarde : Coup de chaud sur les services publics -> https://t.co/mEVNF5xdun
18:56RT : - et sont dans cette semaine pour présenter https://t.co/9yuLDETB0Q
18:54RT : Inauguration dans le 14e d'une place Louise-Losserand. Femme, résistante, communiste, encore une dont https://t.co/XlALdNKBGP
18:48Dordogne : Les syndicats dénoncent la disparition des dernières trésoreries -> https://t.co/xrlssPGkvK
18:43Dordogne : Le département vote son premier budget participatif -> https://t.co/4VpkWydT1m
18:26Indre : Argenton accueille la première édition du Défi inter-associations -> https://t.co/mn4yMiwFQc
18:25Indre : Argenton accueille la première édition du Défi inter-associations -> https://t.co/VmcjC0GJVe
16:57Rosiers-d'Égletons : Incendie du chantier des futures serres à tomates : des réactions en chaîne -> https://t.co/5riBMj2s0O
16:35Sarlat-la-Canéda : Concours d’architecte au collège La Boétie -> https://t.co/shk4jyO5cU
16:07Indre : Une journée à Maillé, le village martyr -> https://t.co/gK4TaUVtqT
15:48Coulounieix-Chamiers : Les Izards, magnifique terrain de jeu -> https://t.co/EveM9ByToI
15:47Brantôme : « Tout ça pour ça ! » -> https://t.co/Kq5AaG1u59
15:47Brantôme : « Tout ça pour ça ! » -> https://t.co/fQikuK2Qgf
15:16RT : 🐶🥵 Si un animal est enfermé dans une en plein soleil et que sa vie est en danger,… https://t.co/avWRIZ0jBm
14:33RT : 🏉Match préparatoire de reprise du vs : la billetterie ouvre aujourd’hui !… https://t.co/IZpwD2dq7s
12:15RT : Une excellente nouvelle : le 18e avance vers la municipalisation de ses cantines scolaires. Bien nourrir nos enfan… https://t.co/TjwFxyLcnb
12:15RT : Les milliardaires américains réclament un ISF car ils estiment ne pas payer assez d’impôts. Macron a fait l’inverse… https://t.co/9cLXEL9K27
12:15RT : Marseille :Macron rend visite à Gaudin https://t.co/oua2PXir3r
09:15# # - : Fête de la Musique : réussie... -> https://t.co/n5F1ndGht8
09:12# # - -Vienne : Tennis : on va vers la fin de saison -> https://t.co/huljk07cGA
09:10# # - : UNSS pétanque : de véritables champions de France -> https://t.co/lLsf5jTE97
09:06# # - : Elles et ils ont couru... -> https://t.co/KbmT5SwcyR
09:03# # - : Les musiciens étaient dans la place -> https://t.co/NH2WjG5WpO
09:02# # - -le-Château : Quelques trésors oubliés dévoilés -> https://t.co/q4Y0MxixiM
08:59# # - -Yrieix-la-Perche : Les Gilets jaunes toujours là -> https://t.co/N2trVGFWfh
08:57# # - -Yrieix-la-Perche : Une journée rugbystique ! -> https://t.co/V7IDo9RRot

Réchauffement : une issue est possible

AVIS D'EXPERTS

C’est à la fois un cri d’alarme et un message d’espoir qu’a lancé, hier, le GIEC – Groupement international de chercheurs sur la climat – en rendant son rapport. Si le réchauffement climatique s’accélère, le maintenir dans des limites acceptables est possible. Mais la fenêtre de tir est étroite.
À deux mois de la COP24 qui se déroulera en Pologne et où les gouvernements doivent revoir les engagements pris à Paris en 2015 pour limiter le réchauffement climatique, le Groupement de scientifiques internationaux (GIEC) a remis, hier, son rapport.
La synthèse, réalisée à partir de plus de 6000 études, montre que le réchauffement climatique va plus vite que prévu et qu’il vaudrait mieux le cantonner à +1,5°C par rapport aux températures pré-industrielles et non 2°C comme envisagé dans l’Accord de Paris. Un demi-degré de moins permettrait, en effet, une hausse du niveau de la mer de 10 cm de moins, deux fois moins d’animaux vertébrés et de plantes qui perdraient leur habitat naturel ou encore trois fois moins de perte de ressources halieutiques.
Abandonner les énergies fossiles ne sera pas suffisant Se cantonner à 1,5°C, ce n’est pas simple. D’autant que nous en sommes déjà à + 1°C et que si on continue sur la pente actuelle, on atteindra +3°C d’ici la fin du siècle. Mais, explique cependant le GIEC, c’est encore possible. Certes, la fenêtre de tir est très étroite, puisqu’il s’agit de faire baisser nos émissions de gaz à effet de serre (GES) de 45% d’ici 2030 par rapport à 2010.
« Nous avons cherché à voir si les conditions nécessaires pour tenir 1,5°C étaient réunies », résume Jim Skea, de l’Imperial College de Londres. « Et oui, les lois de la physique et de la chimie le permettent, ainsi que les technologies, le changement des modes de vie et les investissements.
La dernière chose, à laquelle les scientifiques ne peuvent répondre, c’est si c’est faisable politiquement et institutionnellement ». La possibilité de maintenir le réchauffement à 1,5°C ne se fera qu’au prix d’une transformation « sans précédent », insistent les experts du GIEC. Ces transformations concernent en premier lieu le secteur énergétique, principal émetteur. Les options sont évidemment d’abandonner radicalement les énergies fossiles, mais les scientifiques expliquent que cela ne sera pas suffisant. Le retard pris par les États suppose désormais « de développer les méthodes pour capter les GES dans l’atmosphère et les séquestrés dans le sol », sachant que ces méthodes
ne sont pour l’heure ni au point, ni sans risque. Autre volet d’action important : l’agriculture.
Les changements de « pratiques agricoles » devront se combiner à des modifications de « choix alimentaires », sachant que de nombreuses tentatives positives existent déjà mais doivent monter plus que sérieusement en puissance. La « fragmentation » des initiatives est d’ailleurs un obstacle pointé par le GIEC qui souligne qu’une meilleure gouvernance est nécessaire pour obtenir les résultats attendus.
Les auteurs réclament enfin « plus de planification », des « institutions plus solides » et même une « évolution des systèmes financiers mondiaux et nationaux ». Car les investissements doivent être très importants et qu’une « réorientation de 5 à 10 % des revenus annuels du capital est nécessaire ».
« La politique des petits pas, cela ne suffit pas », synthétise la climatologue française Valérie Masson-Delmotte, co-présidente du GIEC, « La vraie question de la faisabilité c’est celle-là : les gens sont-ils prêts à agir, et y aura-t-il assez de volonté politique collective ? »
Angélique Schaller

Zoom Lebron Soldiers IX 9