Fil info
19:06Chancelade : « Une dictature passive » -> https://t.co/v409R4gLxA
18:47Saint-Capraise-de-Lalinde : Dénoncer l'irresponsabilité du gouvernement Macron -> https://t.co/6uiFEYxy9v
18:41Thevet-Saint-Julien : Brume levée sur la saison touristique -> https://t.co/A6RBepzjay
18:40Indre : « Le tourisme est une activité d’offres avant d’être une activité de demandes » -> https://t.co/or0eos6q4C
18:33Indre : Les gilets jaunes maintiennent les barrages filtrants -> https://t.co/CAeeoZMZo0
18:15RT : : les experts perquisitionnés, cœur sensible de l’enquête à Marseille https://t.co/MVUQiopgfK
18:13 barrages filtrants aux Baladours à et l'entrée de l'A89 à avec les bouchons qui vont avec
18:12RT : « Dix énormités que vient de proférer Eric Zemmour sur  », par l’historien Laurent Joly, spécialiste… https://t.co/zj9CqbcanR
18:10RT : E que s’appelorio l’ISF... https://t.co/7peKfzhHb0
17:33RT : 17 novembre 2017 : "Concentré de colère" / L'Echo https://t.co/viSNBqz2a2
17:26RT : Les bonus pour le PDG qui se gave et fraude le fisc, le malus pour les salariés à qui l’on vole leur richesse année… https://t.co/LVtxPef0qv
17:26RT : A et cet apres-midi les manifestants veulent bloquer des supermarchés (Carrefour, Intermarché, Super U)
17:26RT : Ils sont plus de 200 à Cana actuellement d'autres renforts arrivent. Gros blocage de l'A20 si… https://t.co/DT9z7TnoUZ
17:26RT : C'est vrai qu'avec 15 millions d'euros de revenus en 2017, il risquait de finir sur la paille si jamais il payait s… https://t.co/bQQ9e6WfL3
17:25RT : Le même qui a refusé d'indemniser les salariés licenciés de pour le préjudice subi par sa faute et celle de so… https://t.co/xb8gjskgWx
17:05Terrasson-Lavilledieu : Une cérémonie en grande pompe -> https://t.co/5LsDmi15bv
16:34 Ils sont plus de 200 à Cana actuellement d'autres renforts arrivent. Gros blocage de l'A20 si… https://t.co/DT9z7TnoUZ
14:34 à Cana à , avec une centaine de personnes et une dizaine de camions bloqués https://t.co/2LscEpF036
13:14RT : A et cet apres-midi les manifestants veulent bloquer des supermarchés (Carrefour, Intermarché, Super U)
12:26RT : barrage filtrant envisagé pour ce soir au rond point des Balladours à à partir de 17h
12:12 : La commune distinguée par la Marianne d’or https://t.co/fNxE69Cia5
11:55Une nouvelle bête débarque dans le troupeau de cette semaine dans 🐃🐃🐮🐮 (Député LREM de… https://t.co/PGCxcJmQVz
11:52 tout aurait pu être fait dès le début + 1 voie cyclable mais non tout est fait en dépit du bon sens
11:32Le projet de contournement nord de Limoges (Grossereix) et de mise à 2 fois 2 voies de la RN520, arrive en phase de… https://t.co/Mu4CrIksLf
11:23L'opération Gilets Jaunes se poursuit sur votre département avec des barrages filtrants sur différents sites, notam… https://t.co/yMMPx6BRSG
11:07RT : barrages filtrants toujours à Cana à à aux ronds points de Gemo et ds le quartier de S… https://t.co/cNiyFcwH4M
11:06RT : Dordogne : des Gilets jaunes commencent à se rassembler sur Eymet et Lalinde. A Sarlat, ils ont une trentaine au ro… https://t.co/wsKgD5FJXp
11:06RT : La mobilisation des se poursuit en depuis tôt ce matin aux quatre coins du département.… https://t.co/fcQoZ6LmEI
11:05RT : Opération escargot sur la RN145 direction La Croisière, on roule à 50 kmH à partir de Saint Hilaire https://t.co/h7pitaeVlV
11:01La mobilisation des se poursuit en depuis tôt ce matin aux quatre coins du département.… https://t.co/fcQoZ6LmEI
10:51RT : Dordogne : les Gilets jaunes commencent à se rassembler à Montpon, Saint-Médard_de_Mussidan, Sarlat, Thiviers, à La… https://t.co/HYlWeZb9aQ
10:51RT : Dordogne : des Gilets jaunes commencent à se rassembler sur Eymet et Lalinde. A Sarlat, ils ont une trentaine au ro… https://t.co/wsKgD5FJXp
10:50RT : les barrages filtrants sont signalés à Cana à et à Souilhac à
10:49RT : à Mulatet. Passage toutes les 15 min environ. Barrages aussi à Naves et Seilhac. https://t.co/2uvw2O6Rgg
10:15Dordogne : des Gilets jaunes commencent à se rassembler sur Eymet et Lalinde. A Sarlat, ils ont une trentaine au ro… https://t.co/wsKgD5FJXp
09:35Dordogne : les Gilets jaunes commencent à se rassembler à Montpon, Saint-Médard_de_Mussidan, Sarlat, Thiviers, à La… https://t.co/HYlWeZb9aQ
09:27RT : don du sang Le 19/11/2018 de 15:30 à 19:00 centre gerard philipe - coulounieix 💻https://t.co/bcr56dGt8Bhttps://t.co/rWyL7S3Idr

Un peu d'ordre dans le chaos de Kaboul

AFGHANISTAN.

Dans la ruelle qui serpente entre les murs de terre du Vieux Kaboul, Wakil Mohammad Saddeq insiste pour honorer ses visiteurs d'une tasse de thé. «Vous êtes les premiers à nous proposer de l'aide sans réclamer d'argent!»
Kaboul, dont les limites ont été sans cesse repoussées par l'afflux de déplacés et une démographie dynamique (les deux tiers de la population afghane ont moins de 35 ans), est un cauchemar urbain posé sur une plaine à 2.000 m d'altitude, recouvert par la poussière des derniers contreforts de l'Hindu-Kush qui la cernent.
Le gouvernement afghan a entrepris d'y mettre de l'ordre en régularisant l'occupation sauvage des logements et des parcelles, qui concerne 85% des habitations dans la capitale.
«Ici, l'urbanisation a été guidée par les conflits et les crises humanitaires», rappelle Koussay Boulaich, responsable de la communication de l'agence Onu-Habitat, maître-d'oeuvre du projet. «L'unique tentative de planification urbaine date des Soviétiques» à la fin des années 70, relève-t-il.
Kaboul compterait aujourd'hui plus de quatre millions d'habitants. En quarante ans de conflits, la capitale afghane a vu s'accrocher au flanc de ses collines de nouveaux arrivants chassés par les combats, qui ont créé des quartiers sans plan ni cadastre.
La majorité d'entre eux vit sans filet, à la merci d'une éviction du jour au lendemain, et l'afflux continue: depuis début 2015, les villes afghanes ont reçu plus de 2,5 millions de déplacés de guerre et réfugiés de retour d'exil.
«Sur les 255.000 propriétés déjà évaluées à Kaboul par Onu-Habitat, seules 15% disposent d'un titre de propriété valide. 41% présentent des documents sans valeur légale et 44% pas de document du tout», reprend M. Boulaich.
En lançant sa réforme foncière, le président Ashraf Ghani veut donc mettre de l'ordre dans la capitale et la doter pour la première fois de son histoire d'un cadastre. Un dé-cret entré en vigueur en février garantit la délivrance d'un certificat d'occupation au résident qui peut prouver qu'il est là depuis au moins 15 ans en l'absence de propriétaire identifié.
«D'expérience, si un propriétaire existe, qu'il soit en Allemagne ou aux Etats-Unis, il se manifeste dans la semaine, alerté par le voisinage», sourit M. Wahab.
Toc-toc, son équipe d'enquêteurs se présente dans une maison fleurie, protégée par un portail rutilant. Salim Ahmad, le propriétaire, a été tué l'an dernier par les talibans. C'est son beau-père qui vient justifier la propriété du terrain. Mais cette acquisition n'a jamais été validée, les titres plastifiés avec soin n'ont aucune valeur...
Le président Ghani a déjà distribué les premiers certificats à Kaboul, Herat (ouest) et Jalalabad (est): pour la première fois dans l'histoire du pays, ils sont octroyés au même titre aux femmes qu'aux hommes. Pour le moment, les femmes représentent à peine 5% des propriétaires reconnus en Afghanistan, selon Onu-Habitat).
Après tant d'années de conflit, «beaucoup pensent qu'ils n'ont aucun intérêt à nous faire confiance. Que le safayi ne leur apportera rien», confie Hellay Ishaqzai, 25 ans, enquêtrice du district 7.
Pourtant, une campagne de sensibilisation porte ses fruits en associant la population des quartiers à l'utilisation des fonds récoltés: les femmes, les vieux, même les enfants peuvent se prononcer pour une route, une école, un jardin...
Depuis novembre, 1,4 million de dollars ont déjà été collectés, selon M. Wahab. Pour encourager les payeurs, le premier quartier qui aura réglé 100% des safayis (7 à 14 dollars en moyenne par famille) touchera une dotation supplémentaire de 75.000 dollars pour réaliser ses projets.
Dans le plus vieux quartier de Kaboul, la famille de Wakil Mohammad Saddeq l'a acquitté pour la première fois en 90 ans, déboursant 800 afghanis pour l'année (moins de 12 dollars). Il s'en réjouit: «On va nettoyer les rues, évacuer les eaux sales et peut-être avoir une clinique sur le terrain vague en bas...»