Fil info
20:09France : Dans Tulle à vélo on dépasse ses habitudes -> https://t.co/6pg1hWXttj
19:26Vendoeuvres : Une journée en hommage à Pascal Bilaine -> https://t.co/68RzeZHFM3
19:25Indre : Les pompiers à l'honneur pour leur bravoure et leur dévouement -> https://t.co/XjWRTgEJ0U
19:14Dordogne : Christophe Dabitch lauréat du 10e prix Augiéras -> https://t.co/qgZArhjWoA
19:12Marsac-sur-l'Isle : Le CDG élargit les locaux et les missions -> https://t.co/DFPf3oJUlZ
18:20Sarlat-la-Canéda : Une formation mobilité, déplacement et entretien -> https://t.co/EvAb69tAb2

Hommage aux victimes de la catastrophe de Gênes

ITALIE

Encore sous le choc, l’Italie s’apprête à enterrer ses dizaines de morts ce samedi, en pleine polémique, alors que les sauveteurs continuaient vendredi à chercher les disparus sous les décombres du pont autoroutier effondré à Gênes.
Des funérailles solennelles sont prévues samedi en fin de matinée dans un hall du centre d’exposition de Gênes, avec une messe célébrée par l’archevêque de Milan en présence de toutes les plus hautes autorités de l’Etat dont le président Sergio Mattarella.
Cette cérémonie d’Etat s’annonce toutefois potentiellement embarrassante pour les institutions italiennes. Selon un décompte, noms à l’appui, de La Stampa, les familles de 17 des 38 victimes préfèrent s’abstenir et sept familles n’avaient pas encore pris de décision.
« C’est l’Etat qui a provoqué cela, qu’ils ne se montrent pas : le défilé des politiques a été honteux », réagit dans les colonnes du quotidien Nunzia, mère d’un des quatre jeunes italiens de Torre del Greco (commune de Naples) décédés sur la route de leurs vacances.
« Nous ne voulons pas une farce de funérailles » « Mon fils ne deviendra pas un numéro dans le catalogue des morts provoqués par les manquements italiens », a réagi pour sa part sur les réseaux sociaux Roberto, le père d’un autre des garçons. « Nous ne voulons pas une farce de funérailles, mais une cérémonie à la maison, dans notre église de Torre del Greco », a-t-il dit.
Les photos des quatre jeunes devraient néanmoins être présentes à la cérémonie d’Etat samedi. Dans une chapelle ardente, les familles veillaient vendredi les morts, hagardes devant les cercueils alignés recouverts de fleurs. Autour d’une photo d’un défunt souriant, une famille embrassait le cercueil, y posait des petits mots écrits à la main.
10 à 20 disparus recherchés Les secouristes cherchent encore 10 à 20 disparus, susceptibles d’être passés sur le pont et qui n’ont plus donné de nouvelles depuis l’effondrement, dont le bilan officiel provisoire est toujours de 38 morts et 15 blessés. Dix blessés se trouvaient vendredi encore
à l’hôpital, dont six jugés dans un état grave, a indiqué la préfecture dans un nouveau bilan.
« Les recherches se poursuivent avec la démolition et l’évacuation des gros blocs du viaduc écroulé pour retrouver les disparus », ont annoncé vendredi les pompiers.
La concession révoquée ?
La féroce controverse entre le gouvernement italien et la société autoroutière gestionnaire de l’ouvrage, Autostrade per l’Italia, occupe tout le terrain médiatique, avec une rhétorique de surenchère. Le gouvernement a annoncé son intention de révoquer la concession d’Autostrada per l’Italia sur le tronçon d’autoroute où se trouve le pont effondré.
La société, qui appartient au groupe Atlantia, lui-même contrôlé à 30% par la famille Benetton, a assuré que ses contrôles de sécurité étaient sérieux.
La holding de Benetton, Edizione (actionnaire de référence), a exprimé sa proximité aux familles jeudi et indiqué qu’elle fera tout pour pointer
du doigt les responsabilités dans ce drame. Atlantia a critiqué une annonce gouvernementale faite « en l’absence de toute certitude sur les causes effectives » du drame. Le groupe a prévenu que la révocation coûterait cher en indemnités à l’État. Selon des médias italiens, cela se chiffrerait en milliards d’euros.
F.V avec AFP

Nike Air Jordan 11Lab4 Retro 4 Patent Leather