Fil info
08:00🔜 vous invite à , un village médiéval remarquable du . Laissez-vous guider par Nadia… https://t.co/qnKXg3btV9
07:55 jaunes - -Vienne : Des gilets jaunes reçus par le préfet -> https://t.co/IKTJ6Wgned
07:53 # - -Vienne : Manifestation vendredi: la CGT très très remontée -> https://t.co/14JOVi3O5c
07:50Région : Lycées: faible mobilisation mais grosse détermination -> https://t.co/X4xYRYqd0x
07:48France : Le mensonge d’une augmentation du Smic -> https://t.co/vJyECp6fPj
07:46France : Fusillade à Strasbourg: "du sang et des douilles" sous les illuminations de Noël -> https://t.co/izj9XTH8qD
22:45Assemblée citoyenne de préparation du conseil municipal ce vendredi 14 décembre 2018 à 19h à notre local du 11 bd S… https://t.co/zdkixOPLXW
22:03Quand t'es plongé dans un simili de thriller avec un brouillard à couper au couteau !! Arrivera, arrivera pas !! 😂… https://t.co/M2I1esxcao
18:49Châteauroux : Dernier chantier à la peupleraie -> https://t.co/pfvW6RFY6w
18:46Dordogne : Ils n’ont plus confiance et veulent la démission de Macron -> https://t.co/VazS1u1NLj
18:46Indre : Gilets jaunes : « On reste là, les annonces faites ne suffisent pas » -> https://t.co/D22YnigAPA
18:42Corrèze : Les avocats creusois en grève -> https://t.co/J1DjpUZS39
17:53RT : Bellac : Un automobiliste en panne vêtu d'un gilet jaune, proclamé porte-parole de la fédération 87. Sa première r… https://t.co/noek8ZnaA0
16:49Sarlat-la-Canéda : Trouver le Juste Prix -> https://t.co/IkaKBdtl1B
16:45Corrèze : Ce qui est humain les concerne -> https://t.co/BjaA1IQBaS
15:41Périgueux : Le salon du tatouage victime collatérale des Gilets jaunes -> https://t.co/6vmTzxMKn9
14:01Périgueux : « Une mascarade de notre méprisant de la République » -> https://t.co/nTWhmkF4d1
13:44Un nouvel article sur la prestation de à Limoges. Merci ! https://t.co/JP9Rkv3hNL
13:38Coulounieix-Chamiers : La Société d’économie mixte (Sem) Périgord énergies inaugure sa première centrale photovolt… https://t.co/S0hQA3ewVE
12:40Bergerac : L’intersyndicale des retraités bouscule le député -> https://t.co/fhlgfYdxLE
11:58RT : . n’entend que de l’oreille droite . Les riches restent ses protégés , ils ne seront pas mis à contr… https://t.co/hziRZ6uM9Q
11:51RT : L'exercice de sécurité civile simulant un incendie actuellement en cours au est destiné à tester l… https://t.co/fQk8XsOJck
11:08RT : Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
10:59Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
09:49RT : Les agriculteurs souhaitaient rencontrer la Préfète de la Creuse et le député, réunis hier à la préfecture de Guére… https://t.co/zkY4EfPrKN
08:56 avec Thomas Milon et Marion Haranger à , bourg perché dominant la et célèbre pour son école… https://t.co/wBsm2VP5fb

Israël : la Knesset vote le racisme d’État

POLITIQUE

Le Parlement israélien a hier inscrit dans le marbre un texte qui considère que « le droit d’exercer l’autodétermination au sein de l’État d’Israël est réservé uniquement au peuple juif ». Reléguant ainsi les Arabes israéliens au rang de citoyens de seconde zone.
Israël est désormais « État-nation du peuple juif ». Exclusivement du peuple juif. Avec tout ce que cela suppose en termes de discriminations à l’égard des autres citoyens, et notamment des Arabes israéliens qui représentent quelque 18% de la population.
Un recul sans précédent qui résulte d’une loi entérinée hier par la Knesset, le Parlement israélien, par 62 voix contre 55 rejetant ce projet. Projet qui stipule que « l’État d’Israël (est) l’État national du peuple juif où celui-ci applique son droit naturel, culturel, religieux,
historique » précisant que « le droit d’exercer l’auto-détermination au sein de l’État d’Israël est réservé uniquement au peuple juif ».
L’hébreu, seule langue officielle
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui tenait tout particulièrement à voir le texte validé par les députés avant la fin de la session parlementaire de cet été, s’est naturellement félicité à l’issue du scrutin. « C’est un moment décisif dans l’histoire de l’État d’Israël qui inscrit dans le marbre notre langue, notre hymne et notre drapeau », a-t-il déclaré. Décisif, en effet, mais loin d’aller dans le sens de l’apaisement entre les communautés.
Le texte se traduisant par une série de mesures synonymes d’exclusion. Et donc susceptibles de mettre, une nouvelle fois, le feu aux poudres.
Ainsi, alors que jusqu’à présent l’arabe et l’hébreu se partageaient la co-officialité, ce dernier sera dorénavant la seule et unique langue officielle du pays.
Plus préoccupant encore, Jérusalem est désignée comme la capitale de l’État d’Israël. Y compris la partie Est. Et ce alors que la reconnaissance de cette zone comme capitale d’un futur - mais de plus en plus hypothétique - État palestinien est une revendication
majeure des Palestiniens. Une nouvelle brèche dans un processus de paix déjà amplement mis à mal.
Face au tollé provoqué par la volonté de créer des localités strictement dédiées aux juifs, les extrémistes du Likoud ont néanmoins dû reculer sur ce point. L’article, amendé, spécifiant que « le développement des localités juives relève de l’intérêt national et que l’État prendra les mesures pour encourager, faire avancer et servir cet intérêt », n’en demeure pas moins condamnable.
« Inquiétude » de l’UE De nombreuses voix se sont d’ailleurs vivement élevées au sein de l’assemblée. Parmi elles, celle d’ Ayman Odeh, député arabe, qui, drapeau noir à la main, a prédit « la mort de notre démocratie ».
Youssef Jabareen, autre député arabe, a dénoncé « la discrimination (et) le racisme » d’une loi de nature à « perpétuer le statut d’infériorité des Arabes en Israël ». Pour lui, l’État hébreu se comporte tel « un mouvement colonial, qui poursuit la judéisation de la terre et continue à voler les droits de ses propriétaires ».
« Raciste », c’est aussi le qualificatif employé par la députée travailliste Shelly Yachimovich sur les ondes militaires.
L’Union européenne, par la voix de la diplomate Federica Mogherini, a également exprimé son « inquiétude » quant à une décision qui tourne le dos au règlement du conflit à travers l’émergence d’une solution à deux États.
A.M.