Fil info
11:50Haute-Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau | L'Echo https://t.co/F9iC0ipg4m via
11:23RT : ⚠️Accident poids lourd impliqué sur dans le sens ▶️ entre les sorties n°53 (Nespouls) et n°54… https://t.co/PIRsQLIjpi
10:26Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
21:07RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51# # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53# # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD
16:56Mercredi 17 octobre SOLIHA Dordogne-Périgord avec le Département fête ses 50 ans à Périgueux de 9h à 12… https://t.co/e2NGHhFMUF
16:52# # - -Vienne : Le marché aux plantes prend racine parc Victor-Thuillat -> https://t.co/M63o5XWUoy
15:03Dordogne : Entre colère et exaspération -> https://t.co/NCUw6GWJO9
15:02Dordogne : Dominique Bousquet, pour un dernier mandat à la tête des Républicains -> https://t.co/OPVJXzHbQp
14:54RT : Partons à la rencontre de qui se bougent pour améliorer notre quotidien. Adil, entraîneur de jeunes à… https://t.co/yTLQbQ2euk
14:49Périgueux : Partir des besoins des chômeurs et des entreprises -> https://t.co/XFbbbE1Sbg

Téhéran tente de reprendre la main

IRAN. Des dizaines de milliers d’Iraniens pro-régime se sont rassemblés mercredi dans plusieurs villes pour condamner les « troubles ». Le Drian annule sa visite

MANIFESTATIONS
Les manifestants ont repris des slogans en faveur du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, mais aussi « mort à l’Amérique » ou « mort à Israël », selon des images diffusées par la télévision d’Etat. Ces manifestations interviennent après une nuit calme dans la capitale Téhéran, contrastant avec les protestations contre l’austérité économique et le pouvoir qui agitent le pays depuis le 28 décembre. Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, le président Hassan Rohani a dit espérer une fin des troubles « dans quelques jours ». Le chef des Gardiens de la révolution, le général Mohammad Ali Jafari, a assuré pour sa part être en mesure d’annoncer « la fin de la sédition »
Les manifestations qui ont débuté le 28 décembre à Machhad, la deuxième ville d’Iran, ont été marquées par la mort de 21 personnes et des centaines d’arrestations. Washington a accru mardi la pression sur Téhéran : l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, a demandé des « réunions d’urgence du Conseil de sécurité à New York et du Conseil des droits de l’Homme à Genève » pour discuter de « la liberté » réclamée par le peuple iranien.
Dans les rues de la capitale, beaucoup d’habitants disent comprendre les motifs socio-économiques des protestations, sans équivalent depuis 2009, alors que le taux de chômage s’élève à 40% chez les jeunes. Mais ils condamnent publiquement les violences. « La tranche la plus pauvre de la société est vraiment sous pression, mais je ne pense pas que cela va continuer », témoigne Sakineh Eidi, pharmacienne de 37 ans à Téhéran. « Même ceux qui ont vandalisé et incendié des biens publics savent que l’insécurité dans le pays n’est dans l’intérêt de personne », ajoute-t-elle. D’autres rejettent la ligne officielle selon laquelle des puissances étrangères se trouvent derrière les troubles. « Je ne suis pas d’accord, les gens ont atteint un stade où ils ne peuvent plus tolérer cette pression des autorités, ils ont craqué et sont maintenant dans la rue », a dit Soraya Saadaat, 54 ans, au chômage. Selon des chiffres publiés par les autorités, 450 personnes ont été arrêtées à Téhéran depuis samedi soir et des centaines d’autres en province.
Les autorités iraniennes accusent les Moudjahidine du peuple d’alimenter les violences et d’être liés à l’Arabie saoudite. Dans un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron, le président iranien a demandé au gouvernement français de prendre des mesures contre les activités de ce « groupe terroriste » iranien basé en France et impliqué selon lui dans les récentes manifestations.
Dans ce contexte, la visite à Téhéran du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a été reportée. Ce déplacement devait servir de préparatifs à une visite du président Macron, la première d’un chef d’Etat français en Iran depuis des décennies, dans un contexte de remise en cause par Washington de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien.
Avec AFP