Fil info
16:40 — Dordogne : Cancer du sein : l’appel à la mobilisation est sonné -> https://t.co/0ZXXooPezc
16:27 — invité itinéraires culturels du Conseil de l’Europe à Görlitz (Allemagne) pour parler stratég… https://t.co/ZUM51f9Mju
16:24 — Bonneuil : Le domaine du Riadoux mêlera cyclisme et handicap samedi -> https://t.co/GUOYTLcjMM
16:22 — Saint-Marcel : L’ASSAAM, véritable moteur du musée d’Argentomagus -> https://t.co/xwDGV2SGYb
15:44 — Atur : Atur : les investissements continuent -> https://t.co/DkPLh0JbWm
15:40 — Périgueux : Dénoncer les entreprises finançant l’armement nucléaire -> https://t.co/q8RYy1Y6rn
15:37 — Périgueux : Le droit à la vie quotidienne -> https://t.co/zM8tGmRIe2
12:23 — RT : Dernière minute. Barcelone annonce fermer ses ports au réfugié . Elle cherche une solution à l’échelle… https://t.co/6fDQfD5Tfu
12:22 — RT : Manuel Valls réfugié politique à Barcelone https://t.co/3jHpUAn7tt
12:21 — RT : Ce soir au , la droite a voté contre un projet de logements sociaux dans le 16e et contre l'installa… https://t.co/lbn3BitBTv
12:20 — RT : L’émission « L’Heure des Pros » n’a jamais aussi bien porté son nom. https://t.co/BTCsN5Y9Uv
12:20 — RT : Conférence de presse des salariés de GM&S à la salle de la mairie de La Souterraine https://t.co/vY2SDlyQ4x
12:19 — RT : . ce qu'on veut mette en évidence c'est la réalité de la vie. On n'acceptera pas les situations de dé… https://t.co/LsSZuYTSVO
12:19 — Ce soir à 19h, espace Simone-Veil, Limoges, conférence des Amis du musée des Beaux-Arts sur l'artiste Mary Cassatt,… https://t.co/G0RVuCLnji
11:48 — Avant de faire des travaux coûteux le long des quais il serait plus judicieux, utile et respectueux de faire un gou… https://t.co/rioDkdorBr
11:14 — Conférence de presse des salariés de GM&S à la salle de la mairie de La Souterraine https://t.co/vY2SDlyQ4x
18:50 — Indre : Changer le regard sur Alzheimer pour mieux comprendre -> https://t.co/beuifJVFP1
18:49 — Châteauroux : [intégral] Adam et Eve entrent en scène -> https://t.co/B5pzdszS5h
18:33 — Périgueux : La cérémonie des pauvres -> https://t.co/NUQzzRvMDQ
18:31 — 1er match du les en grève sont présents pour les soutenir ! … https://t.co/gJJ48CCFrq
18:31 — Périgueux : La suppression du Tode sera-t-elle la fin des saisonniers ? -> https://t.co/zN4kWBFT0Q
18:28 — Périgueux : Une association, pas une entreprise -> https://t.co/y9lpcQ63nn
18:25 — Périgueux : La santé, les impôts, les énergies renouvelables -> https://t.co/hYpZRJJd69
17:48 — Conseil municipal de Guéret : la vidéosurveillance un premier débat avant d'autres https://t.co/wqZxsvgOnE https://t.co/wqZxsvgOnE

Taxer ou parader... il faut choisir

GAFA. La taxation des géants du net ne fait pas l’unanimité et est éclipsée par la macromania ambiante.

ESTONIE
Le sujet est porteur : faire payer des impôts aux grands groupes du numérique, les Google, Apple, Facebook et Amazon, en appliquant une taxe sur le chiffre d’affaire généré dans chaque pays européen et non pas sur les bénéfices. C’est la proposition de la France mise vendredi sur la table d’un « sommet numérique » organisé entre les dirigeants européens à Tallinn, en Estonie. Porteur car le récent rapport d’un eurodéputé socialiste - Paul Tang - a mis des chiffres sur le problème.
L’Union européenne aurait perdu 5,4 milliards d’impôt de la part de Google et Facebook entre 2013 et 2015 à cause de l’optimisation
fiscale. Les deux géants ont en effet transféré l’essentiel de leurs profits européens en... Irlande où le taux d’imposition des sociétés est le plus faible d’Europe. Porteur car cela se prête bien aux envolées lyriques. Ainsi, durant le discours de la Sorbonne, Emmanuel Macron a pu s’enflammer pour « les biens communs à financer et tous les acteurs économiques doivent y contribuer » et contre « les passagers clandestins du monde contemporain » avant d’asséner : « il est donc juste et légitime qu’accumulant les profits par ailleurs elle participe à cette solidarité là où elle créé de la valeur».
Fort bien. Mais s’attaquer aux profits nécessite plus que de belles phrases. Tout d’abord, il faut déjà l’unanimité pour décider d’une évolution fiscale dans cette Europe telle que conçue à Lisbonne. Or, si l’idée a reçu le soutien d’une dizaine de pays, dont l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, Irlande et Luxembourg ont déjà dit que, non, ils n’étaient pas d’accord. Partir à quelques uns, de bonne volonté, tel que le prône le président français dans son discours pour une Europe à plusieurs vitesses ? Là, c’est la commission européenne qui tousse, indiquant qu’elle travaille déjà sur le sujet imaginant « l’assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés ». Et le commissaire européen de l’économie Pierre Moscovici de tacler « les bricolages nationaux » qui « risquent d’engendrer de nouveaux
obstacles et de nouvelles failles dans le marché unique européen ».
Enfin, le sujet est presque passé à la trappe. Depuis jeudi soir à Tallin, chacun n’a de cesse de se positionner par rapport à la feuille de route proposée par Emmanuel Macron dans son discours à la Sorbonne. « Nous avons eu une bonne discussion », s’est félicité Donald Tusk, le président du Conseil européen, qui compte proposer « dans deux semaines » un « agenda politique » sur les réformes
de l’UE pour 2017 et 2018. Black-listée jusque-là en raison du Brexit, même Theresa May était de la fête, affirmant son engagement
« inconditionnel » à défendre l’Europe. Et comme justement, la défense est le premier sujet porté par Emmanuel Macron....
A.S.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisĂ©e.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformĂ©es en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont Ă  la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.