Fil info
23:17RT : Le Blanc : 1500 personnes s’opposent à la fermeture de la maternité -> https://t.co/T1rLp4G6fF
23:16France : Accueil des migrants : la France hors-la-loi ! -> https://t.co/8oLRKbXIdv
22:38Football : La Russie écrase Salah -> https://t.co/nGLTwjbKGn
22:37Football : Le pôle Pogba pour orienter les Bleus -> https://t.co/MHHytpyyO4
22:34France : Le CDD incompatible avec l'allocation privé d'emploi ? -> https://t.co/5Yu2V78T8J
21:12RT : Région : Qui sauvera le site Anovo-Brive ? -> https://t.co/0vLLkRpIgG
20:45Région : Des bons plans pour l’été... avec arrière-pensée -> https://t.co/zYFYbrxVVG
20:12Région : Qui sauvera le site Anovo-Brive ? -> https://t.co/0vLLkRpIgG
19:14Coulounieix-Chamiers : Des solutions pour se lancer -> https://t.co/bMnd6aIx3H
18:51Châteauroux : [intégral] Une heure pour découvrir les charmes insolites de la ville -> https://t.co/7tmHRe5f6Y
18:08Le Blanc : 1500 personnes s’opposent à la fermeture de la maternité -> https://t.co/T1rLp4G6fF
17:06Périgueux : Affrontements entre jeunes et policiers sur le stade -> https://t.co/quSt37daqn
15:58RT : Le musée de la Résistance de Peyrat-le-Château est ouvert. Quatre salles retracent la vie de Georges Guingouin et d… https://t.co/eKT8X8cnfS
15:58RT : Les salariés d' ANOVO en grève pendant les négociations à Paris car 95 emplois doivent être supprimés. Le to… https://t.co/5q7D73IJt8
15:45Pouligny-Saint-Pierre : Fête de la musique : début des festivités ! -> https://t.co/GMDBsoXSb9
15:42Thenay : Un chœur d’hommes pour que vivent les chants traditionnels -> https://t.co/KMKXaaXT8L
15:40Périgueux : Un été musical et mélodieux -> https://t.co/I8l7HcUp7z
15:33Périgueux : Méthodes autoritaires et démocratie absente -> https://t.co/GjKTP6R7Q9
15:32Dordogne : Etre une collectivité exemplaire dans la lutte contre les discriminations -> https://t.co/yYzrqfLBSQ
15:09RT : Le musée de la Résistance de Peyrat-le-Château est ouvert. Quatre salles retracent la vie de Georges Guingouin et d… https://t.co/eKT8X8cnfS
15:01Le musée de la Résistance de Peyrat-le-Château est ouvert. Quatre salles retracent la vie de Georges Guingouin et d… https://t.co/eKT8X8cnfS
12:21 Les salariés d' ANOVO en grève pendant les négociations à Paris car 95 emplois doivent être supprimés. Le to… https://t.co/5q7D73IJt8
09:56Retweeted L'Echo info (): Région : Pompadour : une action symbolique pour défendre la ligne Brive-Limoge… https://t.co/U9aX8jgSMd
08:48RT : Région : Pompadour : une action symbolique pour défendre la ligne Brive-Limoges par Saint-Yrieix -> https://t.co/AmirsJKJvA
08:48RT : Tournoi de foot en soutien à la maison aux volets rouges 17/06/18 à Tarnac https://t.co/voH2ushrDW
07:41RT : Région : Pompadour : une action symbolique pour défendre la ligne Brive-Limoges par Saint-Yrieix -> https://t.co/AmirsJKJvA
07:40RT : Corrèze : Le sage pays et les paysages de Cueco à voir à Sédières -> https://t.co/l0eVVh8gQT

La poudrière Rohingyas explose

BIRMANIE. Presque 20 000 personnes de cette ethnie martyrisée depuis des décennies ont fui les combats entre rebelles et armées.

EXODE
Au moins 18 500 réfugiés de Birmanie ont traversé la frontière vers le Bangladesh voisin, fuyant les combats qui se poursuivaient hier entre l’armée birmane et les rebelles musulmans rohingyas.
Dans la zone la plus touchée par les violences, qui ont fait au moins 110 morts en six jours, plusieurs villages étaient de nouveau en feu mercredi, a constaté une journaliste de l’AFP lors d’une tournée organisée par le gouvernement. Les affrontements avaient commencé le 25 août, lorsque des centaines d’hommes, qui feraient partie de l’Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), ont attaqué plusieurs dizaines de postes de police dans l’Etat Rakhine, des violences sans précédent depuis des mois. Dans la ville de Maungdaw, secouée mercredi par des échanges de tirs, la tension était très forte : cinq hommes de l’ethnie rakhine, bouddhistes, ont été poignardés à mort, ont indiqué les autorités.
Bangladesh fermé
Les violences ont jeté des milliers de civils, surtout issus de la minorité persécutée des Rohingyas, sur les routes. « Les villageois fuient... Où allons-nous pouvoir vivre maintenant ? », s’est inquiété par téléphone un homme vivant près de cette ville au coeur des récents affrontements. D’après lui, l’armée a mis le feu aux habitations. « Au total, 18 500 personnes ont traversé (la frontière) depuis le 25 août », a annoncé à l’AFP Chris Lom, porte-parole de l’Organisation internationale des migrations (OIM), fournissant la première estimation de l’ampleur de l’exode depuis vendredi. « Nous savons aussi qu’il y a des gens coincés à la frontière, mais nous ne savons pas combien », a souligné Chris Lom, insistant sur la difficulté à travailler dans la région.
Une partie des réfugiés, principalement des femmes et des enfants, se sont vu refuser l’accès au Bangladesh ces derniers jours. Les corps de deux femmes rohingyas et deux enfants se sont échoués mercredi sur la rive du côté du Bangladesh, a indiqué un officier à l’AFP. Beaucoup de réfugiés tentent en effet de traverser la rivière qui sépare les deux pays sur des embarcations de fortune ou à la nage. Plus de 400 000 réfugiés rohingyas se trouvent déjà au Bangladesh après avoir fui des vagues de violences précédentes.
Et le pays, qui ne veut plus en accueillir davantage, a fermé sa frontière.
Risque de radicalisation
Malgré des décennies de restrictions et de persécutions en Birmanie, où leur communauté est marginalisée et considérée comme étrangère, les Rohingyas n’avaient jusqu’à présent presque jamais recouru à la lutte armée. Mais la donne a drastiquement
changé en octobre dernier, lorsqu’un groupe de rebelles rohingyas jusqu’ici inconnu et sommairement équipé de couteaux a lancé des attaques surprise contre des postes-frontières. L’armée birmane a violemment réagi et engagé une campagne de répression qui, selon l’Onu, pourrait s’assimiler à une épuration ethnique. Des accusations rejetées par l’armée birmane. Une commission internationale dirigée par l’ex-secrétaire général de l’Onu Kofi Annan a récemment appelé la Birmanie à donner plus de droits à sa minorité musulmane des Rohingyas, qui compte environ un million de personnes, faute de quoi elle risque de « se radicaliser ».
Mais le pouvoir birman, emmené par l’ex-dissidente Aung San Suu Kyi, est jusqu’ici sur une ligne dure, dans le sillage de l’armée. La lauréate du prix Nobel de la paix a accusé lundi les « terroristes » rohingyas, qui mènent ces attaques meurtrières dans l’ouest du pays, d’utiliser des enfants soldats et de mettre le feu à des villages.
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.