Fil info
19:17Châteauroux : A la découverte de la danse -> https://t.co/iWqIRXpBEq
18:50Indre : Vendanges précoces : un bon vin en quantité limitée -> https://t.co/4f7y5j8feK
17:07Villedieu-sur-Indre : Hommage aux combattants de Longeville -> https://t.co/5icclEj2vd
17:05Bazaiges : Gros succès pour la journée des arts de la main -> https://t.co/W3r6AZRsbi

Le travailliste réélu

LÉGISLATIVES. La réussite économique plus importante que les affaires.

MALTE
Le Premier ministre travailliste de Malte, Joseph Muscat, doit être officiellement reconduit dans ses fonctions aujourd’hui, les élections de samedi lui ayant accordé, selon des résultats quasi-définitifs, près de 55% des voix, avec une participation de 92%. Cela devrait lui donner une majorité de sièges au Parlement qui en compte 71, dans ce pays de 430 000 habitants.
Après avoir « repris » en main le parti travailliste désormais dans le courant général de la social-démocratie européenne, l’ex-député européen que fut Joseph Muscat se voit donc plébiscité malgré les « affaires » ayant plombé la campagne. Car si le bilan économique est flatteur avec une croissance trois fois supérieure à celle de la zone euro et le taux de chômage le plus bas qu’ait jamais connu ce pays, l’île méditerranéenne est secouée par des accusations de corruption. Les Panama Papers ont en effet révélé l’existence de comptes offshore ouverts par... le chef de cabinet et le secrétaire d’État. Si les électeurs semblent
avoir fait peu cas de ces affaires ayant pourtant nourri une campagne âpre, le sujet reste d’actualité puisque les affaires de corruption sont toujours devant la justice, tout comme des enquêtes sur le statut financier de Malte, sous l’oeil de l’UE et en particulier de l’Allemagne, qui soupçonnent que l’île puisse servir de paradis fiscal pour des entreprises européennes.
Pour son prochain mandat, Joseph Muscat s’est engagé à lancer un grand projet de réfection des routes de l’île, qui coûterait 700 millions d’euros, ainsi que des réductions d’impôts et augmentations des retraites pour les classes moyennes et pauvres.
Cette « continuité » se répercute au niveau de l’UE dont Malte assure la présidence jusqu’à la fin juin. L’occasion de découvrir ce jeune élu de 43 ans à la tête du plus petit pays de l’UE, membre du Commonwealth, ancienne colonie britannique, doit gérer la première étape du Brexit.
A.S. avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.