Fil info
00:09 macron n assume rien il se fout de vous les gars, faut y croire , et sauver vo… https://t.co/Vjl0NgOaMO
20:21 Belle brochette de vainqueurs
18:35 Une délégation était reçue cet après midi à l'Elysée. S'ils ont pu apporter leur argumentaire les salariés... https://t.co/MmkW7ksHSk
18:29 les salariés sortent amers de la réunion à l'Elysée. Le président n'est pas venu et rien n'en est sorti. "C'es… https://t.co/g6WceuNFDs

De durs combats à venir à Raqqa

SYRIE. Une force arabo-kurde soutenue par la Coalition est entrée hier dans ce bastion de l’État islamique.

GUERRE
Des combattants arabes et kurdes syriens soutenus par les Etats-Unis sont entrés hier dans la ville de Raqqa, au premier jour de l’assaut final sur le principal bastion syrien du groupe jihadiste Etat islamique.
Sept mois après avoir lancé une offensive d’envergure qui leur a permis de s’emparer de vastes régions autour de Raqqa, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé « le début de la grande bataille pour libérer » la ville, qualifiée de « capitale du terrorisme ».
Les FDS attaquent Raqqa depuis le nord, l’ouest et l’est, a également indiqué le porte-parole des FDS Talal Sello devant des journalistes à Hazima, au nord de Raqqa.
Peu après, une commandante de cette alliance arabo-kurde ainsi qu’une ONG ont fait état de l’entrée des FDS dans Raqqa à partir de l’est.
« Nos forces sont entrées dans le quartier de Mechleb », a déclaré la commandante Rojda Felat.
L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a affirmé que les FDS avaient chassé les jihadistes de plus de la moitié de ce secteur. Ces forces tentaient par ailleurs d’avancer dans le secteur d’Al-Andalous, dans le nord-ouest de la ville, majoritairement peuplé de Kurdes avant la guerre, d’après l’OSDH selon lequel « les combats se poursuivaient » hier en fin de journée sur les trois fronts de l’offensive.
« Longue et difficile »
Chef des forces de la coalition internationale antijihadistes qui fournit aux FDS des armes, un appui aérien et les assiste au sol avec des conseillers, le général américain Steve Townsend a averti dans un communiqué que la bataille serait « longue et difficile ».
Néanmoins elle « assènera un coup décisif » au « califat de l’EI », a-t-il dit en allusion au « califat » autoproclamé par l’EI en 2014 sur les territoires conquis en Syrie et en Irak voisin, dont une grande partie lui a depuis été reprise.
En préparation de l’assaut sur Raqqa, « la coalition a mené des raids aériens toute la nuit », selon l’OSDH.
Les FDS ont demandé aux civils dans la ville de s’éloigner des positions de l’EI et des zones de front.
Raqqa était peuplée d’environ 300 000 habitants avant le début de la guerre en Syrie. Les forces antijihadistes accusent l’EI de se servir des civils comme « boucliers humains » et de se cacher au milieu de la population.
Selon l’OSDH, une frappe aérienne de la coalition internationale a fait 21 morts parmi des civils qui tentaient lundi de fuir Raqqa.
Des avions russes ont aussi effectué des raids contre des convois de l’EI partant de Raqqa.
En Syrie, l’EI contrôle des secteurs du sud de la province de Raqqa ainsi qu’une grande partie de la province voisine de Deir Ezzor, riche en pétrole. Il occupe aussi des zones de celle de Homs (centre) et a une présence minime dans celles de Hama (centre), Alep (nord), Deraa (sud) et Damas.
Malgré ses reculs sur le terrain, le groupe extrémiste parvient à frapper en menant des attentats meurtriers en Syrie et en Irak, et même hors de la région, comme en Grande-Bretagne où il a revendiqué une série d’attaques ces derniers mois.
Delil Souleiman (AFP)

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.