Fil info
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV

La ministre des Transports se veut rassurante sur le POLT et l’A20

La ministre des Transports Elisabeth Borne était dans l’Indre ce lundi pour parler mobilité. Si la visite concernait une initiative en matière de mobilité des seniors, elle a également évoqué la question du ferroviaire et de l’avenir de l’A20.
Arrivée à la mi-journée en gare de Châteauroux, la ministre a été accueillie par une cinquantaine de militants CGT venus de toute la région. Josiane Delaune, la secrétaire départementale de l’UD CGT 36, a pu lui remettre une motion de huit pages, « une liste non exhaustive des dégradations du service public », plaidant pour une alternative d’aménagement du territoire. « Il faut arrêter l'hémorragie. On a interpellé la ministre sur la réouverture de la ligne Tours-Loches et la lutte contre la désertification des territoires. On ne veut pas être le territoire oublié de la République. »
« C’est la question du développement du ferroviaire et de la ligne Châteauroux-Tours qui est en jeu, résume Jean-Claude Durandeau, le secrétaire départemental CGT Cheminot. Le train est un outil essentiel pour le développement économique du département. » Avec la réforme prévue en janvier 2020, le syndicaliste craint que la SNCF ne devienne une simple coquille, remplie de filiales cédées au plus offrant. « On n’aura qu’une société vide », déplore le cheminot.
Le syndicat a également fait part de son inquiétude pour l’avenir de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT), ouverte prochainement à la concurrence. « Flexitrain a fait une proposition sans desserte dans les petites gares, explique Jean-Claude Durandeau. Si on accepte, on abandonne Issoudun, Argenton, Cahors,... même s’ils disent le contraire. On se souvient des grandes annonces qu’il y avait eu pour les trains de nuit. Aujourd’hui, ils ne circulent plus. »
sortir du tout-voiture
« La voiture n’est pas une solution d’aménagement du territoire, a pu dire face à la ministre Florence Dumond, la responsable régionale CGT Cheminot. Il faut que la Région engage le bras de fer avec l’État pour lancer les financements et le développement de la liaison Tours-Loches-Châteauroux, pour le fret et les voyageurs. On milite pour un aménagement du territoire qui s’appuie sur le maillage ferroviaire. »
Devant toutes ces interrogations, la ministre a assuré que l’ouverture à la concurrence de la ligne POLT ne serait pas un prétexte pour supprimer des dessertes. Pour la ministre, « la priorité est à la remise en état du réseau existant pour s’assurer de sortir de cette spirale où on développe la grande vitesse pendant que le réseau classique se dégrade ».
La ministre a également rencontré Martine Irzenski, la présidente du comité de défense de la gare d'Argenton-sur-Creuse, qui avait fait le chemin dans le même wagon. « Le dialogue s’est un peu instauré et les choses un peu améliorées, rapporte la présidente du comité. On a par exemple récupéré un train le soir mais on a expliqué à la ministre qu’il manque encore deux trains, un le soir vers Paris et un le matin. Elle a semblé à l’écoute de nos demandes qui sont légitimes. » Pour autant, le comité prévoit encore trois stop trains prochainement, après celui de vendredi dernier (voir notre édition de demain). « Les trains passent à la gare d’Argenton, c’est simple de les arrêter et de rajouter des arrêts. »
Après un déjeuner à la CCI, où aucun homard ne figurait au menu, a-t-on assuré à la préfecture, la ministre s’est rendue à la maison des Seniors pour découvrir l’initiative « Allons-y ensemble », un service du CCAS qui offre une solution de mobilité aux seniors isolés, rencontrant des difficultés pour se déplacer. Le but était de présenter les moyens humains de ce service gratuit, qui repose en grande partie sur des bénévoles. Plusieurs témoignages de bénéficiaires et de chauffeurs bénévoles se sont succédé. Elisabeth Borne s’est dite « convaincue que les enjeux de mobilité sont au cœur de ce que je porte. Il faut donner les outils aux acteurs locaux pour développer des initiatives comme celle-ci. On a trop longtemps accordé de l’importance au développement des grands chantiers comme la grande vitesse. La mobilité est un enjeu fondamental qui concerne tout le monde, les seniors comme les jeunes. »
Députés et sénateurs étaient également présents pour parler mobilité. La sénatrice Frédérique Gerbaud a lancé une invitation pour une prochaine visite afin d’évoquer un sujet que le manque de temps n’a pas permis d’aborder, le développement de l’aéroport. Dernière annonce, concernant la privatisation de l’A20, Elisabeth Borne a assuré qu’aucun projet dans ce sens n’était à l’étude.

Lebron XIII EP Glow