Fil info
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV
07:17Région : Fruits et légumes: pourquoi les prix flambent -> https://t.co/N8Bl5r7dB6
07:14# # - -Vienne : Donner ou vendre plutôt que jeter -> https://t.co/VEigJi41bE
07:14# # - -Vienne : Donner ou vendre plutôt que jeter -> https://t.co/OizjBr2SD4
07:10Région : Comborn, un patrimoine millénaire -> https://t.co/EywYvuMWtL
07:03Région : Les élevages régionaux marqués par des productions en baisse -> https://t.co/SRlXUx9oF7
06:44Bergerac : La démonstration de force vaut pour Périgueux -> https://t.co/aR0EIEhCxJ
06:11Rampieux : 3 bus détruits dans un incendie entraînent du chômage technique -> https://t.co/cTRfaQmFhK
05:50Calviac-en-Périgord : Accident : un motard de 20 ans gravement blessé -> https://t.co/glOSDiWCRo
19:21Gargilesse-Dampierre : Les Jamet, une famille d’artistes -> https://t.co/dGuoTP8X9h
19:18Châteauroux : Destination Cuba avec Aniurka -> https://t.co/EBzVQMXlVP

Débit des rivières : c’est déjà la crise !

Un nouvel arrêté préfectoral portant sur les restrictions de l’usage de l’eau entre en vigueur aujourd’hui. Il vient durcir les précédentes mesures. Sur bon nombre de bassins versants, les rivières sont en débit de crise.
Les années se suivent et se ressemblent. L’été, les arrêtés de restriction des usages de l’eau se succèdent. Cette année, la sécheresse est particulièrement précoce avec des niveaux que l’on observait fin août l’an passé. Cette année, les premiers arrêtés ont été pris début mai. Si mai et juin ont été des mois pluvieux, ce qui a favorisé les récoltes et de bonnes repousses sur les prairies, l’hiver a été relativement sec. Sur les douze derniers mois, le déficit est de 30 % par rapport à une année normale.
La semaine de canicule n’a rien arrangé avec une évapotranspiration très importante. Deux tiers des bassins versants ont atteint un débit de crise : cela concerne tout le sud et la partie nord du département. Le seuil d’alerte est dépassé partout ailleurs, il est même en allerte renforcée pour la partie Indre aval. À l’exception de la Théols, les débits sont très bas et en l’absence de précipitations à venir, aucune amélioration ne se dessine. Cette situation a conduit le préfet de l’Indre, suite à la dernière réunion de l’observatoire de la ressource en eau (ORE), mercredi, à prendre un nouvel arrêté entré en vigueur ce jour avec des restrictions graduées selon les secteurs. Ces restrictions portent notamment sur les plages horaires où l’on peut ou non arroser. « Pour l’heure, il n’y a pas d’alerte sur l’eau potable mais il y a lieu d’être économe », résume Florence Cottin, directrice de la DDT (Direction départementale des territoires).
Les particuliers sont donc invités à limiter leur consommation : ne pas laisser couler l’eau inutilement, ne pas laver sa voiture chez soi, ne pas changer l’eau de la piscine des enfants tous les jours. Contrairement à ce qu’on entend parfois, l’arrosage des jardins, lui, reste autorisé même en état de crise, mais bien sûr pas aux heures les plus chaudes.
Des retenues d’eau ?
Du côté des agriculteurs, ces nouvelles restrictions sont mal perçues. Pour la FDSEA, « cette décision va impacter les cultures et les revenus des agriculteurs ». La profession milite pour la création de retenues collinaires alimentées par les excès d’eaux pluviales. Impossible avec la réglementation actuellement en vigueur, répond Florence Cottin. Fausse bonne idée, estime de son côté l’assocation Indre Nature.
Il est bon aussi de rappeler que les irrigants ne représentent qu’une minorité des agriculteurs (5 %). Ils puisent dans les eaux souterraines. Sur la Ringoire et la Trégonce, des tours d’arrosage se font entre les agriculteurs dans le cadre d’une gestion commune afin d’assurer un maintien des prélèvements.
Des demandes de dérogation sont faites auprès de la DDT. « Elles sont étudiées au cas par cas », précise Mme Cottin, mais généralement accordées. Toutefois, « demander une dérogation tous les ans n’est pas normal », poursuit-elle, évoquant le cas d’une entreprise (dont le nom n’a pas été cité), mais qui va devoir trouver une solution pérenne. Plus globalement, elle reconnaît que la gestion de l’eau va devoir évoluer dans les années à venir.
Ce nouvel arrêté préfectoral vise à maintenir le plus longtemps le peu de ressource en eau disponible. Mais la situation alarmante et très précoce cette année fait craindre un été difficile.

Select The Materials Fashion Style, Nb Balance Shoes, Balance Footwear, Sneakers Balance Quality Assurance