Fil info
20:43Corrèze : Le Melting Potes : Elles hissent haut le pavillon ! -> https://t.co/LcTIFci7J8
19:44Indre : Amapola en résidence à la maisonnette de la Culture -> https://t.co/jPZlJWnpo6
19:30Indre : La municipalité ouvre ses données au public -> https://t.co/aJvUnTijxp
18:06Daniel Taboury, auteur creusois, dédicacera son nouveau roman "De retour" à la librairie "Les belles images" samedi… https://t.co/f3wld9d9Dl
17:51Dordogne : LA Coordination rurale part à la défense des éleveurs -> https://t.co/h2EkFENUbR
17:50Bergerac : Plan de redressement financier pour l’hôpital de Bergerac -> https://t.co/mGMEJxMsvC
17:47Bergerac : L’hôpital ne soigne pas la précarité de ses agents, bien au contraire -> https://t.co/5N3Xmk7Dgk
17:04RT : Anthony Boursaud chute sur le Dakar, blessé au poignet, le jeune motard de Boussac est contraint à l'abandon après… https://t.co/3fFcFiIIAf
16:57Carsac-Aillac : Du grain à moudre pour l’APAM -> https://t.co/OE8a51K3C8
16:54Sarlat-la-Canéda : Une activité très soutenue -> https://t.co/x8ElNQYecH
16:44RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:42RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:24France : Grand débat, les maires ne lâchent rien -> https://t.co/CsjYxze9uk
16:11RT : En tous cas il y en a certains qui ont sacrément bien réussi leur , surtout depuis que Macron leur… https://t.co/KoqH6OhKNX
16:09Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:09Valençay : Les vœux et les espoirs du directeur du centre hospitalier -> https://t.co/QlWIg7NCEP
16:08RT : Primes en liquide : Claude Guéant définitivement condamné à un an ferme https://t.co/JXVuXuhV92 https://t.co/yFsTtmoorz
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF
07:58France : Les Steva veulent du concret -> https://t.co/rA8Xgxx9HC

Hermès, en attendant le président jupitérien

Attendu ce jeudi dans l’Indre, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, doit rencontrer cet après-midi les acteurs locaux pour évoquer avec eux la situation agricole. Mardi, le syndicat des jeunes agriculteurs  (JA) avait invité la presse à découvrir une exploitation récemment reprise, l’occasion de connaître les attentes de cette visite ministérielle.
Installé depuis un an avec son père dans le canton d’Ecueillé, Victor Morin recevait mardi sur son exploitation élus et acteurs du monde agricole pour raconter son parcours à l’installation. En regroupant la ferme de son père et la sienne, il a pu constituer un GAEC de 145 vaches laitières et de 375 ha de terre où sont cultivés du blé, de l’orge, du colza, du maïs, du trèfle et des légumineuses. La traite s'opère de manière totalement mécanisée, avec l’aide de robots et la production est commercialisée sous la marque « C’est qui le patron ? », l’une des plus fortes progressions de vente de ces dernières années.
une occasion manquée
Pour Mathieu Naudet, le président des JA, l’important est de promouvoir l’installation. « Dans le contexte agricole compliqué que nous connaissons, il est important de montrer que des jeunes se retroussent les manches et croient encore au métier. Même dans un secteur qu’on dit perdu, des jeunes s’installent et veulent maintenir la production laitière française. » Aujourd’hui, le syndicaliste attend peu du ministre. « On veut déjà lui montrer que tout ne va pas aussi bien qu’ils peuvent le penser au ministère. Le gouvernement Macron ne prend pas les bonnes décisions. Par exemple, ils misent tout sur le bio mais ne financent pas les enveloppes. Ils interdisent le gaucho ou le glyphosate mais ne fournissent pas d’alternative. De plus, cela aurait été bien que le ministre visite une ferme, qu’il voie comment leurs décisions tuent les petits départements comme le nôtre. »
Présent pour la visite d’exploitation, Serge Descout, le président du conseil départemental, attend ce premier bilan gouvernemental avec des questions. « Trois sujets nous préoccupent particulièrement : le numérique, la mobilité et la désertification médicale. J’avais notamment des questions pour la ministre de la santé mais comme elle a annulé au dernier moment... Aujourd’hui, il reste 142 médecins dans l’Indre. Qu’est-ce qu’on fait ? Si on n’a pas de décision de l’Etat, on n’y arrivera pas. La situation est intenable. Pour les kinés, les infirmiers et les pharmacies, on a bien réussi, pourquoi pas pour les médecins ? »
Comme déjà annoncé, après Stéphane Travert, c’est le président Macron qui devrait venir dans l’Indre. La date n’a pas encore été confirmée.