Fil info
23:24 Tellement vrai ! Et triste...
22:42A lire et à méditer: Que vaut une association de bénévoles dans une société qui promeut l’individualisme, le «je pa… https://t.co/ZUpeipEpgl
20:28notre communiqué sur l' et le dans l ' aujourd'hui https://t.co/6ChbCQK4k5
19:58Périgueux : Grosse mobilisation contre la haine et les racismes -> https://t.co/U2RwAQ8i6J
19:14Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/BzKlvfJ5fM via
18:19Le Blanc : Un chèque pour le Secours populaire -> https://t.co/F7fTiGPw9h
18:18Bélâbre : La Comédie bélâbraise rigole en famille -> https://t.co/zx8EuH26Ts
18:17La Châtre : Chantal Goya a enchanté petits et grands -> https://t.co/fTxaqCSl3C
18:15Indre : Appel à témoin -> https://t.co/QhzYi1g2dU
18:15Indre : La région sera bien représentée au salon de l’agriculture -> https://t.co/lLuf3D2Ly1
17:49Face au mécontentement social grandissant, la CGT met en place les mardis de l'urgence sociale. Premier rassembleme… https://t.co/tm7c2QaZsX
17:17RT : L’appel du Barreau pour les rassemblements républicains du 19 février. https://t.co/ZMpHg1kAPw
17:11# # - -Vienne : Une centaine de harpistes du monde entier attendus à Limoges -> https://t.co/yQqMoCOxbi
17:08# # - -Vienne : «En Israël, nous allons droit dans le mur» -> https://t.co/Zs5YCA1on4
17:06# # - -Vienne : Toujours plus de droits humains à défendre -> https://t.co/ep5v1Yd9XO
15:57Région : Plus de trente ans de prestige -> https://t.co/WFDMdoJxZ2
15:45Périgueux : Le vivre ensemble passe par le respect -> https://t.co/g5aoBcWOgl
15:16 Avec L'Echo, j'espère aussi !!!
15:02Disparition de Joseph Akouissonne - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/NnFyGaLQ4C
14:47RT : Fier de mon journal préféré. https://t.co/kQN5TphI73
14:21RT : 🚨⚠️ [FLASH-INFO] Intervention en cours à , rue des Dahlais ⏩ EVITEZ CE SECTEUR et FACILITEZ LE PASSAGE DE… https://t.co/e8a5tv1876
13:35 Votre pizzeria-épicerie fine italienne ouverte à l'année au coeur de Belvès en Périgord Noir https://t.co/dnKTGWPRDC
10:05Périgueux : la FSU appelle les adhérents et plus largement l’ensemble des citoyens à rejoindre le rassemblement pré… https://t.co/6QZtf0teAW
07:57# # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O

« On veut une réflexion sur l’école »

Après la mobilisation de mardi contre la réforme des lycées et l’accès aux universités, c’était au tour du premier degré de manifester ce jeudi matin contre les fermetures de classes annoncées pour la rentrée prochaine.

On s’habitue au froid, moins à la suppression de classes. C’est en substance le message envoyé jeudi matin par les 300 personnes qui ont bravé la météo pour manifester à l’appel du syndicat SNUipp - FSU.
Partis à 10 h de la place de la République à Châteauroux, ils ont défilé dans le centre-ville avant de terminer leur parcours devant les bureaux des services de l’Éducation nationale alors qu’une délégation était reçue par le  directeur académique (Dasen). Dans le cortège, enseignants, élus et parents d’élèves manifestaient leur refus des fermetures annoncées pour la prochaine rentrée : 28 classes et 34 postes.
Sur les panneaux et les banderoles, on peut déduire les secteurs ruraux présents, les sous-préfectures et même les quartiers castelroussins concernés. C’est tout le département qui est touché. En tête de manif, la poitrine ornée de leur écharpe tricolore, les élus donnent le rythme. « Il faut arrêter de fermer des classes, implore Gilles Vigneau, premier adjoint de la commune de Cuzion. L’école, c’est la vie de la commune. Au RPI cette année, on a déjà récupéré les enfants de Gargilesse. On rénove tous les ans, on ajoute des jeux. C’est ce qui apporte du sang neuf à la commune et il en manque. »
« On paie les réformes des territoires »
Secrétaire départemental SNUipp-FSU, Raphaël  Tripon estime que les derniers signaux envoyés par le gouvernement vont dans la mauvaise direction. « La suppression de 120 000 postes de fonctionnaires va accélèrer un processus déjà enclenché avec la mise en place de la métropolisation. L’hémoragie va s’amplifier car les métropoles aspirent le gros de l’emploi et de l’activité alors que les territoires ruraux en subissent les conséquences. On paye directement les réformes des territoires. À la FSU, on ne veut pas opposer éducation renforcée et secteur rural. Il nous semble curieux par exemple qu’en zone REP et REP +, les élèves de cycle 2 bénéficient d’un enseignement à effectif restreint, lorsque ce sont ces mêmes effectifs restreints qui vont justifier un retrait de poste dans un RPI. Où est la logique ? La concentration d’élèves n’a jamais amélioré la qualité de l’enseignement. »
En parallèle du rassemblement, le syndicat SE-UNSA avait organisé une réflexion sur l'avenir de l'école dans le département à la salle Roger-Dion. « Il est possible qu’on ait encore 25 fermetures de classe l’an prochain, prévient Bérangère Delhomme, secrétaire départementale de SE-UNSA et animatrice des débats. Pendant combien d’années on va continuer comme ça ? Nous, on veut une réflexion sur l’école dans ce département. » Lors du prochain comité départemental de l’Éducation nationale (CDEN) prévu mardi avec le préfet, le Dasen et le conseil départemental, le syndicat va réaffirmer ses positions. « On est attachés à la défense du service public, or on voit que les écoles privées du département ne connaissent pas les mêmes difficultés. Elles se servent même de la dégradation de l’école publique pour dire qu’elles accueillent différemment les enfants. C’est la question de la place de l’école comme service public qu’il faut poser. On a également des inquiétudes pour le dispositif "Plus de maîtres que de classes". La gestion de l’enseignement ne doit plus se réduire à des chiffres qu’on manipule. On voit aussi un mal-être qui s’installe chez les enseignants dans des classes à multiniveau. À la prochaine rentrée, on devrait ouvrir douze ou treize classes à trois niveaux ! Que veut-on pour les élèves en 2018 ? »
Une nouvelle carte scolaire devrait donc être présentée le 13 février lors d’une prochaine réunion technique. Les décisions définitives seront connnues dans la foulée lors du CDEN.