Fil info
10:26Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
21:07RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51# # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53# # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD
16:56Mercredi 17 octobre SOLIHA Dordogne-Périgord avec le Département fête ses 50 ans à Périgueux de 9h à 12… https://t.co/e2NGHhFMUF
16:52# # - -Vienne : Le marché aux plantes prend racine parc Victor-Thuillat -> https://t.co/M63o5XWUoy
15:03Dordogne : Entre colère et exaspération -> https://t.co/NCUw6GWJO9
15:02Dordogne : Dominique Bousquet, pour un dernier mandat à la tête des Républicains -> https://t.co/OPVJXzHbQp
14:54RT : Partons à la rencontre de qui se bougent pour améliorer notre quotidien. Adil, entraîneur de jeunes à… https://t.co/yTLQbQ2euk
14:49Périgueux : Partir des besoins des chômeurs et des entreprises -> https://t.co/XFbbbE1Sbg

SOFEMA, la PME qui recycle les véhicules militaires

Le préfet a visité lundi la SOFEMA, une entreprise installée à la Martinerie depuis 2012 qui remet en état des véhicules militaires avec l’aide de sous-traitants locaux.

Arrivée à Châteauroux en 2012, la SOFEMA s’est installée dans les anciens ateliers de la base américaine après le départ du 512e régiment du train. Son siège social est à Paris et elle a un autre site à Bordeaux. « Etant au centre, Châteauroux était bien situé. Nous avions besoin d’espace » explique Guillaume Giscard d’Estaing, son PDG qui accueillait lundi le préfet, le commandant de groupement de gendarmerie de l’Indre, le maire de Châteauroux et la presse pour une visite de ses locaux.
La SOFEMA a pris ses quartiers sur 8,5 ha dont 1,5 ha couverts sur la zone sud. Sur un effectif global de 160 salariés, 60 travaillent à Châteauroux dont un tiers d’intérimaires. Elle connaît des difficultés pour recruter une main-d’œuvre qualifiée.
Son activité est la remise en état et la revente de véhicules militaires : blindés, auto-mitrailleuses légères, camions de transport de troupes, ponts flottants... Ces véhicules sont rachetés à l’armée française qui se sépare d’une partie de son parc, parfois à l’état d’épaves. Quelque 200 véhicules sortent chaque année de ses ateliers. Une cinquantaine de sous-traitants dont des locaux sont associés à la remise en état. Des équipements ultramodernes peuvent y être intégrés à la demande : caméra vision, système radio, système de détection de tir et pilotage de nuit. Etant donné le caractère sensible de ces activités, le site est placé sous haute surveillance.
« 100 % de nos ventes se font à l’exportation. Ce sont des spécialités de niches. Nos clients sont des pays pauvres qui n’ont pas les moyens d’acheter du matériel neuf. L’activité est très cyclique mais le marché est immense et nous y sommes peu nombreux », précise Guillaume Giscard d’Estaing. Le prix de vente est environ le quart d’un véhicule neuf. Des véhicules qui ont fait leurs preuves sur le terrain et séduisent notamment des pays africains et de la péninsule arabique.
Six millions d’euros ont été investis sur le site castelroussin. L’entreprise réalise 35 % de son chiffre d’affaires dans l’Indre. Dans ses projets, elle envisage de créer un bureau d’études et de développer ses propres produits.