Fil info
01:19 ⚠Brûler des arbres n’est pas une solution | Rapport du FERN ➡… https://t.co/9lLw0WBdRU
01:04    📬 Lettres ouvertes aux communes du – enquête publique ➡… https://t.co/yTLqpcFW8f
00:50 🎦 Enquête publique: quelques questions à , et position de Non à la montagne p… https://t.co/1ClSwh611F
22:56International : Soutien des musulmans à la Palestine -> https://t.co/JKXvnvbvLZ
22:50France : Derrière les discours la volonté de mettre au pas les députés -> https://t.co/W6nuTR5Kl8
22:44France : Assurance chômage : lancement des hostilités -> https://t.co/DSXdjduZ30
20:48Millevaches : L'hivernale de Meymac dans le froid -> https://t.co/zYBmR1qQS8
20:02Région : France 3 : de grosses inquiétudes en coulisses -> https://t.co/FlAMittXrD
18:59Ecueillé : Émilie Andéol à la rencontre de ses admirateurs indriens -> https://t.co/7DHT0aacDW
18:39Dordogne : L’aide à domicile en mutation -> https://t.co/bE3RnnY7bo
18:04# # - -Vienne : Communauté urbaine, le retour -> https://t.co/fryNqZz4AL
18:02# # - -Vienne : Des brebis pour préserver et restaurer un site -> https://t.co/xOPNs0fpgp
17:47# # - -Vienne : Sortis de l’ombre -> https://t.co/zLmB2TFP8U
17:45# # - -Vienne : «Périclès» : ouvert sur la vie -> https://t.co/4YCzHmhzhS
17:25Sarlat-la-Canéda : Hôpital : la réfection du parking programmée début 2018 | L'Echo https://t.co/rrXSk9Kg80 via
17:18# # - -sur-Benaize : Des locaux rénovés et agrandis pour la ressourcerie «Maximum» -> https://t.co/mrh1MM0XL4
17:17# # - : Le Père Noël se rendra au marché des artisans et commerçants -> https://t.co/hKcsndpVUQ
17:17# # - -Yrieix-la-Perche : Patrick Lebas à la tête de l’Ensemble Vocal -> https://t.co/pGrMxHENvm
17:14# # - : Un beau Salon du Livre en perspective -> https://t.co/DcALeNMVTH
16:40Sarlat-la-Canéda : Hôpital : la réfection du parking programmée début 2018 -> https://t.co/5LMBCCdKvW
16:35Le Blanc : Sainte Barbe : les pompiers félicités et honorés -> https://t.co/aBEI0jAFGP
16:32Région : à l’école du jardin planétaire -> https://t.co/kJmYmZv1zY
16:10Périgueux : La plainte pour diffamation, l’arme absolue ? -> https://t.co/LCr9akyyZ2
12:15Auriac : L’esprit de Noël est aussi en Xaintrie -> https://t.co/5kP6qhZtl5
11:18RT : Région : Concert de soutien au journal jeudi à Châteauroux -> https://t.co/M1kpqr42vs
09:19Haute-Vienne : Jour noir pour les casquettes blanches | L'Echo https://t.co/R2Osmoa2gu via

SOFEMA, la PME qui recycle les véhicules militaires

Le préfet a visité lundi la SOFEMA, une entreprise installée à la Martinerie depuis 2012 qui remet en état des véhicules militaires avec l’aide de sous-traitants locaux.

Arrivée à Châteauroux en 2012, la SOFEMA s’est installée dans les anciens ateliers de la base américaine après le départ du 512e régiment du train. Son siège social est à Paris et elle a un autre site à Bordeaux. « Etant au centre, Châteauroux était bien situé. Nous avions besoin d’espace » explique Guillaume Giscard d’Estaing, son PDG qui accueillait lundi le préfet, le commandant de groupement de gendarmerie de l’Indre, le maire de Châteauroux et la presse pour une visite de ses locaux.
La SOFEMA a pris ses quartiers sur 8,5 ha dont 1,5 ha couverts sur la zone sud. Sur un effectif global de 160 salariés, 60 travaillent à Châteauroux dont un tiers d’intérimaires. Elle connaît des difficultés pour recruter une main-d’œuvre qualifiée.
Son activité est la remise en état et la revente de véhicules militaires : blindés, auto-mitrailleuses légères, camions de transport de troupes, ponts flottants... Ces véhicules sont rachetés à l’armée française qui se sépare d’une partie de son parc, parfois à l’état d’épaves. Quelque 200 véhicules sortent chaque année de ses ateliers. Une cinquantaine de sous-traitants dont des locaux sont associés à la remise en état. Des équipements ultramodernes peuvent y être intégrés à la demande : caméra vision, système radio, système de détection de tir et pilotage de nuit. Etant donné le caractère sensible de ces activités, le site est placé sous haute surveillance.
« 100 % de nos ventes se font à l’exportation. Ce sont des spécialités de niches. Nos clients sont des pays pauvres qui n’ont pas les moyens d’acheter du matériel neuf. L’activité est très cyclique mais le marché est immense et nous y sommes peu nombreux », précise Guillaume Giscard d’Estaing. Le prix de vente est environ le quart d’un véhicule neuf. Des véhicules qui ont fait leurs preuves sur le terrain et séduisent notamment des pays africains et de la péninsule arabique.
Six millions d’euros ont été investis sur le site castelroussin. L’entreprise réalise 35 % de son chiffre d’affaires dans l’Indre. Dans ses projets, elle envisage de créer un bureau d’études et de développer ses propres produits.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.