Fil info
15:22RT : François vient de présenter sa démission. Nous lui avions envoyé hier soir des questions en vue de la publi… https://t.co/9g5nV5ynvh
14:33Dordogne : Le coup de gueule d’une prof en colère -> https://t.co/1S9MjqKUuV
14:16Corrèze : Cinq jours pour sublimer la matière -> https://t.co/kEeF8zxz1M
12:58 Tandis que chacun sait qu'il s'agit d'un modèle de Renault!
12:51RT : Et , c'est de la délation aussi ? Le travail d’investigation des journalistes permet de révéler la corrupti… https://t.co/dXQYGuk9Io
12:51RT : Le ministre écologie minimise sa responsabilité il plaide l’ignorance et le pardon concernant les repas somptueux s… https://t.co/LhGvOKS5R1
12:47RT : Un défilé du 14 juillet presque parfait https://t.co/MjPZIXUI9g
12:47RT : Sondage : 89% des hommes pensent que le clitoris est un modèle de Toyota https://t.co/FdUUwenjeF
07:52Découverte à Limoges d'un parchemin de l'ordre de Grandmont datant de 1496 https://t.co/NbP7Wbp4QJ https://t.co/mPOD0mqX9l
07:46# # - -Vienne : A Clédat, la pause nature s’impose -> https://t.co/Ia2O2vr9Yt
07:40# # - : Quel futur pour l'îlot Elie-Berthet? -> https://t.co/zMs31MMn5t
07:37# # - -Vienne : 1001 Notes s’ouvre au Zénith de Limoges -> https://t.co/aKiWwRFXzR
07:35Région : La croissance économique ralentit -> https://t.co/DuwYyEZWQD
07:33# # - -Vienne : Pas si simples que ça! -> https://t.co/WrMAkEOlWz
23:45France : Le cabinet de curiosité de Saint-Pardoux -> https://t.co/vV7qC0hGPF
19:30Corrèze : Il recherche les familles de Poilus français oubliés -> https://t.co/Dy68bmW5qL
19:28Châteauroux : Des sportifs de l’extrême attendus à la Martinerie -> https://t.co/uoWq7XKQiS
19:23Indre : La ministre des Transports se veut rassurante sur le POLT et l’A20 -> https://t.co/u8JcL2TKc8
19:03Campagne : Un été d’animations à Campagne -> https://t.co/esGfgfTlHM
18:53Dordogne : Chez les pompiers la maison brûle | L'Echo https://t.co/f4ISQR8c76 via
18:27Dordogne : Chez les pompiers la maison brûle -> https://t.co/LRQ9PrlL19
16:13Sarlat-la-Canéda : Très beau spectacle de Peiraguda aux Enfeus -> https://t.co/27Ysxk7s1p
16:10Sarlat-la-Canéda : Ferveur pour la fête Nationale -> https://t.co/lTf90hZ07T

Unis contre les éoliennes

Société

La manifestation organisée par le collectif Brandes et bocages et la FETEM (Fédération Environnement Tempête en Marche) a réuni quelque 200 personnes samedi après-midi à Argenton-sur-Creuse. Il s'oppose à l’installation envisagée de 250 éoliennes dans le Boischaut sud.

Dénommée « Bocage en péril », la manifestation de samedi n'aura finalement rassemblé que 200 personnes. Les organisateurs en espéraient entre 500 et 1000.
Georges Magne, président de la FETEM (Fédération Environnement « Tempête en Marche ») minimise : « Ce qui compte, ce n'est pas le nombre, c'est le bruit que l'on fait ». Durant deux heures, le cortège a de fait clamé des slogans tels que « les éoliennes sont des machines à sous, on n'en veut pas chez nous » ou « oui au bocage, non au saccage » dans les rues de la cité argentonnaise désertées en ce début de long week-end de la Pentecôte.
Trois départements
Le collectif regroupe une douzaine d'associations couvrant le sud du département de l'Indre, la Haute Vienne et la Creuse. Celles-ci s'inquiètent de la multiplication de projets de parcs éoliens, une douzaine sur le Boischaut sud, depuis un an. « Nous estimons que le bocage est en péril pour plusieurs raisons : la pollution de l'eau, les haies arrachées... Aujourd'hui, on met l'accent sur l'éolien car il y a une très forte pression de la part des promoteurs, explique Jean Panel, président de l'association Pas de vent chez nous – Avenir Boischaut sud. Nous avons un territoire exceptionnel, il faut le préserver. » « Les éoliennes n'ont rien à faire ici », complète Georges Magne. Selon lui il n'y a pas assez de vent pour qu'elles fournissent de l'électricité, « donc elles ne servent à rien et en plus elles détournent des fonds publics. C'est une mauvaise réponse à une vraie question. »
Jacques, un habitant de Roussines, est venu « par solidarité », sa commune n'étant pas concernée par un projet de parc éolien : « vivre près d'éoliennes, c'est particulièrement dérangeant : ça bouge, ça clignote la nuit » dit-il. L'éolien, ce n'est pas la bonne solution ajoute-t-il : « il ne pourra jamais produire assez d'électricité pour l'industrie ».
César, 23 ans, qui vit à Chalais, une commune du PNR de la Brenne, lui, est avant tout venu pour la défense du patrimoine naturel : « je suis pour une sortie du nucléaire, mais pas avec ces méthodes là. Il faut du sable pour construire les socles des mats et le sable, on va le chercher au fond des océans, ce n'est pas écologique. Il existe une multitude de moyens pour produire de l'électricité à petite échelle qui ne sont pas exploitées » regrette-t-il.
Pro-nucléaire
Un peu plus loin dans la cortège Agnès Chombart de Lauwe, une habitante d’Oulches, a un tout autre discours : elle se dit, elle « pour le nucléaire car c'est l'énergie la plus propre ». Qui plus est, elle juge que l'implantation d'éoliennes va à l'encontre des efforts qui sont faits en faveur du tourisme « pour rendre nos campagnes plus attrayantes » Jean-Pierre Nandillon, maire du Pêchereau, qui fait partie des quelques élus à ouvrir la marche, partage cet avis :
« On est en train de faire la promotion du territoire avec la Vallée des peintres notamment. Accepter des éoliennes c'est se tirer une balle dans le pied : les gens ne viendront pas car il y aura des mats partout ».
Il soulève une autre question : celle de la prise en charge du démantèlement de ces gigantesques machines. Les parcs étant revendus plusieurs fois au cours de leur existence, la société qui les installe n’est plus responsable. En cas de problème, au final, « c'est le propriétaire du terrain où elles sont installées qui est responsable et qui devra payer ». Son collègue, Alain Gourinat, maire de Pommiers, qui se dit pourtant
« plutôt de sensibilité écolo », est contre ces projets d'implantations car « là, c'est du business ! »
L’avis de Gilles Clément
Le célèbre paysagiste Gilles Clément, qui vit en Creuse, a lui aussi souhaité s'associer à cette manifestation. Il juge que « l'implantation d'éoliennes est nuisible pour tout le monde dans une zone où l'habitat est dispersé ». Concernant le bocage, il précise toutefois que d'autres raisons expliquent sa destruction : « le saccage du Boischaut sud, c'est principalement le remembrement ! » rappelle-t-il. Et concernant la politique énergétique, il dénonce « le danger de la centralisation de l'énergie avant sa distribution ».
Invitée à participer à ce rassemblement, l'association Indre Nature n'a pas souhaité s'y associer (voir encadré), ce que les organisateurs ont regretté. Elle pointe du doigt une certaine « ambiguïté sur le contenu de l'appel dont l'orientation apparaît beaucoup plus dirigée contre l'implantation d'éoliennes dans le Boischaut sud que contre les réelles menaces auxquels le bocage est confronté ».
Comme on peut le voir, diverses sensibilités ont cohabité dans le cortège. Si les rassemblements anti-éoliens sont souvent phagocytés par des pro-nucléaires, il faut bien admettre qu'ils n'étaient pas les seuls samedi à dénoncer haut et fort le « business de l'éolien » sous couvert de production d'énergies renouvelables. Les organisateurs du rassemblement affirment ne pas vouloir en rester là et appellent à une table ronde entre tous les acteurs concernés.

JMD

The 13th Version UA Yeezy Boost 350 Turtle Dove, the perfect version