Fil info
20:43Corrèze : Le Melting Potes : Elles hissent haut le pavillon ! -> https://t.co/LcTIFci7J8
19:44Indre : Amapola en résidence à la maisonnette de la Culture -> https://t.co/jPZlJWnpo6
19:30Indre : La municipalité ouvre ses données au public -> https://t.co/aJvUnTijxp
18:06Daniel Taboury, auteur creusois, dédicacera son nouveau roman "De retour" à la librairie "Les belles images" samedi… https://t.co/f3wld9d9Dl
17:51Dordogne : LA Coordination rurale part à la défense des éleveurs -> https://t.co/h2EkFENUbR
17:50Bergerac : Plan de redressement financier pour l’hôpital de Bergerac -> https://t.co/mGMEJxMsvC
17:47Bergerac : L’hôpital ne soigne pas la précarité de ses agents, bien au contraire -> https://t.co/5N3Xmk7Dgk
17:04RT : Anthony Boursaud chute sur le Dakar, blessé au poignet, le jeune motard de Boussac est contraint à l'abandon après… https://t.co/3fFcFiIIAf
16:57Carsac-Aillac : Du grain à moudre pour l’APAM -> https://t.co/OE8a51K3C8
16:54Sarlat-la-Canéda : Une activité très soutenue -> https://t.co/x8ElNQYecH
16:44RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:42RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:24France : Grand débat, les maires ne lâchent rien -> https://t.co/CsjYxze9uk
16:11RT : En tous cas il y en a certains qui ont sacrément bien réussi leur , surtout depuis que Macron leur… https://t.co/KoqH6OhKNX
16:09Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:09Valençay : Les vœux et les espoirs du directeur du centre hospitalier -> https://t.co/QlWIg7NCEP
16:08RT : Primes en liquide : Claude Guéant définitivement condamné à un an ferme https://t.co/JXVuXuhV92 https://t.co/yFsTtmoorz
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF
07:58France : Les Steva veulent du concret -> https://t.co/rA8Xgxx9HC
07:46Région : Un bon début d’année pour les ventes aux enchères -> https://t.co/pYOxVrUEUN

Mobilisation le 12 contre une éducation au rabais

Enseignement

Le 12 novembre prochain, ce sera la première manifestation unitaire dans l’éducation nationale depuis 2011. Le ras-le-bol est perceptible dans un métier soumis au train des réformes et aux injonctions permanentes. De la maternelle au lycée, le malaise est profond dans l’éducation nationale. C’est ce dont témoignent les différents représentants départementaux de la FSU. «Alors que plusieurs réformes commencent à se mettre en place, on commence à voir maintenant les conséquences en terme de suppressions de postes», relève Christophe Tristan. «Au moins 2 650 dans les collèges et lycées. On va donc vers une moyenne de 30 élèves par classe au collège, de 35 au lycée, dénombre Cécile Dupuis (SNES-FSU). Au lycée, la fusion des séries a été pensée en ce sens. Et au passage on appauvrit l’offre de formation.»Ce n’est pas le moindre des paradoxes. Alors que des études se succèdent pour dire l’insuffisance de notre système scolaire, les gouvernements successifs ne cessent de lui mettre des bâtons dans les roues. «Les enseignants croulent sous les injonctions avec des solutions toutes faites. Or nous, professeurs, savons parfaitement que les formules magiques n’existent pas et qu’il faut au contraire adapter la pédagogie au public que l’on a en face de nous.» Pour Christophe Tristan, l’enseignement professionnel illustre la manière dont «on veut nous transformer en simple exécutant. On ne cherche plus à former un citoyen mais des personnes employables. Le droit du travail a complètement disparu de l’enseignement.»Dans le 1er degré, Fabrice Prémaud égrène également les mêmes griefs  : suppressions de poste («avec le trompe l’œil des dédoublements en zone prioritaire qui consomment des moyens là où on aurait besoin d’en créer»), évaluations (en CP et CE1)  pour asséner de nouvelles prescriptions, réformes des contenus inadaptées : «Alors que nous étions plutôt satisfaits des programmes de grande section de maternelle, le toilettage de l’été a conduit à un nouvel abandon de la spécificité de cette classe-là.»Bien sûr, la FSU se réjouit de la baisse des effectifs dans les classes des zones prioritaires, sauf que «cela se fait au détriment des au-tres. Pourtant, cela devrait aussi englober les grandes sections de maternelle et que tomber à 12, 10 ou parfois 9 élèves par classe, ce n’est pas toujours justifié. Pour nous, l’idéal ce serait des classes de 18 à 20 élèves partout.»En somme, les réformes visent à fragiliser l’école publique, à monter les uns contre les autres (rural contre urbain, fonctionnaire con-tre salarié de droit privé). Une vraie logique que le monde enseignant contestera mardi prochain dans la rue.J.D. Rendez-vousManifestation à l’appel des organisations syndicales réunies mardi 12 novembre à 10h de-vant le rectorat rue F.-Chénieux.

Manifestation à l’appel des organisations syndicales réunies mardi 12 novembre à 10h de-vant le rectorat rue F.-Chénieux.