Fil info
20:43Corrèze : 400 retraités soucieux et en colère -> https://t.co/Me9pVvDWgq
18:50Indre : La lancinante plainte des retraités -> https://t.co/FyumUdQTvO
18:47Châteauroux : La solidarité dans l’assiette avec les Jardins familiaux -> https://t.co/uWIwZPSDnq
18:35RT : Attaque d'une agnelle à Eymoutiers le 3/10, c'était bien un canidé selon les analyses d'un laboratoire allemand, ma… https://t.co/eGBhySgMvr
18:19RT : Bergerac : Opération de sensibilisation aux risques éléctriques auprès des agents de la Ville -> https://t.co/BfEVBPD4jy
18:18RT : : après 4 ans de bénévolat, Drita, traductrice bénévole pour l’Etat, est menacée d’expulsion VIDEO ►… https://t.co/gYj5647vPl
17:01# # - -Vienne : Les retraités défendent leurs droits -> https://t.co/iXIR13X2lB
16:55# # - -Vienne : Festivités et vigilance au SPF 87 -> https://t.co/oSFvv0tceH
16:51Le Blanc : Le centre ville fermé à la circulation les 29 et 30 octobre -> https://t.co/I4AofrjXNm
16:50Saint-Gaultier : La chorale Allegro se prépare à fêter son 30e anniversaire -> https://t.co/RvZN4cMssS
16:50Saint-Gaultier : La chorale Allegro se prépare à fêter son 30e anniversaire -> https://t.co/ExVoNH3evm
16:49La Châtre : La pâtisserie en partage à la Maison des jeunes -> https://t.co/TH9S2Zwvjl
16:48La Châtre : 2018 prénoms et dates de naissance sollicités pour le Téléthon -> https://t.co/7ZabH7sCq3
16:42Sarlat-la-Canéda : On ne change pas une équipe qui gagne -> https://t.co/BNTx10b8kQ
16:39Région : Penser global, agir local -> https://t.co/dgj4xjw04F
16:36France : La modernité dans la tradition -> https://t.co/3oh5ztPxF1
16:09Attaque d'une agnelle à Eymoutiers le 3/10, c'était bien un canidé selon les analyses d'un laboratoire allemand, ma… https://t.co/eGBhySgMvr
15:40Dordogne : La colère profonde des retraités -> https://t.co/tskMnTsE4J
15:38Marsac-sur-l'Isle : Des animaux exceptionnels et des concours -> https://t.co/wbNbxqs0N0
15:01Chabrignac : La fête de la citrouille est lancée ! -> https://t.co/45WSdAN09J
14:44Périgueux : Faciliter la vie des seniors et les prévenir des pièges -> https://t.co/v5skVfeWJL
14:01RT : Grosse mobilisation des retraités sur la question des pensions et la hausse de la CSG. Au moins un millier de manif… https://t.co/04JnonEqlP
14:01RT : plus de 400 (selon les organisateurs) sont dans la rue ce matin https://t.co/bSkFLyjvih
11:12RT : en Corrèze : Fête de la pêche à la mouche organisée par l' d'Argentat-sur-Dordogne. Un rendez-vous… https://t.co/dnGseoNgLY
10:51 plus de 400 (selon les organisateurs) sont dans la rue ce matin https://t.co/bSkFLyjvih
09:33 en Corrèze : Fête de la pêche à la mouche organisée par l' d'Argentat-sur-Dordogne. Un rendez-vous… https://t.co/dnGseoNgLY
09:30Sport : CA Brive: la fulgurante ascension de Demba Bamba -> https://t.co/fTRFx9jkYO
09:23Sport : Trail de la voie romaine: plus de 300 participants -> https://t.co/sNM86BifJy
09:19Sport : Limoges Csp 93 - Alba Berlin 102: une équipe cercliste à construire -> https://t.co/mtzrLgY6m1

Gérer pour mieux conserver

Devant l’émoi suscité auprès de la population par les travaux forestiers dans la fôret de Saint-Pardoux, Jean-Luc Lacorre, agent patrimonial de l’Office National des Forêts (ONF), a organisé jeudi matin une viste explicative sur site.

Poumon vert du département, le lac de Saint-Pardoux et sa forêt sont aujourd’hui  des atouts touristiques majeurs du territoire.  Alors lorsque des travaux forestiers y sont engagés, une partie de la population s’inquiète.
Afin de rassurer la population, Jean-Luc Lacorre de l’ONF a décidé de son propre chef de proposer une visite guidée et explicative des travaux forestiers engagés  autour du lac de Saint-Pardoux, qui est la propriété du Conseil départemental. Cette visite à laquelle étaient conviés les campeurs du site, les élus et l’ensemble de la population a eu lieu jeudi matin. Ce qui a permis à Jean-Luc Lacorre d’expliquer pourquoi il a fallu procéder à des coupes d’arbres dans cette forêt. Depuis deux ans, elle est sous la responsabilité de l’ONF, «elle a été inscrite au régime forestier», précise Jean-Luc Lacorre. Cette forêt d’une superficie de 167 ha environ entoure les 330 ha du lac de Saint-Pardoux. Elle fait  l’objet d’un plan  d’aménagement, qui court sur 15 ans, depuis son inscription au régime forestier en 2014. La première action de l’ONF a donc été d’inventorier, afin de voir comment la préserver eu mieux. Après quoi :  «Notre premier travail a été d’effectuer des coupes sur plusieurs parcelles, car il devenait urgent de le faire», indique l’agent patrimonial.  Pour lui l’histoire du lieu a une importance capitale : «Le lac artificiel de Saint-Pardoux a été créé dans les années 70, à des fins touristiques. Sa construction a nécessité l’achat de parcelles forestières. Après guerre et pour les besoins de la papeterie, beaucoup de résineux y ont été plantés. Nous sommes ici dans un contexte de peuplement hétérogène, ce qui nous donne un atout énorme. Toutes les parcelles ont une histoire», explique Jean-Luc Lacorre qui ajoute qu’en plus, «les sols sont très bons ce qui est intéressant lorsqu’on veut planter des arbres. Les conditions sont optimales et cela fait un demi-siècle, que rien n’a été fait ».  
Des coupes sanitaires
La forêt a donc nécessité plusieurs coupes sanitaires, dans le cadre du plan d’aménagement approuvé en 2017. Les premières coupes ont commencé, à l’occasion de la vidange du lac, sur les sites de Friaudour  et  de Santrop. «Il a fallu, sur certaines parcelles, couper jusqu’à un arbre sur deux. Ils étaient attaqués par des chenilles et des insectes arrivés avec la mondialisation. Il y avait aussi des arbres abîmés à cause de tempêtes. Ces coupes ont donc été faites dans le but de sécuriser les chemins de randonnées. La forêt du lac de Saint-Pardoux n’a pas une vocation  économique mais a une vocation touristique» rappelle le représentant de l’ONF, qui souligne que de tout temps les paysages ont été modifiés par l’homme.
Il indique que les surfaces coupés ont permis de récolter 33 000 euros, et que les coupes feront toutes l’objet de reboisement, qui débuteront dès cet automne. «Nous avons fait le choix d’essences adaptées – en tout les cas aujourd’hui – aux contraintes des lieux et qui tiennent compte des enjeux liés au réchauffement climatique. Nous allons par exemple travailler sur la création d’une allée de séquoias qui sera unique en Limousin ou encore planter des cyprès chauves sur les espaces humides. Nous choisissons également des essences capables de résister aux coups de vent ou aux incendies».
D’autant que ces essences seront plantées pour une cinquantaine d’années. L’objectif  de ce plan
d’aménagement est donc de préserver la forêt et ses paysages, afin de répondre à la fois aux enjeux environnementaux et aux besoins d’une société de loisirs.
Par Fatima Azzoug