Fil info
18:53Châteauroux : Beaux-Arts : demandez le programme ! -> https://t.co/iY76ytM6BT
18:52Indre : Contre « la rentrée des casses » -> https://t.co/Iu1foWLqg0
15:54Indre : La troupe des trois vallées jouera « Feu moi-même » samedi -> https://t.co/oK0uv5muhv
15:53Indre : Malgré une mauvaise météo, la 36ème foire primée a été une réussite -> https://t.co/rQbpLW08t3

Quarante bilingues ont planché sur la «dictada occitana»

occitan

Dins los vergiers, i a de las plantas que s’avenen e d’autres que s’aimen pas. Ai auvit dire que las tomatas e los concombres anavan pas ensemble... C’est par ces mots extraits de «Chaucidas dins los blat» publié aux éditions dau Chemin de Sent Jaume qu’à débuté la neuvième dictée de l’Institut d’études occitane du Limousin, organisée samedi au sein de l’auditorium Clancier de la BFM de Limoges.
Avec son accent du nord de la Dordogne, l’écrivain Jean-Pierre Reydy articule lentement face à une quarantaine de petits et grands participants particulièrement attentifs. Né en 1947 dans une famille de métayers près de Nontron, Jean-Pierre Reydy a été bercé par l’occitan limousin. Après une carrière de professeur d’anglais et de russe, ce passionné de langues s’est consacré à sa langue maternelle. Pour partager son amour de l’occitan, Jean-Pierre Reydy a publié différents textes, dont un récit autobiographique, un livre et un lexique trilingues (occitan, anglais, français), et plus récemment le recueil de nouvelles «Chaucidas dins los blat» ou «Chardons dans les blés» pour les non-initiés.
cultures associées
Abordable, car il est inutile d’être un grand grammairien ni même un locuteur émérite pour participer à cette dictée, c’est la nouvelle «Jardin Vivrier» qui a été choisie. «C’est une histoire de jardinage. Au premier degré, on lit une      description des associations de cultures dans un jardin potager bio, qui peut être aussi perçue comme une vision de la société, dévoile Jean-Pierre Reydy, qui se décrit lui-même comme un paysan dans l’âme. ça parle de la notion de groupe social, alors qu’une synergie entre les individus pourrait être bénéfique à tous».
En plus de connaître les noms des nombreux légumes, il fallait être vigilant aux quelques difficultés orthographiques contenues dans ce texte.
Des terminaisons peu courantes, mais aussi une aphérèse, lettre qui existait en occitan mais a disparu en dialecte limousin. «Cette dictée c’est l’occasion de célébrer la langue occitane qui n’est pas une langue uniquement parlée, mais une langue qui a une graphie, une orthographe et une grammaire propre», souligne l’invité de cette neuvième édition, organisée en partenariat avec la BFM et la Ville de Limoges.
à noter que la dictée se déroulait le même jour dans plus de 30 villes occitanes et catalanes. Si une «correccion» a eu lieu avec l’ensemble de l’auditoire, les participants n’avaient rien à gagner, si ce n’est le plaisir de parler, écouter et écrire l’occitan.
L’après-midi s’est d’ailleurs poursuivi avec un concert du duo Krestch-Mage et un pot convivial.
Mégane Lépine

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.