Fil info
01:11 DESDE SALUDOS A Y A TODOS LOS COMPAÑEROS LUCHADORES DE… https://t.co/FZrMHxRNmM
23:17Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes | L'Echo https://t.co/txBydPUZxh via
23:11Basket : Les dés sont jetés -> https://t.co/S9nwin3FrL
23:09Football : Et Mboné surgit… -> https://t.co/dHlUp7oKmN
19:34Châteauroux : La rectrice auprès des tous petits -> https://t.co/X4UdYiXwuo
19:32Indre : La couveuse : un dispositif qui a fait ses preuves -> https://t.co/KeDoShBSY7
19:31Châteauroux : Des travaux à la résidence des Rives de l’Indre -> https://t.co/hoFMaELL8E
18:52RT : Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
18:36Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
16:41Saint-Barthélemy-de-Bellegarde : Le pastolarisme en exemple -> https://t.co/WTVlHIibwi
16:29Sarlat-la-Canéda : Vers de nouvelles modalités de collecte -> https://t.co/LKSm8QZgRn
15:14RT : Les salariés de Carrefour se battent pour une revalorisation de leurs salaires : « On ne vit pas, on survit »… https://t.co/u0GCFAwa2q
15:07Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes -> https://t.co/fHGJLF3bLu
15:06Périgueux : La permanence du député Philippe Chassaing vandalisée -> https://t.co/DFIpWtOj4F
15:00Dordogne : Un bol d’air financier pour la Semitour qui veut voir plus loin -> https://t.co/8U8VMDUtrp
14:58Dordogne : L’école pour tous les enfants -> https://t.co/0aqEHYICp3
14:32Bergerac : Cheminots et retraités s’invitent à la permanence En Marche -> https://t.co/XINzPaf5J6
13:56Vous souhaitez devenir partenaire du ! Contactez nous via Gael Champier ou Michel Bremont https://t.co/42ZRHT1UBH
11:08Bergerac : CAB : les deux points de hausse fiscale définitivement entérinés -> https://t.co/6s7DbBAq0r
11:05Mérinchal : prévention du risque routier et aide à la conduite Le département de la Creuse, la conférence des finan… https://t.co/qMg9uuj0K1

150 personnes pour soutenir l’existence de la mare aux grenouilles

Près de 150 personnes sont venues samedi après-midi à Grignols pour soutenir un couple propriétaire d’une mare qui abrite des espèces protégées mais que la justice a condamné à combler.
Kafka aurait voulu écrire cette histoire qu’il ne l’aurait pas écrite autrement. Ou si peu. C’est en effet une situation kafkaïenne à laquelle est confrontée Michel et Annie Pécheras, propriétaires à Grignols de l’ancienne maison des grands-parents de madame et d’une mare sujet de discorde avec leurs voisins depuis plusieurs années. Selon le couple, la propriété faisait l’objet de convoitises de la part de plusieurs membres de ce hameau où le visiteur est accueilli par le chant des grenouilles. L’ayant acquise légalement, ils se sont alors attirés les foudres de leurs voisins qui leur reprochent notamment l’existence de cette mare... qui pour leur malheur ou bonheur, héberge cinq espèces protégées dont la grenouille rieuse qui a la particularité de ne pas être discrète en cette période de l’année.
Après un premier procès, intenté par leurs voisins pour nuisances, gagné à Périgueux, les époux Pécheras ont perdu successivement en appel puis en cassation. La justice, qui a bloqué tous leurs comptes à l’exception de 500 euros par mois, les a condamné à reboucher la mare et à une astreinte de 300 euros par jour. Le hic, c’est que s’ils rebouchent cette mare, ils se retrouvent sous le coup de poursuites pour destruction d’espèces protégées et la note serait d’autant plus salée : jusqu’à deux ans de prison et 150 000 euros d’amende. Alors, que faire ? Samedi, près de 150 personnes ont répondu à l’appel de la Convention Vie et nature de Gérard Charollois, pour venir soutenir les époux Pécheras et défendre l’existence de cette mare aux grenouilles. Un rassemblement pour le moins hétéroclite, puisqu’on y trouvait de simples citoyens, des militants écologistes de différentes associations comme celle contre le ball-trap de Servanches et même une poignée de membres du groupe Colère 24. Tous étaient venus pour dire leur soutien et défendre la cause de l’existence de la biodiversité, y compris dans cette mare louée depuis à la Sepanso. Face aux attaques dont ils sont la cible, les époux Pécheras ont donc le soutien de cette association de défense de l’environnement et même un avocat à leur cause en la personnne du fondateur de la Convention Vie et nature, l’ancien magistrat Gérard Charollois. Celui-ci a expliqué que la risposte allait pren-dre trois formes. Celle de la pression populaire, celle administrative de la conciliation (une réunion est prévue cette semaine en préfecture) et celle de la justice. La Sepanso, via son avocat, va en effet saisir la cour d’appel de Bordeaux pour lui demander de modifier sa décision sur certains points, notamment le comblement de la mare. « On peut réduire les troubles de voisinage autrement qu’en comblant la mare. On peut par exemple planter des haies », glisse Gérard Charollois qui dit vouloir tout tenter « pour défendre la vie. Cette mare ne doit pas être victime de cette haine ordinaire, de ce conflit de voisinage ». De quoi réjouir les époux Pécheras qui ont également interpellé le ministre Nicolas Hulot et qui lui ont lancé un ultimatum fixé au 10 mai pour qu’il réponde.
Un nouvel appel à rassemblement a été lancé pour le 24 mai à Grignols autour de la mare.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.