Fil info
22:08Alors que les inquiétudes pèsent quant à l’éloignement programmé du tribunal des justiciables, les justiciables lam… https://t.co/1cP3nMndcy
21:26Tulle : La Ville de demain s’imagine avec Minecraft -> https://t.co/vePlPqyR7I
18:32Indre : Tea time au lycée pour améliorer son anglais -> https://t.co/vraNnZkLtM
17:47RT : Pour la plus belle gare de France, Limoges Bénédictins est en demi-finale contre Tours.
17:33Châteauroux : Saint-Denis : une agence postale à la place du relais, c’est non ! -> https://t.co/V8k36YqyKJ
17:25Bergerac : Journée d’actions de la CGT pour répondre aux urgences sociales -> https://t.co/64rAHkuja0
17:02Pour la plus belle gare de France, Limoges Bénédictins est en demi-finale contre Tours.
17:02Région : Nécrologie: Bernard ! On ne t’oubliera pas | L'Echo https://t.co/dcs9Bd6WWI via
16:59Terrasson-Lavilledieu : Une Sainte Barbe honorée -> https://t.co/zwRpB3tRpg
16:57Sarlat-la-Canéda : La procédure est enclenchée pour la déviation nord -> https://t.co/as1w695VE9
15:51Périgueux : « C’est Macron qui nous a assassinés » -> https://t.co/jkMKeOtuJL
15:47Saint-Aquilin : Une gestion à construire -> https://t.co/XlwvXAoJWi
15:09Région : Bernard Defaix n'est plus -> https://t.co/RJY6Gz1Rey
11:47 grève TER annoncée
11:39Grève demain : service minimum d’accueil à Limoges au centre de loisirs de Beaublanc, (103, avenue Montjovis). Les… https://t.co/7h0Q7QBTrQ
11:21RT : samedi, les portes de la mairie seront ouvertes afin de recueillir les doléances des citoyens dans le cadre… https://t.co/l8hDVb1XtL
11:19 samedi, les portes de la mairie seront ouvertes afin de recueillir les doléances des citoyens dans le cadre… https://t.co/l8hDVb1XtL
09:42 municipal # - : Le budget au menu du conseil municipal -> https://t.co/uXpp5REBJs
09:40 - -Vienne : La gronde des avocats ne faiblit pas -> https://t.co/zuQybNTTMu
09:37 jaunes - -Vienne : Pugilat entre Gilets jaunes -> https://t.co/wdSoZ3IEon
09:34Région : A qui appartient «La Joconde des Ferrari ?» -> https://t.co/lKIiTbKgch
08:08RT : Les aides publiques aux entreprises privées, c’est 200 milliards d’euros ! Les grands groupes encaissent ces sommes… https://t.co/HNYWv1ZlJv

Quand la ruralité ne baisse pas le pavillon social !

Logement social

Samedi matin s’est déroulée sur la commune de Gimel-les-Cascades l’inauguration de quatre pavillons locatifs de la société Polygone. De futurs locataires en ont profité pour découvrir des logements de qualité aux normes de la RT2012.

Les logements individuels de 82 m2  sont  quatre T 4  construits aux normes de la RT 2012. Ils se situent à l’entrée du bourg  au lieu-dit «Mars».
Mars accueille en mode locatif au top !
Ces logements  classés Basse Consommation (BBC) sont chauffés par une pompe à chaleur air-eau (PAC) qui préchauffe l’eau avant de chauffer le logement (donc gain d’énergie et économie).
Les pavillons possèdent également plusieurs baies vitrées ouvertes  côté sud.
Seul petit inconvénient, ils ont été construits sur un terrain situé en contrebas non loin de l’autoroute A89.
Une haie de jeunes sapins devrait d’ici quelques années isoler les habitations au plan visuel et peut-être phonique.
L’architecte Jean Mouly a assuré la maîtrise d’œuvre de ce chantier  confiée par la SA Polygone.
Basée à Brive, la SA Polygone, Entreprise Sociale de l’Habitat (ESH) est un bailleur social entreprenant. Il gère environ 6.000 logements répartis sur plusieurs départements  dont six pavillons construits au lieu-dit «La Maisonneuve» à Gimel il y a cela une dizaine d’années.
Dix ans, c’est le temps qu’aura mis le dossier administratif de ces nouveaux pavillons pour passer de l’étape de projet à sa réalisation.
Dix ans de dossier à la détente
«La réglementation est complexe car il faut construire sur des endroits dits le plus 'tendus'. Les campagnes autour de Tulle sont dites 'détendues' en terme de demande de logements. Quand on a une offre supérieure à la demande on considère le secteur comme non prioritaire» précise Norbert Bonnafous responsable du secteur Corrèze à Polygone.
L’acquisition du terrain par la commune pour une mise en bail à construction a eu lieu  en 2014, la finalisation de l’agrément de l’Etat est tombée en juillet 2015,  le dossier de permis de construire déposé en octobre 2015 et délivré en janvier 2016.
La commission d’attribution de logements s’est réunie la semaine dernière. Le choix des locataires s’est effectué sur la base  de critères sociaux et de plafond de ressources.
Il y avait trois dossiers de demande par logement, preuve que même en secteur «détendu», ce type de produit est recherché.
Le loyer mensuel du T4 avec garage de 16 m2 se monte à 493 euros, charges comprises.
Les locataires auront la possibilité comme le permet la loi d’acheter leur logement d’ici dix ans.
«ça se fait de plus en plus les dernières directives du projet de loi de finances 2018* nous ont un peu secoués au niveau national. On nous demande d’aller chercher des financements divers et la vente d’HLM en fait partie» souligne Norbert Bonnafous.
Faire vivre la ruralité
De futures locataires présentes à l’inauguration ont pu découvrir de visu leur logement. Elles étaient satisfaites du rapport qualité-prix  de logement flambant neuf et heureuses  pour elles d’habiter une petite commune rurale touristique qu’elles apprécient.
Tout bonus pour le maire de Gimel, Alain Sentier : «l’intérêt  de telle opération, c’est de faire venir des populations pour les écoles, l’activité  économique, de faire vivre la ruralité. C’est essentiel pour nous».
Le coût de ce projet pour la commune hors achat du terrain se monte à 80.000 euros HT.
«On a envie de vivre dans nos territoires ruraux» pointait Pascal Coste le président du conseil départemental lors des discours.
L’élu a rappelé que la baisse des loyers HLM imposé par l’Etat était «une problématique réelle» et indiqué le choix de la collectivité de créer des logements adaptés en milieu rural.
Serge Hulpusch
*L'article 126 de la loi de finances pour 2018  associe durablement la réforme budgétaire des aides au logement et la réforme structurelle du secteur HLM. La baisse concomitante des APL et des loyers dans le parc social devrait permettre, d'une part, de réduire les dépenses APL de l’Etat de 800 millions d’euros en 2018 et en 2019 puis d’1,5 milliard en 2020.