Ils vont se mobiliser pour recueillir des signatures

Référendum d’initiative partagé sur Aéroports de paris

Pour organiser un référendum d’initiative partagé (RIP) sur le projet de privatisation des Aéroports de Paris (ADP), 4,7 millions de signatures sont nécessaires.
Dans l’Indre, plusieurs organisations* ont décidé de faire campagne. À ce jour, 822 000 signatures ont été recueillies sur la plateforme dédiée**. D’ici le 12 mars 2020, il faudrait collecter au niveau de l’Indre 80 nouvelles signatures par jour pour avoir le nombre suffisant afin d’engager la procédure référendaire.
« C’est largement atteignable si tous les Républicains qui ont le service public à cœur s’y mettent », estime Dominique Boué (PCF). Dans l’Indre, à ce jour, 2 211 signatures ont été enregistrées, soit 1,33 % du corps électoral. Ceux qui se mobilisent depuis juin ont constaté que « 9 personnes sur 10 que nous avons rencontrées ne sont pas au courant », témoigne Patrick Ferrenq, des Amis berrichons de Fakir. Face au silence radio sur la question dans les grands médias et au fait que « l’État ne déploie pas de moyens de promotion alors que c’est un dispositif constitutionnel », comme le souligne Aymeric Compain (FI), les partisans de ce référendum veulent médiatiser leur campagne en demandant par exemple aux maires d’insérer des avis dans les bulletins municipaux.
Ils veulent aussi lever les blocages pour les personnes n’ayant pas internet. Celles-ci peuvent remplir un document CERFA sur papier et le remettre en mairie où un employé se chargera de la saisie. Les uns et les autres entendent donc dans les semaines et les mois à venir multiplier les initiatives en allant sur les marchés, mais aussi dans les concours de belote ou de pétanque. Durant l’été à Saint-Août, une poignée de militants a ainsi réussi à recueillir 600 signatures à l’aide d’une tablette et d’un smartphone. « Et il ne suffit pas de signer, il faut aussi faire signer autour de soi », insistent-ils.
Car l’enjeu est de taille. « Face au défi climatique, il est important de laisser à l’État la gestion du transport aérien », estime Jean Delavergne (EELV).

* CGT, FSU, Solidaires, PCF, EELV, FI, NPA, ASPIC 36, Élus communistes et républicains, Châteauroux citoyens, Châteauroux autrement, Phœnix castelroussin, des Gilets jaunes.
** www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1